Avertir le modérateur

vendredi, 08 décembre 2006

Billard en 5 bandes

medium_billard.jpgLes amateurs de billard français comprendront facilement l’analogie. Les derniers développements locaux et internationaux nous font craindre le pire, et comme on s'attend à tout là où nous sommes... C’est toujours comme ça avec le Liban: les plus graves dangers qui le guettent viennent d’abord de l’extérieur avant de trouver des grosses caisses de résonance sur la scène interne.

Première bande
2003: Les Américains se lancent dans une guerre inepte en Irak.
Deuxième bande
2005: La Syrie, pointée du doigt par la communauté internationale (à tort ou à raison) suite à l’assassinat de Rafic Hariri, est obligée de suspendre sa tutelle sur le pays du cèdre. Cette tutelle avait été avalisée par Washington au moment de la Guerre du Golfe. Là, honneur arabe bafoué oblige, on se dit que le régime syrien va jouer la carte de la terre brûlée… En tout cas, Assad Junior ne peut pas se laisser déculotter alors que son cher papa avait mis tant de savoir-faire dans ses magouilles géopolitiques.
Troisième bande
2006: Après une grande campagne de déstabilisation menée en 2005 avec plus d’une dizaine d’attentats, le Liban subit une guerre ultra violente en juillet-août. Le processus politique local (baptisé dialogue national) est au point mort. Parallèlement, Damas – passé maître dans l'art de gagner-du-temps-on-verra-bien-plus-tard – semble exaspéré par l’idée d’un Tribunal international dans l’affaire Hariri (un aveu de culpabilité?). Il va bien falloir trouver une solution pour monnayer une alternative…
Quatrième bande
2006 toujours: Flûte, les Américains s’aperçoivent, officiellement, que leur guerre en Mésopotamie est un désastre, dans cet Irak coincé entre le maléfique Iran et cette charmante Syrie. James Baker (qui avait indirectement fait tant de mal au Liban sous la présidence de Bush père) arrive avec son rapport: la guerre est un échec, il va falloir intégrer l’Iran et la Syrie dans une solution régionale (eh voilà, le temps gagné peut toujours servir....). Une Syrie qui a, 3 semaines plus tôt, officiellement repris des relations diplomatiques avec l’Irak sous tutelle américaine après 24 ans de brouille (cherchez l'erreur!).
Cinquième bande

Et c’est là que commence la politique-fiction… Damas, qui pourrait avoir un rôle «stabilisateur» en Irak, s’attire temporairement les bonnes grâces de Washington. Et quoi comme monnaie d’échange? Bein on peut commencer par enterrer (ou travestir) l’idée du Tribunal, et puis au pire des cas, on peut envisager un retour tranquillou de Bashar et de ses acolytes sur la scène libanaise (via un cheval de Troie?). Et comme l’Histoire a souvent tendance à se répéter, ce scénario n’est pas complètement inepte, lui.

Commentaires

Très belle analyse comme d'habitude... Mais espérons que les libanais seront assez vigilents cette fois-ci, et matures (politiquement parlant) pour ne pas renouveller les erreurs du passé... Il faut y croire, c'est notre seule façon de rêver...

Écrit par : Houssam | vendredi, 08 décembre 2006

Analyse exacte, et malheureusement, je crains que le Liban ne soit encore sacrifié...
C'est comme si le scénario de 1990 se répétait. L'ironie est que ce sont presque les mêmes acteurs aussi bien sur le plan international qu'interne.

Malheureusement, les Libanais ne sont pas plus matures et plus vigilants qu'avant.
Les chrétiens sont divisés, la tension est à son paroxysme entre sunnites et chiites, la Syrie semble avoir envoyé des tueurs à gage pour s'occuper des personnalités anti-syriennes, le Hezbollah montre ses muscles...
De plus, le timing électoral ne joue pas en faveur des anti-syriens. La Syrie a réussi à gagner du temps jusqu'ici: Bush a été désavoué lors des dernières mid-terms et devra composer avec les iraniens et les syriens; la campagne présidentielle bat son plein en France et Chirac ne jouera certainement pas le role principal cette fois ci... que d'obstacles éliminés par Bachar.

En gros, c'est mal barré.

C'est à en s'arracher les cheveux au vu de ce qui se passe maintenant et des propos tenus par les Libanais, quelque soit leur "couleur" politique.
Par ailleurs, le pire est que ce scénario que vous décrivez si bien se réalisera avec l'aval d'un certains nombre d'entre eux...

Bref, le Liban danse sur un volcan.

Écrit par : JiPé | samedi, 09 décembre 2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu