Avertir le modérateur

lundi, 23 avril 2007

Putain, cinq ans...

Aïe, aïe, aïe… Sale dimanche électoral avec ce duo de tête. Nous, on l’a fait, la tête, hier soir. Vu par le petit bout de la lorgnette de deux Français de l’étranger, le choix restant pour le second tour n’a rien de réjouissant. En gros, nous avons le choix entre un petit teigneux farouche admirateur de l’Amérique (il n’y avait qu’à voir ses meetings ou son allocution post-20 heures, on se serait cru dans une opération de promotion de supermarché) et défenseur inconditionnel de l’Etat hébreu sur la scène moyen-orientale, et un produit marketing au sourire sur commande et donc faux qui a prouvé son inconsistance lors de ses déplacements en Chine et surtout au Liban. Bref, il n’y a plus qu’une solution pour le second tour, la voici (si ce choix vous tente, vous pouvez télécharger l’image)…

medium_bulletinblanc.2.jpg

mercredi, 11 avril 2007

Taxi service

medium_taxi.jpgCe matin, notre chère et vieille Suzuki a refusé de démarrer. Du coup, je suis redevenu adepte des taxis service le temps d’une journée. A Tabaris, super à la bourre pour un rendez-vous, je me dis: «Le premier qui passe, même s’il me demande 3000LL pour le trajet, je prends!» Dix secondes plus tard, je vois arriver un pot de yaourt flambant neuf orné d’une plaque rouge de taxi. J’embarque, direction Tayouné (pour ceux qui ne connaissent pas, Tabaris-Tayouné, ça prend 3 plombes aux heures de pointe, surtout avec les énormes travaux vers le Musée).

Et là, je commets une erreur fatale en m’installant. Je balance au conducteur: «Kifak?»

A Beyrouth, il y a 2 sortes de chauffeurs de taxis: les muets et les gros bavards. Et là, je pioche sans le savoir dans la seconde catégorie. Il me demande si je suis Belge. Je lui dis non, que je suis Français. Direct, il m’embraye sur le général Aoun, un «ami de la France». Je dois les attirer ces oiseaux-là. Avec son klaxon, il me fait la démonstration du «tatata-tata», ouvre sa boîte à gant, me montre son badge du CPL (sur lequel je découvre un prénom – William – peu usité au Liban) et sa casquette orange. Pendant les 20 minutes de trajet, il me fait une leçon de géopolitique libanaise, me dit que Geagea devrait retourner en prison, que le généralissime est le seul qui a les mains propres, que les jeunes aounistes sont des «abaday» (gros bras). De sa voix erraillée par quelques dizaines d’années de fumée (des Winston rouges), il me raconte son village dans la montagne, me montre ses mains usées par sa bêche (il cultive des tomates grosses comme 2 mains), m’assure que le Liban pourrait être un paradis si la bande de voleurs au pouvoir partait… Au moment où je descends de son tacot à plaques rouges, le chauffeur me lance, avec un grand sourire: «Allah ma’ak!» (Que Dieu soit avec toi!) Je souris. En voyant le Liban aujourd’hui, on se dit que Dieu est vraiment un déserteur de première.

Projection de «La guerre des 34 jours»

medium_onair.jpgDe retour sur les ondes… Nous venons de recevoir cette invitation, nous transmettons…

Projection de «La guerre des 34 jours», un documentaire de Carole Mansour

Mardi 17 avril 2007 à 20h30, dans la grande salle du Théâtre Monnot (Beyrouth), entrée libre
En arabe à 20h30, en français à 21h00, en anglais à 21h30

Synopsis
Le 12 juillet 2006, le Hezbollah capture 2 soldats israéliens. Durant les 34 jours qui suivent, le Liban subit un bombardement israélien sans relâche. Ce documentaire vous emmène au-delà des titres qui ont fait la une, dans la réalité crue de la guerre. Il explore la dévastation d'un pays et d'un peuple pris au piège.
A travers des images fortes, et parfois dérangeantes, ce documentaire raconte l'histoire d'une énième guerre contre le Liban: 1200 civils tués, 4036 blessés, plus d'un million de déplacés, 78 ponts détruits, 30000 logements endommagés, une catastrophe environnementale avec 15000 tonnes de pétrole déversées sur 80 km de la côte Libanaise et beaucoup d'autres désastres. Dans des extraits qui n'ont pas été montrés par les média occidentaux,  le documentaire retrace la tragédie de 57 massacres collectifs, dans une tentative de saisir les horreurs subies par les victimes et leurs familles.
«La guerre des 34 jours» est une chronique importante qui révèle les brutalités de la guerre et la détresse d'un peuple face aux pertes humaines et à la désolation.

Informations: 01/202422 ou 01/320762

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu