Avertir le modérateur

lundi, 12 novembre 2007

Un petit tour et puis s'en va

Et hop, Kouchner débarque à Beyrouth ce soir pour une énième visite en quelques mois. Pour reprendre l’image d’un éditorialiste d’al-Hayat, « quand le docteur [c ‘est le cas de le dire] est tellement assidu au chevet d’un malade, c’est que ce patient est dans un état grave. » Qui saurait le nier aujourd’hui ?

J’avais envie de titrer ce post « Bruits de bottes », mais devant le ballet diplomatique déployé au et autour du Liban, celui-ci m’a paru plus approprié.

Ce qui n’enlève rien au vacarme belliqueux qui retentit de plus en plus fort chez nous. Certains espèrent que nous sommes en présence de joueurs de poker, qui feront monter les enchères à coups de bluff retentissants jusqu’à l’ultime instant où ils abattront leurs cartes. Est-ce ce que signifie le discours enflammé de Hassan Nasrallah d’hier ? Ou les envolées absolutistes de Walid Joumblatt les jours précédents ?

Toujours est-il que le ton monte de part et d’autre et que sur le terrain, les tensions s’exacerbent entre partisans des deux camps. Les interventions plus ou moins bien intentionnées, plus ou moins bienvenues d’un Sarkozy qui a fait de la crise libanaise une occasion de renouer les liens entre la France et les Etats-Unis, d’un Bush qui, en fin de mandat, compte bien afficher au moins une « réussite » à son palmarès moyen-oriental, d’un Poutine qui soutient la Syrie quand ça l’arrange puis fait pression sur elle quand ça ne l’arrange plus, d’un Ahmadinejad qui a décidé que le Liban serait le fer de lance de son combat contre le Grand Satan, d’un Assad (et sa clique) qui est plus que jamais décidé à faire traîner les choses dans l’espoir que le vent tourne et remette son régime au cœur de la scène politique régionale, d’un Erdogan tiraillé entre son alliance avec Israël qui l’a mis dans un drôle de pétrin en survolant son territoire pour effectuer un mystérieux raid en Syrie, et sa voisine la Syrie justement, et c’est toujours mieux de bien s’entendre avec ses voisins, d’un Olmert qui n’a pas digéré le camouflet militaro-politique de l’été dernier et qui doit faire avec une population inquiète de l’ostentatoire remilitarisation du Hezbollah, d’un roi Abdallah décidé à prouver à Bachar qu’il n’est pas un "sous-homme" – la preuve, il a rencontré le pape Benoît XVI – et d’un Benoît XVI, justement, qui « s’inquiète » pour la communauté chrétienne du Liban… Même les Chypriotes se sont mis de la partie.

Hafez el-Assad doit se retourner dans sa tombe lui qui, depuis 1975, avait toujours tout fait pour empêcher l’internationalisation de la question libanaise. C’est raté.

Tout ce petit monde s’active autour d’un pays – le nôtre – pour tenter de dissuader son peuple – nous – de se suicider. C’est quand même un comble !

Toujours est-il que nous nous retrouvons avec tout un tas des ballerines diplomatiques dont le pas souvent disgracieux, rarement léger, ne risque pas de mettre les bruits de bottes en sourdine. Parce qu’au Liban, certains considèrent que les bruits de bottes, c’est festif.

Hier, en ce beau dimanche pluvieux et gris, alors que je travaillais péniblement sur un article complètement déconnecté des questions du moment (la pub, que du bonheur…), des pétarades m’ont fait sursauter pour la même raison que la veille, je m’étais précipitée au balcon en entendant des hurlements dans la rue : la crainte que l’étincelle qui allait mettre le feu aux poudres se soit produite et que les Libanais aient décidé d’en venir aux mains (enfin, façon de parler, parce que mes chers compatriotes se serviraient sans doute d’outils plus… définitifs que leurs poings). Mais non. Dans le dernier cas, il s’agissait d’une dispute de quartier particulièrement violente. Dans le premier, il s’agissait de tirs de joie des partisans du Hezbollah, suite au virulent discours de leur sayyed. Mais cela en dit long sur l’état d’anxiété permanente dans lequel nous vivons (et dire que je me plaignais des coupures d’électricité…).

Nous vivons actuellement sur une bombe à retardement. Certains jettent de l’huile sur le feu, partant du principe que la meilleure des défenses, c’est l’attaque ; d’autres s’arment parce qu’ils estiment qu’il vaut mieux prévenir que guérir et qu’ils doivent pouvoir se protéger ; d’autres encore fichent le camp, leur faculté d’espérer ayant été usée jusqu’à la corde; les derniers s’accrochent parce qu’ils n’ont pas le choix, parce que le constat d’échec serait trop terrible. Ou parce qu’ ils estiment que de toute façon, le Liban en a vu d’autres, et eux avec.

Personnellement, je crois que jamais le Liban tel que nous le connaissons n’a été autant en danger. Qu’importe les camps, les médiations, les interférences étrangères.

La responsabilité de ce qui arrivera incombera en premier lieu aux Libanais qui n’auront pas su faire passer leur pays et sa paix avant leur culte idolâtre d’un quelconque leader et avant les rancunes et incompréhensions que, certes, on ne leur a pas laissé le loisir de régler au cours des 15 années d’occupation syrienne, mais qu’eux-mêmes n’auront bien souvent pas appris à dépasser tout seuls.

Je reste convaincue qu’il se trouve au Liban une majorité silencieuse qui rejette ces bruits de bottes. Mais bon sang, il est des cas où décidément, le silence n’est pas d’or.

Commentaires

On n'a pas trop le moral en ce moment...

Écrit par : david | lundi, 12 novembre 2007

ouai on a remarqué mais c'est partagé par la plupart des libanais.

Cheer up ou ca passe ou ca casse prochainement...

Écrit par : frenchy | lundi, 12 novembre 2007

Il ne reste rien d'espoir, pour le Liban, aujourd'hui, chez le Libanais, si ce n'est une mince lueur, fort mince d'ailleurs, d'un optimisme à pouvoir un jour être optimiste à nouveau.

Écrit par : Prophyre de Tyr | lundi, 12 novembre 2007

Vu de France : chaque jour depuis des mois, j'ouvre toujours le site de L'Orientle Jour avec inquiétude... c'est vrai que nos problèmes de Parisiens et de Franciliens (les grèves, quel bonheur !) sont carrément insignifiants avec ceux du quotidien des Libanais. D'autant qu'il ne suffit pas d'élire un Président, mais de le garder en vie. 6 ans, c'est long !
Bon, pour vous détendre, je viens de découvrir Facebook, et naturellement j'ai été me promener sur la partie libanaise du réseau. Ce qui m'a frappé, dans les "Profiles", "Friends" et autres rubriques, c'est l'insouciance, les jeux, les messages, les photos prises au soleil, sur fond de fleurs, ou de mer - le côté "imitation jet set" dont je sais bien qu'il sert à cacher beaucoup de choses. Quelqu'un qui ne connaîtrait rien au Liban pourrait penser que c'est la dolce vita. Et dire que ça pourrait (presque) être vrai...

Écrit par : ludovic | mardi, 13 novembre 2007

@ Nathalie,
je te trouve quand même bien dure avec notre Kouchner national. Je suis sûr que le Liban lui tient à coeur, qu'il fait ce qu'il peut, et qu'il le fait avec sincérité. Après tout, il pourrait se retirer discrètement de ce "merdier", et gérer des affaires plus calmes... Je ne pense pas qu'il ait des vues "impérialistes" ni une folle envie d'exercer une tutelle ici. Sa démarche est loin d'être mauvaise, et s'il ne réussit pas, je pense qu'on ne pourra pas lui en vouloir.

Écrit par : ludovic | mardi, 13 novembre 2007

La majorité silencieuse, ce qu'elle en dit, le silence n'est plus d'or, le silence est frustrant.......

donc :

Je suis pour le Liban....
Je suis pour le Liban libre souverain indépendant.
Je suis pour un état fort
Je suis contre le fait d'affamer le peuple
Je suis pour la justice
Je suis pour aider les plus pauvres
Je suis contre la corruption
Je suis pour la transparence au niveau de l'argent de l'état
Je suis pour l'entente entre Aoun et Nasrallah
Je suis pour l'entente entre Joumblat, Geagea, Hariri, et co
Je suis aussi pour l'entente entre les 2 clans cités ci-dessus
Je suis pour que chrétiens et musulmans vivent en parfaite harmonie et recpect
Je suis pour un Liban où on est libre de mettre un chador ou avoir le nombril à l'air
Je suis contre les armes en dehors des armes de l'armée
Je suis contre les armes en dehors des camps et DANS les camps
Je suis pour trouver une solution digne pour les palestiniens
Je suis contre le fait d'instrumentaliser les palestiniens et les libanais
Je suis contre le fait de libérer Jerusalem, l'Irak et l'Afghanistan à partir du Liban
Je suis contre les armes des uns et des autres
Je suis pour que l'armée défende équitablement TOUS les libanais
Je suis contre le fait d'avoir un état dans l'état
Je suis pour la paix
Je suis pour la prospérité
Je suis pour que le Liban attire des touristes : les touristes du Golfe et les touristes européens et les touristes du monde entier
Je suis pour que les habitants du sud puissent faire découvrir leurs beaux villages et leur mer bleue et leur gentillesse aux touristes du monde entier
Je suis pour le tourisme chez l'habitant qui permettra aux plus démunis de profiter de la paix et de la prospérité
Je suis contre le fait de marginaliser certains libanais
Je suis contre le fait de donner une mauvaise image de certains libanais dans le monde
Je suis pour que le Liban ne fasse plus peur
Je suis pour que le hezbollah ne fasse plus peur
Je suis pour une ambassade syrienne au Liban et vice versa
Je suis pour le respect entre pays voisins
Je suis contre les bombardements et les excès israéliens
Je suis contre les assassinats et les voitures piégées
Je suis contre les enlèvements
Je suis contre le fait de convaincre les autres avec des armes
Je suis pour la diplomatie
Je suis pour le dialogue
Je suis pour la légalité
Je suis pour que toutes les parties soient représentées dans le gouvernement et travaillent main dans la main
Je suis contre le fait d'utiliser le Liban (et la Palestine et l'Irak) pour résoudre les problèmes des "grands" de ce monde
Je suis contre le fait d'utiliser les chiites comme chair à canon
Je suis contre les usines d'armes
Je suis pour la critique constructive
Je suis pour le dialogue
Je suis pour la PAIX
Je suis pour l'amour

nb: je suis aussi pour la kebbé, le tabboulé, la manouché, les sambousiks etc....

Signé : une libanaise exaspérée par ce qui se passe et qui ne comprend pas pourquoi tout ce qui est cité ci-dessus n'est pas compatible!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : mc | mardi, 13 novembre 2007

@mc
Comme on dit chez nous:
"Men temmik la abouab el sama'"!

Écrit par : nathalie | mardi, 13 novembre 2007

relax les amis, en matiere de guerre et dans le cas du liban, je crois plus aux effets de surprise qu'aux effets d'annonce, autrement dit la guerre c'est un peu comme le sexe, plus on parle, moins on en fait, les joutes verbales levantines sont levantines justement, ca fait partie du jeu, je suis persuadé qu'il y aura a la fin de la semaine prochaine une solution ultime, un deus ex-machina, quite a ce qu'il prenne la forme d'un package deal allant bien au dela de l'enjeu presidentiel qui n'en est pas vraiment un en tant que tel donc, plutot l'arbre qui cache la foret (des negociations).

Laurent

ps : bigre, il me revient a l'esprit deux contre-exemples : hitler et rocco sifredi, mais on va dire que ce sont les exceptions qui confirment la regle..

Écrit par : laurent | mardi, 13 novembre 2007

Merci Nathalie

Mais j'ai beau tapé sur abouab el sama, ça ne s'ouvre pas, le gardien est bigrement sourd...

Ceci dit, bon courage pour ceux qui sont au Liban, et sachez que ceux qui n'y sont pas ne rêvent que d'une chose c'est dy revenir!!

Écrit par : mc | mardi, 13 novembre 2007

@Laurent

les 2 contres exemples sont terrifiants...
J'espère qu'il n'y pas de contre exemple au Liban!!

Écrit par : mc | mardi, 13 novembre 2007

Je crois que Laurent a raison: les factions en lice s'affrontent verbalement pour la galerie, et aussi pour motiver leurs supporters, mais discuttent pendant ce temps là en vue d'un accord qui ne fasse perdre la face à personne (si possible). Evidemment, si Laurent (et donc moi aussi au passage) s'est trompé... Je n'ose envisager les conséquences, mais la guerre civile est à craindre.

Écrit par : alexandre | mardi, 13 novembre 2007

j'ai un contre exemple pour le liban: Nasrallah. ce qu'il dit il finit toujours (ou presque) par le faire. et en ecoutant ses derniers propos ca ne presage rien de bon.

Écrit par : sebastien | mardi, 13 novembre 2007

@Sebastien: il arrive, heureusement ou malheureusement selon les hypothèses, que Nasrallah mente. Par exemple, quand au Printemps 2006 il avait juré à Siniora que le Hezbollah ne titillerait pas Israël afin de préserver le bon déroulement de la saison touristique 2006 qui s'annonçait comme la meilleure depuis la fin de la guerre. On connait hélas la suite...

Écrit par : alexandre | mardi, 13 novembre 2007

Tout ce qui semblait impossible a fini par se realiser :
1/ Le tribunal International
2/ L'armee au Sud-Liban
3/ Les elections partielles
4/ L'armee dans un camp Palestinien ...
Yalla un peu d optimisme !! Il y aura un president consensuelle ..
Mik.

Écrit par : Mik | mercredi, 14 novembre 2007

@Mik
Oui tout ce qui semblait impossible a fini par se réaliser, mais après l'échéance de la présidentielle "on" inventera une nouvelle échéance, qui semblera impossible à réaliser, avec des hauts et des bas, des douches écossaises etc.....
Merci quand même de "souffler" un peu d'optimisme...
Il faut que le peuple se réveille et refuse le discours de plus en plus bas des dirigeants, il faut que le peuple refuse d'être manipulé...

Écrit par : mc | mercredi, 14 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu