Avertir le modérateur

lundi, 11 décembre 2006

Michel Aoun ou les incohérences d'un "saint"

Là, je vais pas me faire de copains, mais au moins, j'augmenterai le trafic de ce blog! 

Personnellement, je ne suis ni pro-Aoun, ni pro-FL. Ni pro-Hezb, ni pro-Hariri. Je fais plutôt partie de la minorité silencieuse. Manif après manif, je regarde autour de moi, j'interroge les gens. Comme hier, où la place des Martyrs était orange tant les aounistes se sont appropriés les lieux. Dans mon rôle, quand je pose des questions aux gens, je suis là pour les faire parler, pas pour débattre. Mais cela fait pas mal de temps que j'en ai marre de les écouter me servir inlassablement les mêmes discours...

medium_DSCN4074.2.JPGSi, pour moi, la sincérité du Hezbollah n'est pas vraiment à mettre en doute, l'intégrité des orangistes pose question (ouhlala, ça, ça va pas plaire!!!). Le Hezbollah, lui, n'a finalement rien à gagner dans son bras de fer avec le gouvernement. Il représente déjà la communauté la plus nombreuse du pays, et il a deux alliés bien placés: le président de la République et celui du Parlement. Ces deux personnages, comme on le voit actuellement avec la question du Tribunal international, ont le pouvoir de ne pas signer les lois pour le premier, et de ne pas convoquer les députés pour ratifier un texte pour le second. Bref, tout va plutôt bien pour le Hezb, et il ne dépend de personne. Il réclame le tiers de blocage au gouvernement, alors qu'il a déjà  toutes les cartes en main pour bloquer toute décision gouvernementale. C'est juste l'habillage qui change...

Le généralissime orangiste, en revanche, est en pleine dépendance, et il le sait. L'objectif de l'Amer Michel (comme l'a surnommé un billettiste de L'Orient-Le Jour) est simple, unique: devenir président. Comme le disait récemment un homme politique à Nat, "on ne va tout de même pas remplacer un débile par un obsédé." Dans sa quête du pouvoir, Aoun a donc choisi son camp (où il n'a pas de vraie concurrence pour la présidence), et a choisi ses alliés. Aujourd'hui, il campe sur un discours genre "tous pourris" en parlant des membres de l'actuelle majorité parlementaire. Ce en quoi il n'a pas tout à fait tort, plusieurs des piliers du 14 Mars étant d'anciens bénéficiaires de la tutelle syrienne. Mais jouer les vierges effarouchées alors qu'il pose aujourd'hui aux côtés de Berri (mister corruption himself), Murr Senior (l'ex-VRP de la Syrie), Frangié... ça, franchement, faut arrêter de se foutre de la gueule du monde. Et ça ne semble gêner personne! Et puis il fustige la majorité parlementaire, alors que celle-ci est née de la loi électorale voulue par ses "amis" d'aujourd'hui et écrite par les squatteurs de Damas.

Bref, devant tant d'incohérences de la part du boss, je reste systématiquement bouche bée face à l'aveuglement des partisans du jus d'orange en chef. Ils le prennent pour un saint d'une intégrité totale. Moi, je me demande ce qui s'est passé avant son retour triomphal au Liban en mai 2005. Quand il sortait de son placard doré en France, c'était pour aller à Washington faire la bise aux faucons, pour lever des fonds en Australie... Qu'est-ce qui l'a retourné?

Juste pour l'anecdote, je me souviens du jour de son retour à Beyrouth, le 7 mai. Cela faisait 15 ans que tout le monde attendait ça. Un vrai événement, et donc une vraie effervescence. A l'aéroport, il décide de tenir sa première conférence de presse. Dans la grande salle, les journalistes font du bruit, les photographes veulent avoir la meilleure place. Le brouhaha énerve Aoun, il tape du poing sur la table et crie sur un ton péremptoire à l'attention des fauteurs de bruit: "Skoto!", ce qui est très facilemement traduisible par "Taisez-vous!". Gloups, le ton était donné. Quand on chasse le naturel... Ils sont trop rares les exemples où un militaire a réussi en politique.

Aujourd'hui, saint Michel réclame le départ de Siniora, qu'il accuse de "s'accrocher au pouvoir". C'est assez drôle venant de lui quand on se rappelle sa triste déconfiture sur l'échiquier libanais à la fin des années 80. Aujourd'hui, beaucoup de jeunes chrétiens le suivent dans son délire. Il y a 16 ans, d'autres croyaient en lui (jusqu'à se faire botter le cul par les CRS quand ils occupaient l'ambassade du Liban à Paris...), mais beaucoup d'aounistes de la première heure en sont revenus... Ce serait pas mal de leur donner la parole, à ceux-là. Ce serait riche d'enseignements.

Commentaires

bonjour,

J'essaye de comprendre ce qui se passe au Liban et vos chroniques me sont d'un grand secours.
Quelle "mesclagne" mais pas dans le bon sens du terme!

Écrit par : elpatou | lundi, 11 décembre 2006

Très bon post.

Écrit par : bee | lundi, 11 décembre 2006

Tout à fait d'accord.

Si Aoun avait fait cavalier seul contre le 14 mars, à la rigueur je ne lui aurais rien reproché.
Mais le fait de s'allier avec des figures de l'ère syrienne le met face à ses contradictions.
Ces personnes (Murr, Frangié, Berri, Kanso, Adoum...) qui ont cautionné l'humiliation, les rafles, et les tortures contre des militants anti-syrien... ça m'exaspère, moi aouniste de la première heure.

Je voulais signaler que juste avant son retour au Liban, Pakradouni et Emile Lahoud Jr avait fait le déplacement à Paris pour le rencontrer. Que s'est-il dit lors de leur entrevue? Ont-ils passé un accord, un marché? mystère, mais déjà à ce moment-là, je commençais à me poser des questions. D'ailleurs, si quelqu'un avait plus d'info à propos de cette entrevue, je serais très curieux.

A son retour au Liban, j'avais la gorge nouée et les larmes aux yeux tant j'étais ému. Même son coup de gueule devant les journalistes, le fameux "Skoto!", m'avait fait rire... un ancien militaire se trouvant face à un tel bordel et brouhaha.

A supposer que sa position soit défendable aujourd'hui, il a toujours été un très mauvais communicant... il suffit de voir son acoutrement hier, tout d'orange vétu... de grâce...

Même si ton document d'entente avec le Hezbollah me semble être une bonne chose, pourquoi vouloir déstabiliser le Liban et manifester aux cotés d'un parti responsable de ce qui s'est passé cet été.
Si tu étais resté à Paris, tu aurais gueulé contre le Hezb, contre leurs armes, contre cet Etat dans l'Etat qui s'arroge le droit de déclarer la guerre et de plonger tout le pays dans la merde... et cet été, aucune condamnation, rien...
Tu ne parles plus des prisoniers détenus en Syrie.
Pêches-tu par naïveté ou par calcul?

Michel Aoun, j'ai peur que même si tu revenais à la raison, il ne soit trop tard.

Écrit par : JiPé | lundi, 11 décembre 2006

J'ai découvert ce blog récemment et il m'a l'air très intéressant .
Pour revenir au sujet du post, c'est effectivement le plus grand mystère pour moi, comment autant de gens peuvent-ils rester aussi fidèles à un individu qui fait un tel volte-face ? C'est surnaturel.

Écrit par : slacher | lundi, 11 décembre 2006

Etes-vous sûr que tout va bien pour le Hezbollah ? C'est quand même lui qui est à l'initiative de ce qui est en train de se passer.

Écrit par : jerome | mardi, 12 décembre 2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu