Avertir le modérateur

dimanche, 10 juin 2007

57 soldats libanais tués, des dizaines de blessés, mais où est le martyr là-dedans?

Depuis le 20 mai dernier et le début des «événements» avec le Fatah al-Islam, plusieurs dizaines de soldats de l’armée libanaise sont morts au combat.

Nous tenons à leur rendre hommage sincèrement.

medium_posterarmy.jpgMais. Y’a un truc qui m’a toujours turlupiné: c’est la connotation de martyr. Les soldats tombés au combat près de Tripoli sont présentés dans les médias et sur les sites Web libanais comme des «soldats-martyrs». Je me souviens, en février 2005, d’une page (payante) publiée anonymement dans L’Hebdo Magazine, par un Libanais expatrié à la mémoire de Rafic Hariri, nommé 15 fois «président-martyr» (remarquez, beaucoup de journaux libanais continuent de l’appeler ainsi). Alors comme j’aime bien ça, je suis allé faire un tour dans le dictionnaire (non, non, ce n’est pas mon livre de chevet, mais je l’adore mon dico):

Définition du Larrousse illustré
MARTYR, E n. 1. Chrétien mis à mort ou torturé en témoignage de sa foi. 2. Personne qui a souffert la mort pour sa foi religieuse ou pour une cause à laquelle elle s’est sacrifiée.

Selon la définition du dictionnaire, le mot «martyr» ne peut s’accoler à aucun de ces cas de figure. 1. Rafic Hariri n’était pas chrétien. 2. Il n’avait pas vraiment de cause et n’a pas sacrifié volontairement sa vie (oh, je vais pas me faire de copains là)... 3. Les soldats libanais morts depuis le 20 mai, eux, ne font que leur métier de soldats (je vais me faire taxer d’anti-militarisme primaire, mais je m’en cogne). C’est triste à dire mais c’est la réalité. Ils ont signé en sachant qu’ils pourraient mourir pour la patrie. De manière générale, s’enrôler dans l’armée (et en particulier depuis les années 90 au Liban vu les nombreux avantages dont profitent les gradés, merci Emile 1er), c’est avant tout un choix de carrière, pas une cause. Sous couvert de leur rendre hommage, l’utilisation du mot «soldat-martyr» n’est que de la récupération faussement idéologique.

Alors oui, le Liban – et nous par la même occasion – doit rendre hommage aux soldats de son armée tombés pour que le pays ne subissent pas les affres de nouvelles tensions venues de l’extérieur. Mais de grâce, arrêtons de dire que tous ceux qui meurent depuis 2 ans sont des martyrs…

PS: La photo ci-dessus est un poster que les Beyrouthins ont pu voir à l’été 1997 au moment de la fête de l’armée. J’avais un copain français chez moi à ce moment-là, et il avait halluciné qu’on utilise l’image d’un bébé pour vanter l’armée… En cliquant dessus, vous irez direct au site officiel de l’armée libanaise.

Commentaires

David, Nathalie, j'aime beaucoup votre blog, mais là je ne vois pas où vous voulez en venir. Et d'abord pourquoi vous refusez l'appellation de "martyr" pour les héros tombés dans les champs de bataille? Reprenons la définition du Larousse: "2. Personne qui a souffert la mort (pour sa foi religieuse) ou pour une cause à laquelle elle s’est sacrifiée." La patrie peut être considérée comme une cause, et même une cause valable, non?

Écrit par : Oberon Brown | dimanche, 10 juin 2007

@oberon brown (je serais curieuse de savoir ce que signifie ce pseudo :))
Sur le principe, tu as raison. La patrie est une cause valable. Dans le cas du Liban, c'est même la plus importante, tant sont rares ceux prêts à se sacrifier pour la nation libanaise, et pas pour une famille, une communauté, une religion ou une alliance...
Je crois que ce qui nous dérange en fait, c'est cette espèce de sur-enchère sur le nombre, le terme et la valeur du "martyr". Il n'y a qu'à voir les décomptes surréalistes pendant et après la guerre de juillet, le Hezbollah et le 14 Mars y allant à qui mieux mieux, l'un pour les victimes des bombardements, l'autre pour les personnalités assassinées. La valeur d'une cause ne se définit pas, à mon sens, en termes de nombre d'individus sacrifiés pour elle, surtout lorsque certains en profitent pour instrumentaliser les sacrifiés.
De plus, et peut-être est-ce une espèce de rationnalité occidentale, la notion de martyr a quelque chose de tellement sacrificiel, que c'en est presque archaïque. Du martyr au culte de la mort, il n'y a qu'un pas. D'ailleurs, tu remarqueras que ce terme n'est utilisé que depuis peu et s'applique désormais à toute personne tuée dans un combat. Le risque de galvaudage est grand.
Ces soldats sont morts au combat, les armes à la main. Il est évident qu'un hommage doit leur être rendu pour avoir donné leur vie pour leur patrie. C'est clair.

Écrit par : nathalie | dimanche, 10 juin 2007

Pour moi ,ceux qui ont été tué pour le LIBAN, pour sauver le LIBAN et pour l'indépendance de notre pays sont des MARTYRS, qu'il soit premier ministre, journaliste,ministre,député,chauffeur ou garde du corp, assassiné lachement par l'ennemi. Les héros soldats de l'armée libanaise morts pour défendre leur pays sur leur propre térritoire libanais son des MARTYRS qu'ils soient musulmans ou chrétiens car la lacheté des envahisseurs ne fait pas de différence entre tel ou tel soldat. Il n'y a pas de liberté sans payer un prix et ce prix sont nos martyrs libanais, "paix à leurs ames".

Écrit par : Alexandre | lundi, 11 juin 2007

Mmmmm, d'accord je vois ce que vous voulez dire. C'est vrai que la mort héroïque de plusieurs libanais a été honteusement mise à profit, presque commercialisée par certains. Ça manque de stoïcisme et ça manque surtout de bon goût. Et c'est vrai qu'il y a un culte du "chef mort" chez nous: de Bachir Gemayel, à Rafic Hariri, etc. tous les morts semblent s'entourer d'un halo de sainteté qui nous fait oublier leurs erreurs passées (et elles sont souvent nombreuses!).
Mais bon, c'est un sujet délicat que je manierais personellement avec tact: les gens du Liban Nord par exemple peuvent plaisanter sur n'importe quel sujet sauf les morts de leurs familles. C'est un sujet tabou...
Et à propos de mon pseudo, c'est une longue histoire fort barbante :)

Écrit par : Oberon Brown | lundi, 11 juin 2007

Et hop! un martyr de plus!!!

C'est drole... c'est ce que je pensais il y a qqs instant.. au moment ou j'ai appris a propos du nouvel attentat... et juste avant d'avoir lu ce post...

Enfin.. je pense que tres peu partagent mon humour, ms bon...

Écrit par : freesandals | mercredi, 13 juin 2007

Je pense surtout que le terme de martyr ca catégorise les morts, ca les justifie, et ca fait s'enfoncer dans une sorte de fatalisme, ou la mort devient normale, pour la juste cause et honorable. La mort prématurée d'un individu n'est à mes yeux ni normale, ni juste, ni honorable. Les nommer martyrs je pense c'est détourner l'attention du vrai problème et tenter d'oublier la gravité de la situation. Le Liban n'a pas besoin de fatalisme ou de martyrs, il a besoin de paix pour que les Libanais puissent être ce qu'ils sont sans qu'on leur casse les pieds.
Martyr ca fait très dramatique, ca fait vendre les journaux, mais le drame ca fait pas avancer les choses.

Écrit par : Eggy | vendredi, 15 juin 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu