Avertir le modérateur

vendredi, 24 août 2007

Libans?

medium_lebanese_flag.jpg

Cela fait plusieurs jours que je cherche le temps nécessaire pour aborder dans ce blog un sujet qui revient sur de plus en plus de lèvres.

Le discours hier de Michel Aoun à ses partisans démontre que ce qui n’était pour moi qu’une inquiétude est en fait une réelle question d’actualité. A juste titre ou non.

Si vous surfez sur les forums libanais ou traitant du Liban, et en particulier si vous prenez le temps d’explorer les commentaires – de plus en plus virulents, voire haineux – un constat s’imposera à vous: nombre de Libanais parlent de partition, quel que soit le camp politique auquel ils appartiennent. Ils sont pour, ils sont contre, le sujet déchaîne les passions. Il y a le partisan du Hezbollah qui considère que le Sud est «son Sud» et que personne n’a droit de regard sur ce qui s’y passe, le FL qui juge que le Hezb devrait avoir le Sud «pour que ses membres soient les seuls à se faire tuer s’ils provoquent Israël» et que les Aounistes «aient le Nord et soient proches de leur sœur Syrie», etc, etc.


Fédération, partition, cantons… Des mots qui reviennent de plus en plus souvent, et moi, cela me fait mal au cœur.Aoun demandait hier si c’était effectivement ce que cherchait la majorité, s’adressant en particulier à Samir Geagea et Walid Joumblatt. Poussant la logique jusqu’au bout, il a donc lancé: «Ils veulent la partition, qu’il en soit ainsi. Pourquoi nous entretuerions-nous? Divisons-nous.» Je pense (j’espère!) que Aoun voulait ainsi tourner en dérision ses ennemis politiques.Mais, en le sachant ou non, exprimait-il tout haut ce qu’un nombre croissant de Libanais pensent effectivement? Mystère (Miniliban, s’il lit ce post, vous assurera certainement que oui). En fait, je ne sais pas dans quelle mesure ce qui se dit sur les forums est représentatif de l’opinion mais j’ose espérer que la majorité des Libanais ne voit pas dans cette option la seule voie de sortie pour le pays.

Et ce pour plusieurs raisons: d’abord, d’un point de vue strictement économique, la viabilité d’entités issues d’un pays comme le Liban – déjà fort petit – ne peut être assurée: accès aux ressources hydrauliques, impossibilité de développement d’une industrie conséquente pour les héritiers de zones essentiellement montagneuses, blocage de l’approvisionnement en produits agricoles locaux, etc. Et le Centre-ville de Beyrouth, on le coupe en deux, on en fait une zone neutre? Ensuite, d’un point de vue stratégique, la partition ne ferait qu’ériger des murs sans régler les problèmes de fond inhérents à la région: en quoi une zone exclusivement «pro-occidentale» pourrait-elle subsister plus facilement, encadrée de… (cantons? pays? unités?) menant une politique diamétralement opposée? Quelle croissance socio-économique pour des régions presque exclusivement rurales? Ce ne serait que repousser encore davantage les difficultés auxquelles le Liban est déjà confronté (à savoir exister sans subir les soubresauts régionaux), en rétrécissant simplement l’échelle. A moins d’élever des murs comme Israël le fait. Qui a envie de vivre dans un ghetto? Et on ne peut pas dire que ça marche bien pour nos voisins du Sud! On ne règle pas de problème en érigeant des barrières pour ne plus les voir.

Certains estiment que quand on ne peut plus vivre ensemble, on divorce. D’accord, mais les ex-époux restent rarement voisins de palier! Surtout dans un immeuble habité par des gens ayant une légère propension à régler leurs différends domestiques à coup de fusil.

A mon sens (qui reste humble), ce genre de perspective ne vaut pas mieux qu’une amputation pour traiter une maladie dont le corps entier est atteint. La question qui devrait se poser en priorité est de déterminer quelle est cette maladie. Autrement dit, œuvrer à donner un véritable sens de leur nation à ceux qui peuplent cette terre aujourd’hui appelée Liban. Ce qui passe par un développement économique équilibré, une éducation civique donnée dès le plus jeune âge, l’accès à l’éducation (ce qui signifie, accessoirement, traiter l’histoire de la région dans son intégralité, et non s’arrêter à la Seconde Guerre mondiale parce qu’aborder la création de l’Etat d’Israël est tabou), réaliser un véritable travail de mémoire, mettre en place des pratiques politiques dignes et vérifiées par des organismes indépendants, laisser émerger une classe politique moderne (aucun, et je dis bien aucun des acteurs actuels n’a de casier vierge)…

Je sais. C’est de la science-fiction.

Pourtant, de petites choses m’aident à garder espoir. Comme ces très discrètes rencontres organisées en Suisse, sur initiative helvète. Trois réunions ont déjà pu être organisées, avec la participation d’intellectuels de tous les bords politiques libanais. Tous. Apparemment, ces séances de dialogue (un vrai, cette fois) permettent d’envisager des questionnements fondamentaux, qu’ils soient politiques, religieux, sociaux. L’idée? Aboutir à une neutralité positive du Liban et un nouveau statut pour le pays. S’ils arrivent à l’envisager, à le concevoir suffisamment pour en parler de la sorte, on est en droit d’espérer que la masse (vous, nous, eux, sans distinction) comprenne qu’on ne peut bâtir que sur ce qui rassemble. Beaucoup de choses divisent les Libanais, mais il y en a tellement aussi qui les unissent.

Commentaires

Triste constat après 64 ans d' ''indépendance'' et 17ans de la fin de la guerre. Comme d'habitude, laissés à eux-mêmes, les libanais sont incapables de s'entendre sur quoi que ce soit...À ceux qui veulent la partition, je les invite à regarder le Liban de Google Earth pour constater qu'elle n'est pas viable comme vous le soulignez. Miniliban voudrait découper les Cazas du Metn, Kesserouan, Jbeil et Batroun et en faire une extension de l'Europe (!)...
D'autre part, les libanais n'ont pas le même sens de l'état, du civisme, de la citoyenneté etc...que les suisses pour bâtir une confédération stable.

Écrit par : kheireddine | vendredi, 24 août 2007

Je pense que la remarque de Aoun etait purement réthorique. La plupart des pro Aoun que je cotoie (en fait la large majorité des libanais que je connais) ne veulent qu'une chose : la libanité bref apprendre a vivre ensemble, et parmis eux il y a pas mal de mariage mixte (donc ca tend plus vers faire l'amour pas la guerre au final).
Le gros pb du liban en ce moment je pense est cette connerie atlantiste de considéré le chiisme comme l'axe du mal (Iran, Syrie, Hezb) soutenue par l'europe et une large majorité des sunnites (ou tout ce petit monde est plus ou moins lié dans des transactions douteuses dont le groupe Carlyle n'en est qu'un des exemples).
Le liban est un dommage collateral de cette guerre mondiale contre le terrorisme qui a commencé le 11/09/01 et le monde chiite a tres vite été désigné comme proche d'Al-quaïda (wahabbiste mais ca tout le monde s'en fout de cet illogisme)
Au Liban qui alimente réelement cette tension ? vu l'autisme du gouvernement siniora il y a fort a penser que c'est eux qui cherchent la dissensions entre libanais avec leur méthode puérile diabolisant le hezb et montrant Aoun comme presque un traitre insignifiant.
L'élection du Metn était d'ailleurs interessante à ce propos car elle montre que dans cette region anciennement du kataeb le candidat Aouniste inconnu a vaincu (de peu certes) un ancien président pere du député Gemayel désigné comme martyr.
Beaucoup de libanais ne veulent plus de cette dissension, ils ont tous encore en mémoire la guerre civile ils ne veulent plus vivre ca...
je finirai simplement par ce slogan de la "Byblos Bank" d'une pub que j'ai vu cet hiver "Quand seront-nous enfin Libanais ?"

Écrit par : Vincent | vendredi, 24 août 2007

Ceux qui parlent de cantons déjà ne s'accordent pas eux même.

Le canton chrétien par exemple, certains responsables le donnaient de Nahr Bared en 1975 jusqu'à Khaldé, de Bcharré jusqu'au Chouf, de Nahr Kalb jusqu`à Aamchit, etc.. etc... même de Jbeil jusqu'au Sud Liban.
Le canton druze existe lui sur le papier depuis la guerre de la montagne

Le Liban est économiquement trop petit pour être encore plus éclaté. Le Liban est politiquement trop faible pour être encore plus éclaté.

On paye simplement le prix d'une politique communautariste et sectaire depuis 1958.

Écrit par : frenchy | vendredi, 24 août 2007

Découper le Liban reviendrait à tuer ce pays. De plus, effectivement, les états qui résulteraient d'une partition n'auraient probablement pas une taille suffisante pour être économiquement viables.

Au demeurant, une partition me semble techniquement difficile à réaliser car dans de nombreuses localités coexistent, souvent sans grand problème, des personnes de religion différentes: on trouve des maronites dans le sud du pays et dans le Chouf par exemple. En cas de partition, que deviendraient ceux qui appartiendraient localement à un groupe confessionnel minoritaire? Pourront ils rester chez eux, et si oui dans quelles conditions, ou devront ils émigrer?

Les difficultés du Liban viennent avant tout de l'extérieur, même si une classe politique nationale archaïque par bien des aspects les aggrave. Il faut en effet souligner que le Liban joue, bien malgré lui, le rôle de caisse de résonnance de tous les problèmes du Proche et Moyen-Orient. Il a été victime des conflits israélo-arabe en général et israélo-palestinien plus particulièrement, il subit les contre-coups de la volonté de domination iranienne sur la région, il sert de champ de bataille tant aux israéliens qu'à ceux qui tentent de les combattre. Bref, le Liban subit de plein fouet les influences d'autres états qui ne poursuivent pas les intérêts du Liban, bien au contraire.

Enfin, il faut bien le reconnaître, à une époque et dans une région du monde où les communautarismes et l'intolérance se développent de manière incroyable, le Liban dérange. Il dérange car il est la preuve que chrétiens (maronites, orthodoxes et autres), musulmans (sunnites et chiites) et druzes peuvent vivre ensemble et former ensemble une nation à part entière. Certes, cette nation peut connaître, à l'instar d'une famille, des crises; mais le Liban est capable de les surmonter, à condition que l'ensemble des forces politiques libanaises décident de faire passer l'intérêt national avant les petits intérêts partisans, et que le Liban soit enfin doté d'un état fort, démocratique et efficace.

Amitiés à tous.

Écrit par : alexandre | vendredi, 24 août 2007

Moi je pense que fédération ne veut pas forcément dire effritement; un pays fédéral est certes divisé en plusieurs cantons parfois très différents, mais il fonctionne harmonieusement comme un tout, avec une seule armée, une seule police, etc (comme l'Amérique, la Suisse...)... C'est une variante administrative qui, à mon avis, a beaucoup de chances de marcher ici, parce que les cantons existent déjà implicitement; à quoi ça sert de le nier? Il y aura une seule loi libanaise avec quelques variantes municipales pour chaque canton; je ne vois pas où est le problème. Au contraire, les choses seront au moins claires de cette façon.

Écrit par : Oberon Brown | vendredi, 24 août 2007

Une fédération ou une confédération n'apporterait aucune des solutions aux problèmes du Liban. Les problèmes du Liban relèvent de la compétence de l'Etat : institutions centrales, politique étrangère, principes et valeurs à caractère constitutionnel, notamment.
Ce ne sont ni les Etats américains, ni les landers allemands, ni les cantons suisses qui déterminent la nature des relations avec les autres pays ou établissent le socle des valeurs communes. Ces sub-divisions permettent uniquement d'avoir une latitude plus grande en matière de politique économique et sociale.
Des cantons libanais ne résoudraient donc pas le problème des relations du Liban avec Israel et la Syrie, la question du fonctionnement des institutions centrales (lesquelles existent dans tout Etat), la nature des principes constitutionnels qui s'imposent à tous.
Avant de penser à mettre en place une décentralisation, il faudrait penser à revoir tout ce qui relève en toute hypothèse de l' Etat.
Quant à la partition, c'est un faux débat : doit-on faire une partition au regard de la localisation géographique des communautés ? Outre le fait que cela me semble pratiquement ingérable, cela ne répond pas au problème majeur du clanisme et des volte-faces de la classe politique libanaise. Si la partition avait été faîte à la fin des années 70, on aurait sans doute mis ensemble les sunnites, druzes et chiites, d'un côté, et les chrétiens de l'autre côté. Aujourd'hui, on fait quoi ? Doit-on modifier la configuration de l'Etat à chaque renversement d'alliance politique ? Qu'en sera t'il des alliances actuelles dans quelques années ? Oui, oui, Walid Joumblatt peut encore changer d'avis ... (lol)

Écrit par : SJM | vendredi, 24 août 2007

@oberon brown (dont, décidément, j'aime beaucoup le pseudo)
L'idée du projet suisse va, de ce que je sais, dans ton sens, partant du principe que le Liban est déjà constitué, d'une certaine manière, de catons: les mohafazat. Toute la question, quelle que soit l'approche, est de savoir sur quelles caractéristiques ces cantons reposeraient: confessionnels, géographiques, politiques? De plus, le principal problème au Liban résidant dans la nature de ses relations avec les pays de la région et même plus loin, comment mettre tout le monde d'accord sur la politique étrangère qui revient, en Allemagne par exemple, à la Chancellerie, donc au pouvoir central? Le serpent se mord la queue...

Écrit par : nathalie | vendredi, 24 août 2007

Bonsoir,
J'ai jeté un pavé dans la mare, à ce qu'il parait, quel remous.
Certains commence à parler du découpage, qui prend quoi, pour ma part, ce n'est pas la priorité.
La priorité est de s'entendre après, j'en suis convaincu.
quand le business se fera entre voisins tout le monde s'entendra.
Unis on est en perpétuel désaccord, séparé on sera les meilleurs amis.
Contrairement à beaucoup de gens qui pensent à un canton druze. C'est faux.
Les druzes, de par leur concept, préfèrent vivre avec d'autres, ils n'ont jamais voulu, à travers l'histoire, et ne veulent pas un canton ou une nation druze.
Ils ont choisi de vivre avec les chrétiens, même valeurs même mode de vie, même histoire, etc...
ils est évident qu'il y' a eu des conflits entre chrétiens et druzes à travers l'histoire, mais dans l'histoire même, ils ont combattu côte à côte et plusieurs fois contre les ottomans. Et actuellement les chrétiens et les druzes s'entendent à merveille. Main dans la main on va refaire le miniliban datant de 1920 en rejetant notre métastase, le hezb qui est sans espoir de récupération.

Le grand liban est parti d'un bon sentiment, il a été concu pour les chiites en les prenant dans notre nation pour les proteger des sunnites. Erreur fatales, voilà qu'ils veulent tout. Ils veulent choisir le président mais il faut pas qu'on touche à leur président du parlement, ils veulent choisir le premier ministre, ils reconnaissent pas nos martyrs, ils reconnaissent pas les autres chefs des autres communautés, ils veulent rester armés ils veulent faire la guerre etc...Ce sont des communautariste finis remplis de haines.
Les juifs il faut les jeter à la mer.
Les druzes les écraser avant de les bouffer.
Les sunnites les envoyer au désert wahabites.
Les chrétiens, on s'occupera d'eux plus tard , trop nombreux encore et ils peuvent pas tout faire en même temps.
Alors pour ce qui ont commenté ce post, en indiquant que le miniliban n'est pas viable, je leurs répond sans aucun argumentaire mais simplement par un fait, une preuve un exemple que le miniliban est viable, exemple chypre, une ile coupé en deux, la population qui la composent ne se sont pas entendus et cette ile est viable en plus c'est une ile et pas loin de nous.
Beyrouth à la longue nous reviendra de droit car il est vrai que la dahié ne sera qu'un quartier dortoir ou un ghetto. sans travail les gens déserterons la dahié.
Alors mon miniliban revient au nord à la limite de la ville de tripoli jusqu'à la limite de la ville de sidon. A l'est zahlé est incluse, reste quelque petit détails tel la bekaa ouest.
Le hezbolistan au sud avec un état totalitaire dirigé par un religieux et qui convient aux chiites puisqu' ils rejettent la démocratie.
Deux émirats , un à tripoli et un à sidon.
Pour baalbeck et environs et le akkar, je ne sais pas.
Oui il est viable:
le hezbolistan financé par l'iran.
Les deux emirats financé par l'arabie saoudites et les autres emirats du golfe.
Et le miniliban par le savoir faire de son peuple et le tourisme.
Tout le monde sera perdant mais le miniliban sera le moins perdant, je dirais même plus à la longue on sera gagnants.

la seconde option, remettre le pouvoir au hezb dés maintenant, ce n'est pas la peine d'attendre quelques décennie. Mais il faudra que les femmes s'habituent à être une minorité.
et que les hommes intégrent des milices avec une appélation, une marque déposé, résistance et qu'on aille se faire déchiqueter de temps à autre chez les juifs au bon vouloir d'un ayatollah lointain. Tout simplement par ce que un khomeini aigrie et en fin de vie a lancer un decret religieux, une fatwa que le peuple du sud exécute.
La dernière option vivre dans ce climat instable en fonction des guerres régionaux avec une dizaines de pays qui nous manipulent en fonction de leurs propres intérêt et ceci jusqu'à la fin des libanais.
Je suis pour la solution radicale la partition, ils arrêtent pas de nous reprocher des choses et ils veulent continuer à vivre avec nous c'est illogique et incohérent. Quand un(e) conjoint(e) se sépare, c'est par ce que il ou elle a des choses a lui reprocher.

J'attends avec hâte la partition, et plus tard l'intégration du pays du cêdre dans l'europe et ce n'est pas la france qui nous fera notre entrée mais bien d'autres pays chypre la grèce la pologne et surtout surtout surtout le vatican et le pape.

Écrit par : miniliban | samedi, 25 août 2007

Miniliban, le Vatican n'est pas dans l'Union européenne.
Je crois aussi que vous vous méprenez beaucoup sur l'étendue de l'influence du Pape en Europe (qui de surcroît ne représente que les catholiques croyants).
En plus, vous reprochez aux chiites de se référer à leur guide suprême alors que, vous même, vous finissez votre message en en appelant au Vatican !!!
Enfin, les chiites ne sont pas des sauvages comme vous semblez le penser et ils ne rejettent pas la démocratie. Ils ne sont pas plus communautaires que les autres. Je pense qu'au regard des massacres de populations civiles commis en 83 et 85, vous pourriez faire preuve de davantage de retenue dans votre appréciation des choses.

Écrit par : SJM | samedi, 25 août 2007

Cher SJM,
Le vatican et le pape n'est pas dans l'europe mais le pape a une telle influence que l'intégration de la montagne se fera très facilement, d'ailleurs ce n'est pas le pape qui a dit recemment que vous apporter que guerre massacre et désolation. il n'avait pas si tord que ça.
Et puis arrête de jouer avec les mots on en a marre, je termine ma phrase avec chypre la grece la pologne et le vatican ou pas, c'est un plus que je donnes à mon argumentaire que la partition se suivra d'une intégration à l'europe. (chypre et la grece étant orthodoxe, la pologne catho).

Massacre entre 83 et 85 (maintenant les mariages mixtes se multiplient), tu nous le reproches et tu veux vivre avec nous c'est incohérent et illogique, justement, c'est une bonne raison de divorcer que veut tu c'est la vie moi perso, je te reproches rien sinon que c'est invivable entre chiites et chrétiens c'est tout, je ne vais pas remonter en 75 ou vous avez pris les armes avec l'O.L.P. contre nous, sois disant maintenant comme par hasard on est devenu vos frère.
C'est terminé, commencez à reconnaitre le président de la république libanaise d'abord et après on verra, votre président à vous est ayatollah là-bas au loin, un perse qui méprise les arabes, c'est de lui que vous dépendez, joumblat a très bien compris le problème, pourtant il a essayé mais peine perdu, il a dit cherchez l'occupant du liban vous êtes bien désigné, allez en étant voisins on sera de bon amis, c'est la seule solution il y'en a pas 36. Vous êtes perdant dans cette histoire certes, mais c'est vous qui êtes responsable de cette situation.
Dans la vie, on peut pas avoir le beurre, l'argent du beurre et la bergère, vous êtes trop gourmand vous allez vous satisfaire du beurre, le sud. Petite consolation, au passage, on vous fait cadeau de la nation israelienne, vous aurez tout loisir de vous en découdre.

Écrit par : miniliban | samedi, 25 août 2007

Ce soir, je suis passé à la boulangerie Andalos de Montréal, j'était le dernier client. Les employés, des chrétiens libanais, se parlaient en arabe, il y en avait même deux que fredonnaient une chanson arabe. Je n'ai pas vu en eux des européens, au contraire, c'était des frères de race avec qui je partage un dialecte arabe, une culture et une mentalité orientales. Seuls, les noms de ces employés révélaient leur religion...Nous avons en commun beaucoup plus que ne pense miniliban et ses semblables...

Écrit par : kheireddine | samedi, 25 août 2007

Miniliban, je ne suis pas chiite ... mais il semble que j'en connaisse plus que vous.

Écrit par : SJM | samedi, 25 août 2007

@ SJM et Nathalie, (et merci Nath :) )
Je pense que vous avez raison: le choix de la confédération ne résoudra aucun des problèmes actuels auxquels nous sommes confrontés, à savoir politique extérieure et remise en cause de la souveraineté nationale. Elle pourra peut être utile en ce qui concerne par exemple la tenue vestimentaire des femmes, ou la consommation d'alcool dans les endroits publics etc., mais je pense que nous n'en sommes pas encore à ce stade...
@Miniliban,
Tes préjugés sur la communauté chiite sont catastrophiques, voyons: c'est ridicule. Je crois que la communauté chiite refuse de rendre les armes parce qu'elle n'a pas encore suffisamment de garanties économiques de la part du gouvernement libanais. Si l'Iran leur paie de l'argent pour qu'ils rebâtissent leurs maisons détruites, ils lui seront fidèles. L'Etat Libanais doit leur offrir des garanties valables pour qu'ils lui fassent confiance.
Ceci dit, TOUS les chiites ne sont pas pro-Hezb, je te le signale.

Écrit par : Oberon Brown | samedi, 25 août 2007

1) Votre post est excellent. La situation est très préoccupante et je suis d'accord avec tout ce que vous dites.

2) miniliban est un raciste doté d'un mini QI

Écrit par : Sam | samedi, 25 août 2007

Bonjour,
Merci pour ce post excellent. En effet, je vois aussi beaucoup sur internet de "forumeurs" (voire le forum du "Monde" par exemple) parler de séparation du Liban comme une menace qu'on mettrait à exécution si le dialogue échoue (bon il est un peu en échec permanent ..). Cependant, je n'ai pas l'impression que c'est nouveau et certaines parties l'utilisaient aussi pendant la guerre (par exemple pour discréditer leur ennemies). Ce qui est "marrant", c'est que les alliers n'étaient pas les mêmes à l'époque, on aurait eu alors un autre type de séparation. De plus, comme dit plus haut, les cantons ne sont pas homogènes. Il y aurait encore des problèmes de déplacés qui seraient obligés de quitter leur terre et leurs racines (il y en a assez comme ça dans la région, non ?)
Sinon, à Vincent, je ne pense pas que le noeud du problème vienne de ce que vous appelez la "connerie" atlantiste. Loin de faire de l'angélisme sur ce côté-là, le problème du hezbollah existe aussi. Aucun état démocratique ne peut tolérer une milice armée qui contrôle une région et qui y impose sa politique guerrière (ou alors si cela vous plait, aller faire un stage au sud ..). Ce qui ne veut pas dire qu'il faille refuser le dialogue (j'avais quelques espoirs dans Aoun comme beaucoup je pense, mais il se sont vite dissipés).
Quand au commentaires de Miniliban, rien à dire si ce n'est qu'il traduit le pourrissement des mentalités dûs à la guerre (et qui sera difficile à changer). Ah si, un point, vous écrivez que les chiites ont été les alliers de l'OLP au début de la guerre, vous oubliez de dire que les combats palestiniens-chiites ont été les plus violents de la guerre ... (voire à ce sujet une très bonne émission sur France Culture disponible sur leur site intitulée "Israël-Palestine" et qui relate la guerre du Liban).

Écrit par : Jerome | dimanche, 26 août 2007

Partition, canton, Federation.... je ne sais pas si tout cela represente une solution. Le Liban tiens sa richesse des quatre coins de son territoire. agriculture, commerce, tourisme, finance...le probleme c'est l'egocentrisme de tout a chacun. Deja un bon depart serait de respecter les votes et les calendriers et de façon constructive!!!!!!! qu'ils arretent de parler d'anti constitutionalité ou je ne sais pas quoi encore. Il ya eu une majorité, on peut ensuite exprimé son desaccord et son point de vue sans pour autant faire des sit in, des manifs, des attentats etc etc etc. Enfin un peu de bon sens! TOUS ces politiques doivent arreter leurs envolés lyriques et etre constructif pour une fois. Le probleme il est vraiment la je pense. Le Liban peut avoir de bonnes relations avec l'occident sans pour autant etre taxé de leche bottes des Américains ou des Français. Je ne sais pas si les types qui votent pour le Hezbollah voient plus loin que leur bout de jardin demoli par les guerres successives. Et je rejoins la les propos de Oberon Brown. Mais Faudrait quand meme qu'ils se rendent compte qu'ils soutiennent leur propre perte! combien de temps les gens pourront avaler ces histoires de victoire divine??? Enfin où dieu prone la guerre et la haine? Quel est l'avenir que propose Nasrallah? Des conflits perpetuels? ces types critiques la soit disante allegeance à l'occident mais ne voit rien a redire aux theories fumeuses des dirigeants Iraniens. C'est bien eux qui ont declaré il n'y a pas si longtemps que le Liban serait le champs de bataille et de la defaite des Américains??? super comme programme politique! en plus il me semble avoir compris que meme l'ancien leader du Hezbollah n'etait pas d'accord avec la politique de Nasrallah.... Quant aux chretiens leurs vieux demons se reveillent et le chacun pour soit prevaut! la où la solidarité et les compromis sont necessaires. Comme je le disait au debut, je ne crois pas aux solutions geographiques. Il faudrait que la "grace divine" , le terme de divin etant tres à la mode, eclaire la vision des politiques libanais et que la bonne volonté gagne enfin CHAQUE communauté.... c'est finalement pas grand chose mais ca parait tellement impossible.

Écrit par : Ted | dimanche, 26 août 2007

Vous pouvez trouver une réflexion sur l'idée d'un Liban neutre sur le blog du "Guetteur de l'Hermon" : http://le-guetteur.blogspot.com

Sursaut!

Écrit par : Sursaut | mercredi, 29 août 2007

Au fait, n'y a-t-il pas eu, du temps du Mandat, l'idée de créer un département français incluant uniquement le Mont Liban et Beyrouth. Le reste du Grand Liban (Sud, Saïda, Bekaa, Tripoli, Akkar, Hermel) étant intégré à la Syrie. Avantage de la formule : un pays presque homogène... et des politiciens locaux sans réel pouvoir, le pays faisant partie de la République Française. Désavantage : très vite, les mêmes politiciens auraient lancé des dizaines de milliers de personnes dans la rue, pour protester contre le colonialisme... et réclamer l'indépendance. L'indépendance, ses errements, ses magouilles, ses discordes.
Retour à la case départ.
Vous connaissez cette histoire qui se veut drôle : Dieu et le Diable sont en compétition. C'est à qui sera plus fort que l'autre. A ce jeu, Dieu l'emporte qur un coup de génie : il crée le Liban. Le Diable est attéré. Que faire, après cela ? Il réfléchit... Il réfléchit, et soudain, il sourit. Il vient de créer les Libanais...
Pas follement drôle, mais assez juste.
@ Nathalie et David,
bonne chance pour la suite... mais non, je ne vous souhaite ni guerre, ni tremblement de terre, ni coup d'Etat - même si ça valorise votre boulot !

Écrit par : ludovic | jeudi, 30 août 2007

Bonsoir à tous
Il est une chose que je ne m'explique vraiment pas : que veut Michel Aoun ?
Du chantre de l'anti-Syrie en 1988-89 lorsque bon nombre de ses corréligionnaires y étaient plutôt favorables (à un moment du moins), il se répend aujourd'hui dans une stratégie à mon sens suicidaire dans une alliance avec le Hezbollah -donc indirectement la Syrie.
En outre, son parti est numériquement infime comparé aux chiites (Hezb+Amal) ; il me semble naïf de croire que M. Nasrallah et son mouvement se comporteront en de loyaux alliés et lui laisseraient le nord du Liban (comme je l'ai lu quelque part) : le plus gros dévore toujours le plus petit, c'est la loi humaine. J'ai lu d'ailleurs que le Hezbollah achetait des terres dans le nord pour y placer des familles chiites. Rumeurs fondées ou fantasmes ? En tout cas, cela invaliderait la théorie d'une coexistence pacifique possible entre les deux mouvements.
J'ai passé un mois au Liban du nord au sud et de l'est à l'ouest en 2001 (au moment des arrestations contre les... FL !) : j'ai eu le sentiment d'une certaine frustration chez les chiites : majoritaires (en relatif), ils sont pour beaucoup au bas de l'échelle sociale. J'ai l'impression que leurs mouvements entendent contrôler le pays plus ou moins directement, estimant le "deal" politique actuel (accords de Taëf je présume) injuste au regard de leur poids démographique.
Je ne comprends pas ce que cherche M. Aoun. Les militants FL le soutiennent-ils réellement dans cette rémarche ? L'un de mes amis libanais m'a dit, faute de comprendre : "je crois qu'il est réellement devenu fou"...
Navré si je heurte certaines sensibilités politiques ou religieuses, cela n'est pas mon intention : j'essaye de comprendre une logique qui me parait irrationnelle. Mais je maitrise très mal les subtilités politiques libanaises, le jeu des alliances et des allégeances. J'ai donc besoin de vos lanternes.
Merci.
Antoine

Écrit par : Antoine Landrot | mardi, 13 mai 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu