Avertir le modérateur

mercredi, 06 septembre 2006

La culture au pouvoir

Hier soir, un chose avait l'air d'être une évidence.

Entre deux larmes versées à chaque évocation de Beyrouth (vous allez dire qu'il a la larme facile ce mec-là!), les mélomanes libano-parisiens ont eu droit à une grande leçon, sur la scène du théâtre du Rond-Point. Merci à Nidal al-Achkar (directrice du théâtre Al-Madina à Beyrouth), merci à Jean-Michel Ribes (directeur du théâtre du Rond-Point) et surtout merci à Karim Ghattas, directeur du festival LibanJazz qui n'a pas pu avoir lieu cette année dans la vieille ville de Zouk Mikhaël.

Le temps d'une soirée, ils ont démontré que les hommes avaient inventé une chose bien plus belle que les bombes et la connerie: la musique. Et le jazz en l'occurrence, puisque c'était le thème du soir.

Sur scène, après une intro bizarroïde signée Camille (qui était à Beyrouth en juin dernier), de grands noms du jazz se sont succédés, trois heures durant. Et là, j'ai vécu un coup d'Etat: soudain, je me suis dit que ce sont ces gens là qui devraient gouverner le monde. On a eu droit à tout… Un prodigieux discours d'investiture, co-signé par un pianiste, un accordéoniste et un oudiste. Comme quoi le dialogue et la culture transcende toutes les différences et tous les continents. On a eu le ministère de la Douceur, avec Mina Agossi reprenant a capella une chanson de Claude Nougaro (étrangement de circonstance), Y'avait une ville… On a eu le ministère de la Zénitude, avec trois oudistes débarqués la veille de Pluton. On a eu le ministère de l'Energie, à la fin, avec ces jazzmen ricains aux tempes plus que grisonnantes (pour ceux qui avaient encore des cheveux) et qui dégageaient une joie de vivre hallucinante…  Je vais pas vous faire le gouvernement tout entier, mais y'avait de quoi.

Bref. Ce qui a réuni tout le monde hier au Rond-Point, artistes et spectateurs, c'est un cri du cœur pour dire que la planète ne tourne pas uniquement autour de Saint-Pognon et de la soif de pouvoir d'une poignée d'entre nous. Et là où Beyrouth aura toujours une longueur d'avance sur les autres grandes villes arabes (Dubaï en premier lieu), c'est bien sa vie multiculturelle, qu'il faut sauver et maintenir à flots coûte que coûte. Hier soir, Beyrouth était la capitale du monde… sur la scène du Rond-Point

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu