Avertir le modérateur

mardi, 30 octobre 2007

Bienvenue au Nowheristan !

medium_united_colors_of_nowheristan.jpgUn pays sans frontière. Un pays rassembleur des minorités de ce monde, un pays athéiste où toutes les religions et tous les courants culturels ont leur place, un pays faisant l’amalgame entre l’Occident et l’Orient, où la tolérance et le respect des droits de l’Homme sont des piliers de l’action politique. Une utopie? Pas vraiment en fait. Ce pays existe, l’Onu s’y intéresse de près. Ce pays – cet empire transnational – porte un nom: le Nowheristan (le «Nulleparistan» pour les cancres en anglais).

medium_elefteriades.2.jpg Ce pays est né de l’imagination d’un personnage atypique, Michel Eleftériadès. Je ne m’amuserai pas ici à faire un résumé du CV du bonhomme. Eleftériadès est un fou, et c’est bien de fous dont nous avons besoin aujourd’hui face à l’armée de gens sans passion qui nous gouvernent. Dernièrement, par exemple, il a lancé une campagne demandant l'abolition de la dette publique du Liban. Une idée comme une autre pour sortir le pays de l'ornière.

Il y a deux ou trois ans, le patron du Music Hall nous en avait parlé le plus sérieusement du monde, lui qui s’est autoproclamé premier et dernier empereur du Nowheristan. Ses avocats ont trouvé une faille dans les statuts de l’Onu quant à la création d’un Etat: les frontières géographiques ne sont pas obligatoires pour être reconnu en tant que pays par les Nations unies. Résultat, le Nowheristan n’a ni frontière, ni capitale, mais pourrait délivrer des passeports à ses citoyens. Une porte ouverte à toutes les possibilités. Et faire naître un Etat sans frontière depuis le Liban, lui qui souffre tant de sa situation géographique et de ses voisins frontaliers, est un beau pied de nez à l’Histoire.

Le Nowheristan vous intéresse? Vous pouvez déposer votre demande de citoyenneté ici.

Je laisse donc la parole au principal intéressé... L'interview complète (datant d'octobre 2006) est .

jeudi, 25 octobre 2007

Musique !

medium_music.gifLa musique adoucit les mœurs, alors ne vous privez surtout pas d'écouter les chansons accessibles dans le petit lecteur dans la colonne de droite. Nous y avons mis quelques chansons libanaises d'hier, et d'autres plus actuelles (Lumi, New Government...), car le Liban ne se résume pas à la grande Fairuz ou à Barbie Wehbé. Bref, nous en avons d'autres à rajouter, mais elles attendront que nous soyons équipés d'une connexion internet digne de ce nom... car le upload est fatigant!

Nous espérons que cela vous plaira. Piochez celle qui vous tente, et bonne écoute! 

mercredi, 24 octobre 2007

Enfer et damnation... made in Lebanon

No comment :)

The angel Gabriel came to the Lord and said ‘I have to talk to you.
We have some Lebanese up here in heaven who are causing problems.
They’re swinging on the pearly gates, my horn is missing, they are wearing Dolce and Gabanas instead of their white robes, they are riding BMW’s instead of the chariots, and they’re selling their halos to people for discount prices. They refuse to keep the stairway to Heaven clear, since they keep crouching down midway eating sunflower and watermelon seeds and smoking argili.
Some of them are walking around with just one wing!’
The Lord said, ‘Lebanese are Lebanese. Heaven is home to all my children. If you want to know about real problems, call the devil.’
The Devil answered the phone, ‘Hello? Damn, hold on a minute.’
The Devil returned to the phone, ‘OK I’m back. What can I do for
you?’ Gabriel replied, ‘I just wanted to know what kind of problems
you’re having down there.’ The Devil said, ‘Hold on again. I need to check on something.’
After about 5 minutes the Devil returned to the phone and said, ‘I’m back. Now what was the question?’
Gabriel said, ‘What kind of problems are you having down there?’
The Devil said, ‘Man I don’t believe this…….Hold on.’ This time the Devil was gone 15 minutes.
The Devil returned and said, ‘I’m sorry Gabriel, I can’t talk right now.
Those damn Lebanese have put out the fire and are trying to install air conditioning!!!'

lundi, 22 octobre 2007

I must be dreaming, it can't be true

Les années 80 réservent toujours des surprises. Voici la vidéo d'une chanson de Human League que je ne connaissais pas...


PS: J'aimerais bien savoir quelle tête ont les deux présentateurs 23 ans après...

vendredi, 19 octobre 2007

Le Liban, le pays des esclaves : France 2, esclave de l’audimat

medium_philippines.jpgCi-dessus: pendant la guerre, le 7 août 2006, j'avais fait un reportage pour Le Soir sur les Philippines fuyant le Liban sous les bombes, au foyer Saint-Vincent à Achrafieh. Des milliers sont parties, elles ne sont pas toutes restées piégées par les familles libanaises elles-même en train de fuir, contrairement à ce qui a été dit dans le reportage de Dominique Torrès. Et beaucoup d'entre elles avaient également choisi de rester au Liban travailler, leur famille dépendant de leur salaire que leurs employeurs leur versent.

 

Un peu de racolage ne fait pas de mal chez France 2. Depuis le 11 octobre et la publication de l’article «Bonnes à vendre» dans Le Monde, le web francophone libanais ne parlait que de ça. Il existe même une pétition sur Facebook contre la version vidéo de l’article! Hier soir donc, France 2 a diffusé dans Envoyé spécial le documentaire réalisé par Dominique Torrès, reporter du Monde et fondatrice du Comité contre l’esclavage moderne. Le sujet: les conditions de vie et de travail au Liban du personnel de maison venu du Sri Lanka, des Philippines ou d’Afrique.

Si la cause défendue par Mme Torrès est juste (et archi juste), les moyens desservent son propos. Elle dénonce certes une pratique insupportable, qui n'est pas non plus une généralité comme elle le dit. Et ce n'est pas en faisant ce genre de sujet qu'elle fera avancer sa cause: tout au mieux, elle aura quelques filles battues de plus sur la conscience, car celles qui lui ont ouvert leur cœur à visage découvert en fin de reportage vont probablement en payer les conséquences. Bref, le reportage est avant tout un ratage professionnel.

Sur la forme

L'approche du sujet Très superficielle, très racol'. Torrès ne fait qu'effleurer un sujet passionnant, à coup d'hypothèses toutes faites et de vérités assassines préconçues. Ça faisait un peu Tintin au Congo: Torrès chez les barbares. L'un des exemples de ce sentiment de croisade et de supériorité: quand elle débarque dans un immeuble pour trouver une femme supposée coupable de maltraitance. Elle sonne à la porte, le père de famille ouvre, elle est penchée vers lui, une main appuyée sur le mur, menacante. Pas étonnant que le gars lui ferme la porte au nez, ce n'est pas comme ça qu'on obtient des infos!

Les chiffres La réalisatrice balance des chiffres à tout va. Selon elle, 30% des Libanais reconnaissent violenter leur bonne, 98% des vols imputés aux employées de maison sont faux... Selon qui madame? Elle ne source jamais ses infos, et croyez-nous, les chiffres fiables au Liban, c'est une denrée rare dans notre métier.

Le manque de "pourquoi?" Elle ne se pose jamais de questions. Pourquoi cette situation? Elle s'offusque du niveau des salaires, mais ne dit jamais, par exemple, que ce sont les ambassades des pays concernés qui fixent ces salaires, selon les nationalités donc. Les informations manquantes sont légions, et celles erronées également. Dernier exemple sur la «confiscation du passeport»: en plateau, elle dit qu'un décret sur ce point pourrait être facilement voté. C'est déjà le cas: officiellement, les employeurs n'ont pas le droit de le faire, mais ce sont les agences qui poussent à la «confiscation», pour éviter la fuite des employés alors que les employeurs sont légalement responsables de tous leurs actes. Torrès n'aborde pas les réseaux mafieux, de prostitution et autres...

Sur le fond

Un vaste et cruel sujet sur lequel nous avons déjà travaillé, vaste sujet réduit dans ce documentaire aux plus vils arguments. Si Torrès décrit une réalité indéniable, elle ne fait que décrire une seule réalité justement, sans essayer de prendre ce sujet dans son ensemble. Le documentaire tourne au sensationnalisme, écœure certainement les téléspectateurs de France et de Navarre et c’est bien compréhensible. Des histoires tordues et immondes vécues par les «bonnes», les «Philippinaises» comme disent leurs «propriétaires», on en a des tonnes. Et des crève-cœurs pour ces pauvres jeunes femmes qui quittent leur famille et ne revoient parfois leurs enfants que trois ou quatre ans plus tard. Y’a rien de nouveau là-dedans. Mais des exemples où ça se passe bien, il y en a aussi: chez un couple d’amis franco-libanais dont le mari est chef cuisinier, leur employée a tout appris de lui, même le français argotique, et compte bien ouvrir un restaurant à son retour à Manille grâce au savoir-faire emmagasiné sur le tas. Ce n’est peut-être la majorité des cas, mais ça existe aussi. Et quand on fait le boulot de Dominique Torrès, l'honnêteté intellectuelle veut que l'on décrive toutes les situations.

Alors pourquoi diffuser maintenant un tel anti-hymne au Liban et aux Libanais?  Aucune idée. Le timing est certainement fortuit, mais en tant qu’amoureux du Liban, ça me fait mal au cœur que l’on ne parle de ce pays qu’à travers ça. Avez-vous vu à la télé française des reportages positifs sur le Liban ces 5 dernières années? Pourquoi France 2 ne diffuse-t-elle pas un documentaire sur les jeunes artistes libanais, du cinéma ou d’ailleurs? C’est un peu comme les banlieues de France: entre un sujet sur les trafiquants de shit et les Yamakazi ou les associations de quartier qui remplacent le travail d’un Etat absent, les chaînes de télé préfèrent montrer les ordures plutôt que l’herbe verte. Pour le Liban, c’est pareil, pas étonnant que ce pays souffre d’un déficit d’image à l’étranger. Résultat, à la fin de l'émission, notre cousin libanais préféré habitant à Paris nous a envoyé ce SMS: «C la loose pr le Liban kel honte». Et il a raison.

Si c'est ça être grand reporter à France 2, ça donne pas envie (il y en a pourtant de bons!). Si Dominique Torrès a envie de faire un vrai reportage vidéo sur la question de «l'esclavage moderne», qu'elle essaye de le faire en Arabie Saoudite. Là, je lui tirerais mon chapeau si elle arrive ne serait-ce qu'à poser sa caméra.

mercredi, 17 octobre 2007

Washington et les interférences syriennes et iraniennes

medium_ackerman_netanyahu.jpgNos amis Américains sont parfois horripilants. Hier, sur Naharnet, je tombe sur un papier intitulé «La chambre des représentants propose une résolution condamnant la Syrie, l’Iran et leurs alliés libanais». L’idée est d’accuser Damas et Téhéran d’interférences dans les affaires internes libanaises, surtout en vue de l’élection présidentielle. OK, soit. Damas et Téhéran ne sont pas en train de rester les bras croisés. Les interférences, ces deux capitales connaissent bien le procédé, c’est vrai. Mais dans le genre «interférences aux quatre coins du monde», Washington se pose aussi en champion. C’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité.

Et puis à bien y regarder, cette nouvelle publiée sur Naharnet est finalement bien intéressante. C’est donc une sous-commission de la chambre de représentants américains qui a proposé cette résolution: la sous-commission aux affaires étrangères pour le Moyen-Orient et l’Asie du Sud, présidée par un Démocrate, Gary Ackerman (ci-dessus en photo avec son copain Benjamin). Ackerman? Inconnu au bataillon en ce qui me concerne. Après 10 secondes de recherche sur Google, il s’avère qu'Ackerman fait aussi partie du Conseil international des parlementaires juifs, d’ailleurs élu à la présidence de cette organisation lors du sommet de janvier 2006 à Jerusalem. Sans hurler au lobbying, il y a là ce que l’on appelle sobrement un «conflit d’intérêts». Pas étonnant qu’Ackerman rédige une résolution contre Damas et Téhéran. Faut-il vraiment accorder un quelconque crédit aux délires de l'Administration américaine? Est-ce vraiment dans le seul intérêt du Liban que ce genre de sous-commission dépense l'argent du contribuable du Minnesota et d'ailleurs?

Tous ces gens «bien intentionnés» pourraient peut-être nous laisser un poil tranquilles...

dimanche, 14 octobre 2007

Vacances scolaires & jours fériés : le consensus

medium_vacances.jpgAppel à candidature Amis cégétistes, amis fonctionnaires de tous les pays, venez au Liban, ce pays est fait pour vous! Amis professeurs et instituteurs de France, le Liban est le paradis des vacances! Vous voulez le beurre et l’argent du beurre, alors l'une des écoles les plus "réputées" de Beyrouth est faite pour vous, car vous pourrez y prendre les vacances libanaises PLUS les vacances françaises! Sans compter les deux mois et demi de vacances d’été, et les cours qui se terminent à 14h maximum! C’est pas le paradis, ça? Mais, mais… Enfer et damnation, 2008 est une année bissextile, et le 29 février tombe un vendredi! Ça fera un jour de travail en plus pour les profs et les administrations! Mais il faudra – malheureusement – compter avec les lendemains d’assassinats, jours décrétés fériés sur le champ. Mais pour ces jours-là, le calendrier n’est jamais rendu public à l’avance.

Au Liban, l’année scolaire est donc un véritable gruyère suisse, et les rythmes de vie pour les enfants complètement ahurissants. On se demande toujours comment les familles qui n’ont pas d’aide (soit de nounou soit de grand-parents présents) sont censé faire quand les deux parents travaillent. Voici donc le calendrier des vacances de cette école francophone, admirez le travail…

• Lundi 17 septembre: rentrée des cours
• Vendredi 12 octobre: Fitr
• Du vendredi 26 octobre au dimanche 4 novembre: vacances de la Toussaint
• Jeudi 22 novembre: Fête de l’Indépendance
• Du mercredi 19 décembre au dimanche 6 janvier: vacances de Noël + Adha
• Jeudi 10 janvier: Hégire
• Samedi 19 janvier: Achoura
• Samedi 9 février: Saint-Maron
• Du 22 février au dimanche 2 mars: vacances de mi-trimestre
• Vendredi 7 mars: fête des professeurs
• Jeudi 20 mars: naissance du prophète
• Vendredi 21 et lundi 24 mars: Pâques catholique
• Du vendredi 18 avril au dimanche 4 mai: Pâques orthodoxe + vacances de Pâques
• Du lundi 16 au dimanche 22 juin: semaine du bac (non mentionnée sur le calendrier de l’école)
• Lundi 30 juin: fin des cours
• Rentrée 2008: mi-septembre

Il y a quelques années, un homme politique libanais (j’avoue ne plus me souvenir lequel) avait proposé de réduire le nombre de jours chômés par an de 22 à 11, histoire que la machine économique ne s’endorme pas trop. Ça avait été un tollé général, dans les sphères politico-religieuses, toutes tendances et confessions confondues. Comme quoi au Liban, il y a au moins un sujet sur lequel les huiles sont d’accord.

mardi, 09 octobre 2007

Frères d’armes

Nous venons de recevoir un mail sympa de Franco-Libanais (ou Libano-français, au choix comme vous voulez) qui ont monté un groupe, G8. Ils ont repris une chanson de Dire Straits (ma préférée de ce groupe, ça tombe bien!), et ont détourné le clip d’origine. Le sujet de Brothers in arms est malheureusement lié à l’actualité du pays, de ce pays que tant de Libanais regardent de loin. Allez, appuyez sur Play…

dimanche, 07 octobre 2007

Liban / Israël : le joint commun

medium_cannabis_liban.jpgmedium_cannabis_israel.jpgL’année 2007 restera un grand cru pour les producteurs de cannabis au Liban. Plus de 7000 hectares de plantations, des revenus estimés environ à 225 millions de dollars à la revente à l’étranger (le kilo se vendant entre 1000 et 1500 dollars selon la qualité). Les cultivateurs de la Bekaa ont profité d’une année chaotique pour planter et récolter, les forces de l’ordre ayant autre chose à faire (Nahr el-Bared et tout le tralala). Il existe bien une officine chargée d’éradiquer les plantations clandestines, mais l’armée n’était pas en mesure d’assurer la sécurité des équipes d’inspection. Les paysans de la Bekaa se sont donc engouffrés dans la brèche cette année, qui selon eux, est la meilleure depuis les années 80. Les cultures de substitution voulues par l’Onu au début des années 90 n’ont jamais pu remplacer économiquement la culture de la marijuana. Au-delà des jugements pro ou anti drogues douces, la survie de centaines de familles en dépend.

Dans le commerce qui va commencer (la cueillette et la transformation sont en cours), une partie de la production va rester au Liban, une partie va partir vers l’Europe (ça fera un peu de concurrence au shit marocain, et ça fait toujours classe pour un bobo de dire qu’il fume du pollen libanais). Et une partie passera également la frontière au sud. La jeunesse dorée de Tel-Aviv (qui a tant de points communs avec celle de Beyrouth) pourra donc fumer un produit 100% «made in Lebanon». Le petit joint qui rapproche les peuples?

samedi, 06 octobre 2007

Live from Cyprus

Et voilà, comme prévu, me voilà donc à Chypre pour moins de 24 heures, histoire de faire l’aller-retour Beyrouth-Larnaca-Beyrouth (ceux qui suivent ce blog sauront pourquoi). Je suis arrivé ce matin à 8h. J’ai rencontré par hasard un copain journaliste français à l’aéroport, qui m’a déposé au «centre-ville» de Larnaca. Chypre, c’est le paradis des vacanciers britanniques, version middle class un peu beauf. Y’a que des anglais ici! Mais l’île a ses charmes. A Larnaca, qui n’est pas vraiment un endroit folichon, il y a un long front de mer bétonné, avec une belle plage publique. Un peu comme Barcelone, mais en moins beau.

Nous avions sillonné Chypre avec Nat en 1998. Je ne sais pas si le reste de l’île a changé, mais nous y avons de merveilleux souvenirs, de coins sauvages et de tranquillité. Tout ce qui manque au Liban quoi… Ces deux pays sont pourtant si proches géographiquement.

medium_amalfi.jpgCe matin donc, j’ai marché un peu pour trouver un coffee shop équipé de wi-fi. Je suis tombé sur l’Am@lfi, que je conseille vivement à tous ceux qui auront un jour quelques heures à perdre à Larnaca. L’ambiance y est sympa, la déco gentiment kitsch, la musique variée (ils viennent de passer "Maria Magdalena" de Sandra à l'instant même, suivi de "99 Luftballons" de Nena, trop cool!), les serveurs souriants et le wi-fi à volonté. Que demande le peuple? Je me suis donc connecté – alors que j’aurais pu en profiter pour me déconnecter un peu – à Internet, et premier réflexe, je suis allé voir les nouvelles sur le site de L’Orient. Pas facile de se décoller le nez de l’actualité de ce putain de pays.

Ce soir, je reprends l’avion vers Beyrouth. En espérant que tout se passe bien.

vendredi, 05 octobre 2007

Partition du Liban : le puzzle impossible

Reparlons un petit peu de cette idée de partition du Liban, chère à l’un des commentateurs de ce blog (qui a tendance à vomir ici un peu trop souvent). L’idée défendue: chacun chez soi (puisque chrétiens et musulmans ne peuvent plus cohabiter) et qu’un futur Hezbollahland chiito-chiites au Sud (au revoir les villages chrétiens) se fasse rétamer une bonne fois pour toute par Israël, tandis qu’une «principauté maronite» vivrait dans le faste et sous couverture européenne. Voilà pour l’objectif. Les moyens maintenant: on coupe le Liban en plusieurs entités (quitte à en redonner un bout à la Syrie), selon les confessions.

Très bien, bravo, en voilà une grande idée qu'elle est bonne! Mais on fait comment exactement? Si le puzzle de la partition confessionnelle vous tente (ce qui n'est pas mon cas), regardez la carte ci-dessous (source: Documentation française, 2002). Alors les (mini)malins, j’attends vos propositions (je suis sérieux, et si vous avez des cartes d'un futur Liban morcelé, envoyez-les par mail)… On superposera pour voir.

medium_communautés_liban.jpg

Personnellement, ça me coûterait de devoir présenter mon passeport pour aller manger du poisson à Saïda et de la kabbé nayé à Chtaura, ou pour aller camper aux Cèdres.

Le Liban n’est pas divisible. Point.

mercredi, 03 octobre 2007

Marche blanche : « touchant mais futile »

medium_marche_blanche.jpg

Je reviens de la marche blanche, organisée par les proches de Charles Chikhani, une victime collatérale (comme on dit) de l’attentat qui a visé le député Kataëb Antoine Ghanem, le 19 septembre dernier. Le bouche-à-oreille (et les spots publicitaires et autres Facebook) ont marché à merveille: il y avait du monde, beaucoup de monde, pour rendre hommage à un jeune homme de 28 ans. Un anonyme. «Ça aurait pu être n’importe lequel d’entre nous, qu’on s’appelle Charbel ou Mohammad, m’a dit une consœur de L’Orient croisée dans le cortège silencieux. Tout ce que l’on veut, c’est vivre en paix.»

Cette manifestation pacifique se voulait tout ce qu’il y a de plus apolitique, même si des associations affiliées au 14 Mars et quelques membres de la smala Gemayel ont fait le déplacement, ce qui n’a pas plu à tout le monde. Mais bon. Dans la foule, l’émotion était partout. Et la nouvelle cet après-midi du décès d’une 6e victime de l’attentat n’a rien fait pour arranger les choses. «En plus, elle était enceinte», comme me l’a dit une femme assise sur un trottoir.

Pour tous, l’essentiel était d’être là, physiquement ou par la pensée. Dans les rues d’Achrafieh en tout cas, les bougies sur les balcons n’étaient pas rares. Mais comme me l’a dit un ami croisé ce soir, «cette marche blanche est aussi touchante que futile, car elle ne changera rien à la situation merdique du pays.» C’est cynique mais vrai. Elle aura peut-être apporté un peu de réconfort aux femmes en deuil de la famille Chikhani. Ces dames en noir contrastaient violemment dans cet océan de chemises et t-shirts blancs.

Voici deux petites vidéos prises ce soir... 



mardi, 02 octobre 2007

Aoun ne sera pas président

medium_eraserhead_hassan.jpgBon, ce n’est pas la première fois que l’on parle ici de l’éventuelle non présence du généralissime dans le fauteuil de président cet automne. Les événements actuels semblent en train de tourner à son désavantage: le Hezb ne veut toujours pas dire qu’il sera le seul et unique candidat de l’opposition, Murr pense qu’il peut y avoir d’autres options (il se serait bien vu dans le costard s’il avait été maronite, la fripouille!)… Il est très probable qu’Aoun se fasse tacler dans ces prochaines semaines par ses alliés.

Victoire au Metn ou non, Aoun pourrait récolter ce que sa folie a semé (non pas son document d’entente avec le Hezb, mais ses nombreuses casseroles et autres déclarations délirantes…). Il y a 10 jours, outre son avertissement d'une possible guerre civile si la majorité voulait élire son président à la majorité simple, il a eu une sortie magnifique, du genre «élisez-moi président, et je démissionnerai juste après», en guise de bonne foi face à ses détracteurs qui considèrent qu’être président est le seul but dans sa vie. Alors, Aoun président ou non, on prend les paris?

En attendant, une autre question se pose en ce moment: que faisaient précisément les orangistes armés appréhendés par les forces de l’ordre dans la montagne le week-end dernier? Ah, oui, pardon, j'oubliais... Ils faisaient un pique-nique.

lundi, 01 octobre 2007

Marche blanche mercredi au Biel

medium_charles_chikhani.jpgLe bruit circule en ville, sur les ondes radio et sur le Web: mercredi 3 octobre, une marche blanche partira du Biel à 20h et se terminera place de l'Etoile, devant le siège du Parlement. C'est la famille de Charles Chikhani (ici en photo) qui a lancé l'idée. Charles est mort le 19 septembre dernier dans l'attentat qui a coûté la vie au député Antoine Ghanem à Horsh Tabet. Une sorte de symbole car ce jeune homme de 28 ans était rentré au pays il y a un an et demi après des études à l'étranger. Nous avons souvent tendance à parler de la fuite des cerveaux, mais il y a encore des jeunes qui croient en ce pays et qui reviennent au bercail malgré tout...

Donc, mercredi soir, rendez-vous au Biel, tout de blanc vêtus et armés de bougies. Si vous ne pouvez pas faire le détour, placez une bougie à vos fenêtres.

Nous, nous espérons qu'il y aura du monde simplement pour dire "khalas, ça suffit". Le peuple ne veut plus d'attentats, d'assassinats, de guerres larvées, de pseudo miliciens qui s'entraînent dans la montagne... Nous croyons fermement qu'il y a dans ce pays une majorité silencieuse qui n'en peut plus de tous ces mauvais délires. 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu