Avertir le modérateur

jeudi, 02 août 2007

Metn : Elections partielles et bordel total

medium_michelmurr.jpgmedium_Murr.jpgmedium_eliasmurr.jpgmedium_moukheiber.jpg
De gauche à droite: Michel Murr, Gabriel Murr (alias Mister Magoo), Elias Murr et Ghassan Moukheiber.


Mais qui est donc Camille Khoury, le candidat aouniste s’opposant à Amine Gemayel pour l’élection partielle du Metn qui aura donc bien lieu dimanche prochain? On ne le voit pas, on ne l’entend pas, on ne le sent pas… Il me rappelle curieusement Myrna el-Murr, qui fut elle aussi une candidate d’une discrétion exemplaire à une autre élection partielle, c’était en 2002.

Dans les deux cas, un personnage revient sur le devant de la scène: Michel el-Murr, l’inénarrable. Ha, Michel el-Murr… Tout un poème, ce monsieur. Mouillé jusqu’à l’os dans des affaires plus abracadabrantes les unes que les autres (ce n’est pas le sujet ici mais repenser à sa magouille des plaques d’immatriculation – entre autres – me fait toujours marrer), le seigneur de Bteghrine ne manque pas d’un certain culot; alors qu’il était ministre de l’Intérieur en 2001, il n’avait pas hésité à faire tabasser les étudiants aounistes qui manifestaient devant feu la MTV (M comme Murr TV, rien à voir avec la chaîne musicale). Les images étaient arrivées jusqu’en France. Mais aujourd’hui, il peut affirmer avec candeur qu’il «soutient le général Aoun depuis plus de 16 ans», personne ne bronche. Il faut dire que depuis, il a confessé ses fautes et que le généralissime «lui a pardonné». C’est beau, la grandeur d’âme…

Bref, pour en revenir aux élections partielles qui font tant de bruit actuellement, Michel el-Murr joue donc les médiateurs pour essayer de réconcilier les deux blocs inconciliables, avec une diligence touchante. Il faut dire que le père Michel est un spécialiste des élections partielles. Et l’affaire mérite d’être racontée, ne serait-ce que pour l’indescriptible imbroglio familial. Accrochez-vous, il faut suivre…

Situons d’abord le contexte en retraçant les liens familiaux entre protagonistes, parce que le plus «rigolo» dans cette histoire réside là-dedans. Nous sommes en 2002, c’était donc avant que Aoun ne revienne en odeur de sainteté, je vous le rappelle. Michel el-Murr, ex-ministre de l’Intérieur, a deux enfants: Myrna et Elias, son successeur au ministère (puis actuel ministre de la Défense) et accessoirement gendre du «président de la République», le général Lahoud. Michel a aussi un frère, Gabriel, PDG de la très gênante chaîne de télévision MTV qui est la seule, à l’époque, à oser diffuser des interventions de Michel Aoun. Comme frères ennemis, on ne peut guère faire mieux.

Cette année-là, le plus vieux député de l’Assemblée, Albert Moukheiber, passe l’arme à gauche, laissant vacant son siège au Parlement. Une élection législative partielle doit être organisée pour lui trouver un remplaçant. Trois prétendants ont sollicité les suffrages des électeurs: Ghassan Moukheiber, l’héritier moral de son oncle Albert mais qui se fout un peu de la politique; Gabriel Murr, candidat de l’opposition (la majorité actuelle); Myrna Murr, candidate parachutée par le pouvoir mais qui n’a pas spécialement envie d’être là. Son silence radio au cours de la campagne fait ricaner pas mal de monde. Ce n’est pas grave, papa était là pour parler à sa place, un peu comme Aoun aujourd’hui pour Camille Khoury.

A la sortie des urnes, Gabriel l’emporte face à Myrna, Ghassan Moukheiber étant renvoyé à ses chères études avec 2,36% des suffrages exprimés. Mais voilà, dans toute bonne dictature qui se respecte (à l’époque, les Syriens sont encore là et serrent la vis), laisser le candidat de l’opposition l’emporter fait mauvais genre. Les quelques jours suivant l’élection sont suffisamment hallucinants pour qu’on s’en souvienne encore aujourd’hui: il y a réclamation, recomptage des bulletins à la main dans un petit village de la montagne… Bref. Gabriel est toujours gagnant.

En désespoir de cause, Myrna pose, sur l’impulsion de papa, un recours en invalidation face à son oncle. Elias le ministre (qui n’avait pas encore failli laisser sa peau dans un attentat, ce qui a quelque peu changé sa perspective sur le pouvoir depuis) constate de soi disantes irrégularités dans la campagne électorale, accusant son oncle de s’être servi de sa chaîne de télévision pour faire sa propre promotion. Comme si d’autres avant lui s’étaient gênés pour le faire… Toujours est-il que hop! L’affaire est dans le sac. Ghassan Moukheiber est déclaré gagnant par défaut (avec 2,36% des voix, tout de même!) car Myrna – qui en a plein les bottes et puis parce que l’essentiel, c’est de faire chuter Gabriel en sauvant un petit peu les apparences – se retire. Gabriel est non seulement déchu mais pour le punir de sa fronde, Elias envoie ses fantassins à l’assaut de la forteresse MTV. Pour la fermer.

Vers 15 heures environ, les forces de sécurité intérieure arrivent en nombre dans le quartier de Fassouh, dans le bas d’Achrafieh. Là se dresse l’immeuble que tout le monde en ville connaît, à commencer par les taxis service: l’immeuble de RML, Radio Mont-Liban. Dans ce grand building, de nombreuses sociétés travaillent en ce mercredi après-midi. Parmi elles, il y a bien sûr RML, mais aussi sa sœur Nostalgie (pour laquelle je bossais déjà à l’époque) et évidemment la MTV.

Les FSI sont venus matraquer un petit peu. Cela devait les démanger, ils n’avaient rien eu à faire depuis les rafles du 7 août 2001 contre les aounistes. Ils investissent les lieux, foutant dehors tout le monde manu militari. Les techniciens en train de boire leur café, les présentateurs à leur micro… Tout le monde y passe, sans même qu’on leur laisse le temps de prendre leurs affaires personnelles. Les bureaux sont mis sous scellés. L’affaire est rondement menée. Dans la rue, des dizaines de flics évacuent tout ce beau petit monde qui n’en croit pas ses yeux, avec interdiction d’approcher l’immeuble vidé. Une belle leçon de dictature.

Voilà. Aujourd’hui, la MTV est toujours fermée, mais le général orange a sa propre chaîne de télé, donc tout va bien. Gabriel el-Murr a été récompensé de son soutien en se retrouvant tout seul et perdant aux législatives de 2005, mais le général orange est élu député, donc tout va bien. Michel el-Murr se refait une virginité en jouant les bons offices et affiche un soutien sans faille pour le général orange (tout comme Ghassan Moukheiber soit dit en passant), donc tout va bien. De nouvelles élections partielles vont avoir lieu à grand renfort d’insultes et d’arguments passéistes, précédées d’une campagne dont la virulence – pour ne pas dire la violence – démontre combien les chrétiens sont divisés. Et là, tout ne va pas bien.

Rendez-vous dimanche pour une journée et surtout une soirée qui, à mon humble avis, risquent d’être agitées quel que soit le résultat. Mais peut-être verrons-nous quelque chose de positif en ce 5 août: nous aurons peut-être une petite chance de mettre un visage et une voix sur le nom de Camille Khoury. Ce sera déjà ça.

Commentaires

Je ne sais pas si je dois rire ou pleurer. En tout cas excellent parallèle entre Myrna et Camille. Je crois que les Libanais ont la mémoire qui flanche, qui aurait dit en 2002 que Murr serait le principal allié d'Aoun au Metn en 2007 ? Qui sait, peut-être que quelqu'un du CPL aura la bonne idée d'écrire un livre intitulé "Qui connait Monsieur Khoury ?"

Écrit par : bee | vendredi, 03 août 2007

Cette "histoire" est bien pitoyable certes, mais à mon avis tout comme l'est celle de la famille Gemayel. Je suis Français (je le rappelle pour être clair) ; j'aime bien le général Aoun ; populiste et opportuniste c'est sûr mais au moins il y a du fond ; son dernier livre d'entretiens est très intéressant ; il y a un charisme et si quelqu'un peut encore changer des choses au Liban en n'oubliant pas qu'il faut construire un Etat digne de ce nom, je pense qu c'est peut-être lui. Amine Gemayel, lui, n'a pas choisi sa famille : élégant, on le sent sensible, digne, mais on ne se fait pas élire en jouant sur les sentiments (en tout cas c'est pas ma vision des choses en politique). Les chrétiens sont divisés et alors ? C'est bien ça la démocratie ? Il faut encore raisonner en communautés au Liban pour être politiquement correct ? Ce qui m'agace en ce moment, notamment lorsque je lis certaines "plumes" de l'Orient le Jour (dont je ne sais si elles sont "malades"), c'est cette façon de soutenir la majorité avec des arguments à mon avis déconnectés de la real politik. Le summum du ridicule, c'est lorsqu'on dit (article de cette semaine) que l'attitude d'Aoun à l'égard d'Amine Gemayel (sa "violence) est pire que celle existante entre Gemayel et Chamoun en 1980 : pourtant, je crois qu'à l'époque il y a eu des morts et que s'opposaient des milices qui ont sappé les fondements de l'Etat ? Ces gens qui parlent d'indédence, se placent sur un prétendu terrain moral, sont en réalité assez grotesques. Merci de m'avoir permis de m'exprimer. bonne journée.

Écrit par : SJM | vendredi, 03 août 2007

J'étais invité il y a qq jours par un proche d'un candidat que je ne nommerais pas et qui est en même temps un de ses conseillers mais ce genre de comparaison historique est faux ou incomplet.
Vous seriez quelques peu surpris du jeu interne réel...

@ bee
Aurais tu oublié que Murr était également le ministre des PTT d'Amine Gemayel par exemple? Aurais tu oublié également que les FL aujourd'hui alliés de circonstance à Amine avaient menacé de kidnappé Elias Murr contre rançon (souvenons nous également du kidnapping de Tamraz) qui a l'époque avait été envoyé dans des écoles suisses pour être protégé et éloigné? Aurais-tu oublié que c'était un homme d'Amine Gemayel tout simplement? La mémoire est courte pour beaucoup de personne...

Écrit par : frencheagle | vendredi, 03 août 2007

Je vais essayer de m'accrocher pour y comprendre quelque chose... Je ne vois qu'une solution : imprimer votre post, stabilobosser les noms avec un code couleur et de jolis dégradés selon les sensibilités politiques (vert plus ou moins foncé, orange plus ou moins vif, etc...) et y passer une bonne heure !

Vue de France avec un esprit cartésien et profondément laïc la situation est hallucinante !

Écrit par : Victoria | vendredi, 03 août 2007

bienvenue au Liban Victoria. le pays ou tout es possible, surtout en politique.

bon aller pour en rajouter une couche, hier j'ai parle avec un ami aouniste (ben oui on peut ne pas etre d'accord avec des personnes au niveau de la politique et les considerer comme des amis malgre tout). mais voila le probleme c'est qu'a l'entendre seul le general est capable de faire revenir la paix au Liban, mais seul les aounistes peuvent le comprendre. Les autres non puisqu'ils sont influences par les medias occidentaux. On fait sa petite guerre de liberation en 89, on se retrouve exile pendant 15 ans en france (au passage on crache dessus en remerciement), on accuse le regime syrien (a juste titre) mais on rentre au Liban et on devient mieleux avec bachar? Bien sur il faut vivre en paix avec le voisin syrien mais egalement israelien (a noter au passage qu'il y a plus de libanais en prison en syrie qu'en israel) mais il faudrait peut etre que le cher (tres cher $) voisin commence par reconnaitre le Liban comme un pays a part entiere. une fois un echange d'ambassadeur fait il sera temps de dialoguer veritablement.

SJM le probleme ne vient pas du fait qu'une partie de la population est pour aoun et l'autre contre, le probleme c'est que si les chretiens commencent a se taper dessus je ne donne pas cher du pays, et la c'est faire le jeu de la Syrie.

Maintenant et pour finir, je ne vois aucun leader chretiens capable de prendre la presidence du Liban, que ce soit Geagea, Aoun, Chamoun, etc... Le liban a besoin d'unite pour se reconstruire et aucun ne peut l'apporter.

Écrit par : sebastien | vendredi, 03 août 2007

Il est contre le féodalisme politique mais il a placé son gendre comme député à défaut d'un fils.
Il est pour la laicité du pays et il s'est allié avec un chef de parti dont la théocratie est à la base de son existence, dont le divin est au dessus de toute loi civile.
Il est pour la démocratie et il est pour un arsenal détenu par une communauté qui menace, qui use et en abuse.
Il est pour la démocratie, alors on travaille en tant qu'opposition pour l'alternance et non pas pour camper des mois au downtown ou bruler des pneu en coupant les routes.
Il est pour la démocratie, et personne ne doit se présenter à la candidature présidentielle sauf lui.
Il est pour la démocratie mais pourtant c'est un dictateur de la vieille.
J'ai bien étudié ce type, il tient des propos incohérent, mais utilise à merveille ce qu'il a de meilleur en lui, la communication c'est un excellent orateur, arriviste capable de marcher sur des cadavres pour aller à baabda. Démagoggue et mégalomane il fera tout pour accéder à la présidentielle vu son age, en général, on cherche la paix et la tranquilité.
Il a divisé les chrétiens en 90 et il remet ça, mais cette fois-ci en sens inverse.
ce n'est plus la solution idéale et même si il est président, on n'est pas sorti de l'auberge. C'est un type qui est capable d'envoyer l'armée pour casser celui qui lui tiendra tête y compris le hezb.
En résumé, on est pas sorti de l'auberge et rien ne sera changé, n'en déplaise à SJM cela va s'empirer ce qui fera l'affaire du hezb de garder ses armes.
Tôt ou tard le liban sera, ou partagé ou absorbé par la syrie.
Mais le problème, si il existe un accord internationale pour l'absorption. Israel voudra sa part du gâteau une partie du sud lui conviendait.
Pour ma part, je serais partisan pour la solution radicale, la partition, trop de différence nous sépare et le décalage s'amplifie dans le temps. Un liban démocratique, sans interférence extérieur et un loubnanistan calqué à l'iranienne avec le hezb comme gardien de la révolution et dont le divin est roi.
Merci de m'avoir permis de m'exprimer. bonne journée.

Écrit par : miniliban | vendredi, 03 août 2007

Je n'aime pas la politique, mais il y a un équilibre au Liban à préserver. Cet équilibre permet aux différentes opinions de s'exprimer et d'exister = une certaine forme de démocratie pour le Liban.
C'est mon point de vue.
C'est le siège Gemayel, qu'on soit pour ou contre, cette famille a permis au Liban d'exister et en plus c'est le siège de leur jeune fils décédé. Cela m'a choqué d'apprendre qu'Aoun convoitait ce siège.
Par ailleurs je ne me re-trouve plus dans l'imbrigo du qui a fait quoi ... merci pr le rappel !!!

Écrit par : Eliane | vendredi, 03 août 2007

....... que Murr était également le ministre des PTT d'Amine Gemayel par exemple? Aurais tu oublié également que les FL aujourd'hui alliés de circonstance à Amine avaient menacé de kidnappé Elias Murr contre rançon .........
La propagande du hezb est en marche....
Elle est bonne celle-là ils ont voulu kidnappé elias murr mais ils ne l'ont pas fait
Moi j'ai pas oublié que ton parti a assassiné les cadres du FL qui s'occuper du recrutement dans les campus par ordre de l'homme honnête le sayyed, par contre ça c'est du concret. Et c'est du passé trés récent.

Écrit par : miniliban | vendredi, 03 août 2007

Miniliban,
je ne connais pas cette histoire de FL assassinés. Peux-tu développer stp ou éventuellement poster des liens ? ça m'intéresse.
Merci beaucoup.
Sandrine

Écrit par : sandrine | dimanche, 05 août 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu