Avertir le modérateur

samedi, 26 août 2006

Une proie pour deux fauves

C'est le titre d'un ouvrage paru pendant la guerre dite civile du Liban, faisant évidemment allusion à la Syrie et à Israël. Il aurait aussi bien pu être titré "Une proie pour vingt fauves". Bref...

Notre ami Bachar se sentant apparement exclu, désormais, de la vie politique libanaise, la Syrie tente de refaire surface chez nous via la question des frontières. Un abcès de fixation - dans lequel se place aussi Chebaa - bien pratique. Si la Finul se déploie, côté libanais, sur les frontières, la Syrie fermera le passage. On la croit sur parole, elle l'a déjà fait, et pas plus tard qu'il y a un an. La géographie est simple: au Sud du Liban, Israël. A l'Ouest, la mer. Tout le reste, la Syrie. De quoi faire un peu de paranoïa et de claustrophobie.

Histoire de donner un peu de poids et de crédit à sa menace, le gouvernement syrien a déjà stoppé les livraisons d'électricité qu'elle assurait au Liban (à des taux usuriers, rassurez-vous). Du coup, on est encore un peu plus dans le noir. Un peu plus, un peu moins, vous me direz, on n'est plus à ça près. Les autorités libanaises ont réagi fermement, mais là n'est pas le problème. La Syrie ne cesse de montrer qu'elle n'acceptera pas d'être isolée de sa carte libanaise, qu'elle a son mot à dire dans ce qui se joue aujourd'hui au pays du Cèdre. Elle ne veut pas, ne peut pas concevoir un Liban souverain et indépendant de sa "grande soeur". Décidément, on ne choisit pas sa famille... Ses voisins non plus, d'ailleurs.  Au bout d'un moment, c'est fatigant de ne plus savoir où regarder, à part vers la mer... La décision européenne va-t-elle changer les choses? Une "Finul plus" est-elle la solution? J'aimerais le croire. Mais ici, on a le sentiment qu'à cinq problème avec Israël, succèderont mille problèmes avec la Syrie... qui aura elle aussi le culot d'affirmer que c'est pour le bien du Liban. Bachar, Olmert, deux amis qui nous veulent du bien... même combat?  

Si l'arrivée de la "Finul Bis" permet de lever le blocus israélien, ce sera déjà pas mal, après plus d'un mois et demi de rationnement de yaourts. Comme ça, les Syriens pourront prendre la relève si le coeur leur en dit. D'un blocus à l'autre, les Libanais commencent à prendre le pli d'être otages de leurs voisins. C'est beau la continuité...

Commentaires

Un petit truc interessant comme quoi l'horreur n'a jamais de limite en particuliewr avec les israeliens:


La contamination du Liban-sud par les bombes à sous-munitions lancées par Israël est pire que celle constatée au Kosovo en 1999 et en Irak en 2003, a affirmé Human Rights Watch (HRW). Le taux de ratés est très élevé, selon l'ONU.

"Israël a fait une large utilisation des bombes à fragmentation dans le sud du Liban, notamment les derniers jours avant la cessation des hostilités", a déclaré le directeur de la division des armements à Human Rights Watch (HRW), Steve Goose. L'ONG présentait le résultat d'une enquête de six jours effectuée sur le terrain.

Le responsable de la coordination des programmes anti-mines de l'ONU au Liban Chris Clark a confirmé que les équipes des Nations Unies ont découvert jusqu'ici 390 sites contaminés. Elles ont détruit 2171 sous-munitions non-explosées en deux semaines, mais il pourrait y en avoir des dizaines de milliers.

Depuis le cessez-le-feu, ces engins ont fait 59 victimes, dont 13 sont mortes. "Nous continuons à en trouver tous les jours, partout, dans les jardins, dans les maisons, sous les décombres, sur les toits, dans les champs d'oliviers et de tabac", a affirmé Chris Clark devant une audience de plus de 300 diplomates, représentants d'ONG et journalistes.

Selon les premières estimations de HRW et de l'ONU, le taux de ratés des bombes à fragmentation lancées par l'artillerie, la marine ou l'aviation israéliennes pourrait aller jusqu'à 50%. Ce taux très élevé par rapport aux tests (la marge est de 5 à 15%) s'expliquerait par les conditions difficiles des bombardements israéliens, comme les conditions de vol non optimales.

Certains projectiles retrouvés sont en outre très anciens, puisqu'ils sont datés de 1973. "Le plus inquiétant est que même certaines bombes à sous-munitions munies d'un dispositif d'autodestruction n'ont pas explosé", a affirmé Chris Clark.

"Cela démontre que doter ces bombes d'un mécanisme d'autodestruction n'est pas une solution", a-t-il ajouté. Les projectiles à sous-munitions utilisés au Liban ont été fabriqués par Israël et par les Etats-Unis, a précisé HRW.
(ats / 30 août 2006 16:20)

Écrit par : nono | mercredi, 30 août 2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu