Avertir le modérateur

mercredi, 05 mars 2008

Décentralisation & régionalisme : un avenir pour le Liban ?

395311fa82c7b5782bdc98c7f417eaf9.jpgIl y a des semaines où d’un coup, on entend parler d’une même chose à plusieurs reprises, dans des endroits différents. Hier, j’ai assisté à une réunion de grands patrons libanais. Et avant-hier, j’ai interviewé Sami Gemayel, fils d’Amine et frère de Pierre. A chaque fois, j’ai entendu les mots «décentralisation» ou «modèle espagnol». Avec Cheikh Sami, l’idée était même poussée plus loin, avec le mot «régionalisme», pour ne pas dire «fédéralisme».

Lors de la réunion des grands patrons libanais, un représentant du ministère des Finances a expliqué que son équipe bossait dur sur un vaste projet de décentralisation de certaines compétences de l’Etat, tout en disant que l’idéal pour le pays serait l’établissement d’un superministère gérant l’Economie et les Finances. Mais c’est avec le fils de l’ancien président de la République que le raisonnement est allé plus loin. Ce qui va suivre est un peu long, mais bon, ça fait avancer le débat...

Son point de vue n’est pas exempt de toute critique, mais il y a quelques idées intéressantes. La réflexion de son groupe de travail – pas uniquement composé de Kataëb comme lui, mais aussi d'autres tendances politiques – a suivi deux axes: la définition de ce qui «a foiré dans le modèle libanais» (pour reprendre ses mots), et les recommandations pour imaginer un futur apaisé. Voici de larges extraits de ses propos.

Le bilan d’un Liban en faillite

  • «Le régime actuel date de 1943 avec l’établissement du système confessionnel, du système des quotas et de la démocratie consensuelle. Puis en 1990 avec l’accord de Taëf, il n’y a pas eu de modification du système politique mais une modification des quotas avec un rééquilibrage des compétences entre les communautés. Ce régime n’a pas réussi à contenir ou à prévenir les conflits et à constituer une citoyenneté libanaise, et n’a pas encouragé le dialogue interlibanais.»
  • «Pour avancer, il faut que tout le monde soit d’accord sur le bilan. Il y en a qui disent que le système n’a pas foiré. Mais au bout de 60 ans, il y a eu des dizaines de milliers de morts et le pays est à nouveau au bord d’une guerre civile: s’ils me disent que le système n’a pas foiré, c’est que ces gens-là ont un sérieux problème d’objectivité.»
  • «Nous avons le choix entre 3 systèmes: l’actuel, un régime laïc – impossible au Liban avant 50 ans minimum –, et le régionalisme à l’espagnole.»

Décentralisation des compétences

  • «Le régionalisme donnera des garanties aux communautés qui ne sentiront plus menacées. Quand il y aura des conseils régionaux qu’elles éliront elles-mêmes et qui auront 50 à 70% des compétences du Parlement actuel, elles pourront prendre des décisions indépendamment des autres régions. Ce transfert de compétences ira du Budget à la culture, de l’industrie à l’éducation en passant par la santé et l’écologie. Tous ces domaines-là seront traités au sein même des régions.»
  • «Ces conseils régionaux seront constitués par une quinzaine de membres élus au suffrage universel par les habitants de ces régions. Au sein même de ces conseils, il n’y aura plus de quotas. Pour les régions mixtes, il pourrait y avoir une sorte de gentleman agreement, mais plus de quotas. En règle générale, toutes les régions auront une majorité communautaire. Pour les minorités présentes dans les régions, nous préconisons l’établissement d’un tribunal national, comme le tribunal fédéral du Canada, dont la mission sera de traiter tous les cas d’atteintes à une minorité. Ce tribunal jugera les cas en référé, c’est-à-dire qu’il devra statuer en 48 heures maximum. Chaque citoyen victime une discrimination pourra saisir ce tribunal composé de représentant de toutes les communautés.»

Quel financement et quelle gestion des ressources?

  • «Il n’y aura pas de risque de déséquilibre entre des régions plus dynamiques que d’autres, car au niveau central, l’Etat sera plus fort et assurera l’équilibre: les régions riches devront payer plus à l’Etat qui redistribuera aux autres. Ce système de redistribution sera clair et transparent. Aujourd’hui, vous avez des régions qui payent 60 ou 70% du coût de fonctionnement de l’Etat tout entier!»
  • «Les ressources naturelles seront du ressort de l’Etat central. Si l’on trouve du pétrole ou du gaz, tout cela sera nationalisé.»
  • «Dans un système régionaliste, nous préconisons l’établissement dans chaque région d’une source électrique, quelle soit au gaz ou hydraulique.»

L’enterrement de la République des quotas

  • «Concernant la composition du Parlement, il n’y aura plus de quotas confessionnels dans le nouveau système électoral. Les élections législatives se feront dans chaque région: finalement, on ne pourra déconfessionnaliser que si l’on décentralise.»
  • «Il n’y a pas de planning, cela dépendra de l’évolution de la crise au Liban. Nous allons faire de notre mieux pour aller le plus vite possible, mais de là à dire que cela va prendre 5 ans, ou 3 ans ou 10 ans, je ne sais pas. Si la crise politique actuelle perdure, peut-être que notre projet sera plus rapidement instauré. Si le divorce dont parle Walid Joumblatt est avalisé par la partie adverse, à ce moment-là, cela ira vite.»

Le Hezbollah (là, le ton monte) et les «conditions sine qua non» de réussite

  • «Le Hezbollah n’est pas capable de discuter avec la moitié des Libanais. Il y a une moitié des Libanais qui ne veut pas vivre avec le Hezbollah, c’est une réalité. A un moment donné, il va bien falloir se mettre autour d’une table et discuter. Quand Nasrallah dit «Je ne veux pas de ce projet-là», l’alternative de Hassan Nasrallah est d’éliminer le reste des Libanais, militairement, politiquement ou économiquement. Il dit «Je représente la moitié des Libanais, et toi l’autre. Mais moi, je ne veux pas trouver de solution à l’amiable pour se partager le pays moitié-moitié. Je ne suis pas d’accord avec ce découpage.» Mais en même temps, il accuse l’autre d’être un traître. Où est l’alternative? Nasrallah propose un système de vie qui est refusé par la moitié des Libanais qu’il traite de «traîtres». Dans le système régionaliste, il n’y aura plus d’armes illégales. L’une des conditions principales reste l’unification du port d’armes au sein de l’armée. Au sein des régions chiites, nous aurons un système démocratique. Le Hezbollah va se présenter, et il y aura quelqu’un en face de lui. Il y aura donc une opposition au sein même des régions chiites, comme dans les régions chrétiennes. L’opposition ne sera plus intercommunautaire mais intracommunautaire. Les chiites seront entre eux, les chrétiens seront entre eux, les sunnites et les druzes aussi, ce qui obligera tout le monde à établir un système démocratique au sein des régions.»
  • «Pour la décision de guerre et de paix, nous préconisons la neutralité. C’est une condition sine qua non. Il faut sortir du système actuel où une moitié de la population veut le choix de la "résistance" et l’autre moitié n’en veut plus. Le système politique que nous voulons est basé sur le principe de la reconnaissance de l’autre. A partir de là, si tu m’acceptes, si tu me reconnais en tant que partenaire dans ce pays, tu n’as pas le droit de m’imposer une guerre.»
  • «Ce projet paraît impossible, parce qu’aujourd’hui, il y a un parti qui est en train d’imposer à tous les Libanais ce qu’il veut. Ou bien on accepte cet état de fait, ou bien on se reconnaît mutuellement. Le Hezbollah fait ce qu’il veut parce qu’il a un point fort illégitime et illégal, ce sont ces armes. C'est du chantage. Ce facteur est anormal dans n’importe quel Etat qui se respecte. Une fois qu’il n’aura plus ses armes, il ne pourra plus imposer tout ça. On ne peut pas continuer à vivre avec un déséquilibre pareil! La limite de ce projet est d’amener le Hezbollah à table pour qu’il désarme.»
  • «Quelle solution pour amener le Hezbollah à désarmer de lui-même? Il n’y en a pas. Soit le Hezbollah veut entrer dans un projet d’Etat, soit il ne le veut pas. Dans le système régionaliste, grâce à ses députés régionaux, il aura son droit de veto par rapport à n’importe quelle décision que se prendra au niveau central, comme par exemple la naturalisation des Palestiniens. Selon notre projet, le droit de veto sera donné à tout groupe parlementaire ayant au moins 20 députés (sur 128). Et le Hezbollah les aura facilement, car les chiites devraient avoir entre 40 et 45 députés. Le Hezbollah aura son droit de veto, il n’aura plus besoin de ses armes.»

Alors, cher internaute libanophile, qu’en penses-tu?

Commentaires

amener le hezb a vouloir desarmer? meme si tout le monde en reve cela me semble impossible. je ne vois pas nasrallah dire demain a ses hommes: "ok les gars on rend nos armes et on devient neutre". a mon avis s'il fait ca il pourra dire adieu a son milliard de $ qu'il touche chaque annee de la part de l'iran.
en plus il sera considere comme traitre en iran pour avoir desobei au mollah. donc il se fera assassine et on aura le droit a un nouveau nasrallah. de plus ils accuseront israel ou les americains et ils feront tout peter.

pour le reste il y a du bon et du moins bon mais j'avoue que l'idee n'est pas forcement mauvaise: seul hic, il va vraiment falloir que tout soit transparent et que les hommes politiques arretent de se servir au passage.

Écrit par : sebastien | mercredi, 05 mars 2008

je sais bien que lorsque l'on confronte les idées à la réalité, il y a une sorte de grand gouffre...

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

Ces petits extrémistes peuvent continuer de fantasmer, leur système n'a aucune chance de voir le jour. L'imbrication des libanais est trop grande pour qu'on puisse envisager un apartheid comme ces nazillons en rêvent. Ils essaient de camoufler leur fanatisme religieux derrière des grands concepts auxquels ils ne comprennent que dalle. A mes yeux, ils ne sont que la version chrétienne du Hezbollah.
La seule voie de sortie libanaise est la laïcisation accompagnée d'un système de protection des minorités. Il est faut de dire que cela est impossible, cela n'a tout simplement jamais été essayé faute de courage et de volonté politique.

Écrit par : Paul | mercredi, 05 mars 2008

@Paul
Je ne suis pas convaincue par le système envisagé par "Cheikh Sami" mais à l'inverse, tu parles de laïcisation. Or crois-tu vraiment que la population y est prête (j'aimerais bien mais j'en doute) et surtout que cela pourrait être accepté par le Hezbollah, le parti par excellence se définissant sur des critères religieux et ayant une idéologie religieuse?

@sebastien
C'est un très gros hic, ce que tu mentionnes !

Écrit par : nathalie | mercredi, 05 mars 2008

Cet interview est très intéressante.

Mais beaucoup d'ambiguités et de non-dits :

1) Sami Gemayel souhaite la suppression du confessionnalisme et des quotas : donc, j'en déduis que le parlement devrait être davantage à l'image de la population libanaise actuelle. Sami Gemayel a t-il conscience que les chrétiens n'auront plus, dans ce cas, la moitié des députés ? Est-il pour qu'un recensement soit effectué ?

2) Sami Gemayel parle de régionalisme à l'espagnole mais, dans le même temps, parle d'un renforcement de l'Etat. Je dirais plutôt que la priorité est un renforcement de l'Etat suivi éventuellement d'un régionalisme.

3) Sami Gemayel parle de "veto" accordé à la communauté chiite via les représentants élus. Pourquoi alors les Kataebs refusent d'accorder ce droit de veto au sein du gouvernement ? (Droit de veto au gouvernement qui ne serait d'ailleurs pas un droit de veto "chiite" mais un droit de veto "chiites + CPL", ce qui n'est pas la même chose).

4) En quoi le régionalisme apporte des solutions au problème majeur du Liban qui est : comment je gère mes relations avec mes voisins ? (Ce problème est par nature et exclusivement de la compétence de l'Etat central).

Derrière des idées neuves, importées d'Europe, n'y a t-il pas en réalité de la part de Sami Gemayel une vision un peu étriquée des choses : autrement dit, nous, maronites, avons perdu le pouvoir au Liban, alors faisons en sorte de le récupérer à un autre niveau, celui d'une ou deux régions ... C'est l'impression que cela me donne mais peut-être suis-je un peu tordu.

Écrit par : SJM | mercredi, 05 mars 2008

@ Paul
Un régime laïc au Liban? On peut toujours rêver! Je rejoints Sami Gemayel sur une chose: cela prendra peut-être 50 ans. Mais à condition que l'éducation (encore et toujours, c'est mon cheval de bataille) soit en premier lieu laïcisée, pour que cet idéal entre dans le crâne des nouvelles générations. Mission impossible? Y'a des chances.

@ SJM
Le plan proposé par Gemayel soulève en effet de nombreuses questions (le menhir dans l'engrenage restant évidemment le Hezb).
Dans l'optique où les chrétiens vont devenir une petite minorité dans 20 ou 30 ans (sur le plan démographique), il est logique pour eux de réfléchir à "comment sauver les meubles?" et "comment garder une part du pouvoir?". Gemayel présente sa solution, il y en a peut-être d'autres. L'idée de ce post est d'avancer une idée pour voir s'il y a des contre-propositions...

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

Ce projet est certes intéressant. Comme le font remarquer Nathalie et David (je ne sais pas lequel des deux est l'auteur de cette note), il y a des idées, mais on peut bien évidemment les critiquer.

Fédéralisme et décentralisation ne sont pas la même chose (ici, je m'exprime en tant que juriste). Le fédéralisme consiste en la superposition d'états qui s'"associent" dans le cadre d'un état dit fédéral; précisons que les états fédérés ne disparaissent pas, ils ne se "fondent" pas dans l'état fédéral; il en résulte deux niveaux de compétences: les compétences fédérales confiées à l'état fédéral, et les compétences fédérées confiées aux états fédérés. Il y a donc une législation fédérale, et des législations fédérées. L'état fédéral et les états fédérés ont chacun leur propre budget qu'ils gèrent eux-même pour assumer leurs compétences respectives. Les états fédérés ont leur propre gouvernement. L'état fédéral ne peut, sans l'accord des états fédérés, empiété sur les compétences fédérées, ni en modifier le périmètre à moins de passer par une réforme de la constitution fédérale (ce qui ne se fera pas en principe sans l'accord des états fédérés.

La décentralisation, que nous connaissons bien en France, préserve le caractère unitaire de l'état; ce dernier reconnaît tout simplement l'existence de certaines collectivité auxquelles il transfère certaines compétences qu'il détermine lui-même. Ces collectivités (communes, départements ou régions par exemple) sont régies par une législation nationale qui délimite donc leur compétence et encadre leur fonctionnement. Ces collectivités n'ont pas de pouvoir législatif: elles ne créent pas de lois locales, mais seulement des règlements lesquels ne doivent contrevenir à aucune règle nationale; bref, ces collectivités ne se gouvernent pas, elles s'administrent de façon plus ou moins autonome et dans les limites fixées par les lois et règlements nationaux.

Le terme régionalisme m'apparaît plus flou: soit les "régions" deviennent de véritables états, lesquels s'entendent pour s'unir dans le cadre d'une fédération, soit l'état libanais crée des régions auxquelles il transfère des compétences sans pour autant les doter des attributs d'un état, et il met donc en place une décentralisation (ce qui ne permet aux élus locaux de s'imposer face au pouvoir central).

J'ai été un peu long, vous voudrez bien m'en excuser, mais il me semble important de savoir poser le cadre juridique dans certains débats (pour des développement plus importants, je suggère la lecture d'un ouvrage de droit constitutionnel tel que ceux de Jean et Jean-Eric Gicquel).

Écrit par : alexandre | mercredi, 05 mars 2008

@ David

Il serait très intéressant d'avoir une interview d'un responsable du Hezbollah sur le sujet.

J'avais lu des propositions du CPL qui me plaisaient bien ; il faudrait que je les retrouve ou qu'un de ses supporters les expose.

La proposition de Sami Gemayel me fait un peu penser à : "comment renforcer le confessionnalisme en le supprimant ..."

Écrit par : SJM | mercredi, 05 mars 2008

@SJM
Je suis assez d'accord avec ta perception des choses ("Derrière des idées neuves, importées d'Europe, n'y a t-il pas en réalité de la part de Sami Gemayel une vision un peu étriquée des choses : autrement dit, nous, maronites, avons perdu le pouvoir au Liban, alors faisons en sorte de le récupérer à un autre niveau, celui d'une ou deux régions"). Mais c'est rigolo, quand tu répètes Sami Gemayel parle, a dit, etc., on dirait que tu joues à Jacques a dit! ;-)

Écrit par : nathalie | mercredi, 05 mars 2008

@ Nathalie

C'est la déformation professionnelle ... c'est pour accentuer l'effet ; enfin, je crois... -)

Bonne journée.

Écrit par : SJM | mercredi, 05 mars 2008

personne n'a aimé le nouveau drapeau libanais? beeeeuuuuuuuuuuuuuuhhhhhhhhhhhhh :-(
je me casse le cul à faire des illustrations sympas (enfin je crois), et personne ne remarque. Bon, si c'est comme ça, je m'casse! Je vais voir si Priscilla veut bien me consoler.

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

La réflexion de SJM est à mon sens pertinente quand il indique que ce projet pourrait paradoxalement aboutir à renforcer le confessionnalisme qu'il souhaite faire disparaître. En effet, la mise en oeuvre de ce projet, ou en tout cas une certaine forme de mise en oeuvre de ce projet, pourrait aboutir à une situation de replis communautaires: les maronites vivraient entre eux et se gèreraient eux-mêmes, ainsi que les sunnites, les chiites, les druzes... Je me demande si le Liban y survivrait.

Si on veut que le Liban ait une chance de survie dans le cadre d'un tel projet, il me semble que plusieurs conditions doivent être respectées (évidemment, chacun est libre de ne pas partager mon point de vue):
1/ Une décentralisation dans le cadre d'un état unitaire me semble préférable à une férération;
2/ il faut que l'etat soit credible, c'est à dire capable de faire respecter les lois et règlements sur l'ensemble du territoire (ce qui n'est pas gagné à ce jour, le simple fait que le hezbollah soit armé décrédibilisant l'état);
3/ L'ensemble des forces de sécurité, la justice, mais aussi l'éducation, doivent rester des compétences nationales.

L'éducation est un point vital; si elle est abandonnée à de petits seigneurs féodaux locaux, je doute que préparer la jeunesse au "vivre ensemble" soit leur priorité.

Écrit par : alexandre | mercredi, 05 mars 2008

@alexandre
d'accord avec toi +1 000!

Écrit par : nathalie | mercredi, 05 mars 2008

@ Alexandre
Entièrement d'accord concernant l'éducation!

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

@ David: ton drapeau est rigolo, mais en toute honnêteté il serait un peu ridicule pour un pays quelqu'il soit. Ceci étant, il est démontré que le ridicule ne tue pas, sinon beaucoup de politiciens libanais (ainsi que d'autres pays) seraient morts.

Écrit par : alexandre | mercredi, 05 mars 2008

rigolo mais ridicule. OK, david note. Quelqu'un d'autre?

Écrit par : Priscilla | mercredi, 05 mars 2008

Utopique et irréalisable le décentralisation à la Gemayel, cela aboutirait à la mainmise et le pillage sans contrôle par de petites cliques au niveau des régions devenues des micro-états.

Je pense que la déconfessionalisation de l'état serait la meilleure alternative, à commencer par la fonction publique ce qui briserait le clientélisme politique. L'élection des députés ne doit plus être sur base confessionnelle mais seulement régionale, le lieu de vote doit être basé sur le lieu de résidence et non plus basé sur le recensement de 1932. Afin de briser l'oligarchie du pouvoir, le président doit être élu au suffrage universel et pourrait être de n'importe que confession. La présidence du conseil des ministres aussi sera déconfessionalisée ainsi que la présidence du parlement.
Un sénat de 17 sénateurs, chacun représentant une communauté, sera élu sur base confessionnelle et au niveau national afin de représenter les communautés mais n'aura aucun pouvoir législatif mais aura des fonctions consultatives.
Enfin, le mariage civil facultatif sera instauré.

Je peux toujours rêver, mon rêve est aussi utopique. Mais comment briser le cercle vicieux du confessionalisme et du clientélisme politique? Comment bâtir une identité libanaise commune?

Écrit par : kheireddine | mercredi, 05 mars 2008

oui, comment? Déconfessionnaliser est aussi l'un des buts de Gemayel (même si l'on n'est pas forcément d'accord avec sa façon de faire). Déconfessionnaliser, oui, mais comment?

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

À tous, je suggère de lire une étude très interessante de Michael Hudson faite en 1968 sur le système politique libanais:

The Precarious Republic: Political Modernization in Lebanon

Écrit par : kheireddine | mercredi, 05 mars 2008

Faudrait commencer par déconfessionnaliser les têtes, afin que des élections (surtout une présidentielle au suffrage universel) se fassent sur base de programmes, et non d'idéologie. Sinon, on courrait à une situation identique à celle de la bande de Gaza (aux territoires palestiniens en fait, puisque le Hamas avait gagné sur l'ensemble avant la rupture avec le Fatah).
Autrement dit, retour à l'éducation.
A commencer par un manuel d'Histoire unifié. Mais, comme le dit l'un de mes auteurs fétiches, "les historiens exercent un grand pouvoir et certains d'entre eux le savent bien. Ils recréent le passé en le modelant selon leur propre interprétation. Ce faisant, ils modifient aussi l'avenir."
C'est le serpent qui se mord la queue.

Écrit par : nathalie | mercredi, 05 mars 2008

je me rends compte d'une chose. Dès que l'on aborde un sujet vraiment sérieux concernant le Liban, il y a une phrase qui revient systématiquement, dans les posts ou les comments:

"C'est le serpent qui se mord la queue."

Résultat: si on arrive toujours à cette conclusion, c'est que les hypothèses de départ ne tiennent pas la route.

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

Bonjour à tous,
c'est un peu brouillant ce que je présente, et je m'en excuse d'avance;)

pourquoi vouloir vraiment déconfessionaliser ?
je ne crois pas que sami apporte les bonnes réponses aux différentes questions posées.

je m'explique:
le pb n'est pas tant l'exixtence des différentes communautés ou leur reconnaissance dans le rôle étatique que le mode de fonctionnement du liban.
le problème du liban est d'une façon simpliste son fonctionnement à la mode de la IV république française ( ce que j'appelerai la république des notables). la France à cette époque a connu également mainte crise parlementaire lorsqu'elle devait choisir son président (président dont les pouvoirs était bien limités).

On peut tout à fait imaginer un liban confessionnel, avec un régime présidentiel :
dont le président serait élu par le parlement mais dont le pouvoir serait à la française
les parlementaires (élus de la même manière qu'actuellement)
l'équipe ministérielle multiconfessionnelle appliquant la poilitique du président. (le parlement ayant pour rôle de voter les lois, de les amender ou de ne pas les voter)
un sénat ayant pour rôle de valider les lois voter. (le sénat étant composé des représentants des différentes communautés chacune disposant d'un droit de veto et ayant pour rôle de veiller à ce qu'aucune communauté ne soit lésée)

ce dont le liban a besoin c'est d'un état fort.
quant à la problématique des armes (seul le président après avoir soumis son projet au parlement peut déclarer une guerre; dans le cadre d'une situation de légitime défense et d'extrême urgence ex: début d'invasion ... il aurait le droit de mobiliser l'armée et de déclencher les hostilités sans l'aval du parlement pendant une période de 100 jours au delà de cette période le parlement devra se prononcer)

Quant au drapeau n'y touchez pas c'est un des rares symboles dont tous les libanais peuvent encore s'afficher derrière.

Écrit par : samer | mercredi, 05 mars 2008

mais comment faire en sorte qu'un citoyen vote pour un programme alors qu'il est communautarise a mort. serieusement vous voyez un chretien voter pour un chiite ou un chiite pour un sunnite (il y en a mais peu). la confession a certes disparue de la carte d'identite mais on continue de la demander pour un passeport.

d'accord pour un recensement mais alors il faut aussi que la diaspora puisse avoir le droit de vote et que les femmes donnent la nationalite a leurs enfants. et egalement le mariage civil. apres tout celui ci est reconnu s'il est fait a l'etranger.

bref comme dit david c'est pas pret de s'arranger.

Écrit par : sebastien | mercredi, 05 mars 2008

@ Sebastien: Ta remarque ramène aux problèmes de l'éducation et de l'identité nationale.

@ Kheireddine: Oui, comment faire comprendre à tous les libanais qu'ils ne forment qu'un seul peuple? Je cherche en vain une réponse.

@ Samer: si je comprend bien votre point de vu, vous suggérez de transférer le confessionnalisme vers une seconde chambre parlementaire intitulée Sénat. En revanche vous ne précisez pas si le Président de la République élu au suffrage universel direct doit appartenir ou pas à telle ou telle communauté religieuse, pas plus que le Président du Conseil ou celui du Parlement. Pourriez-vous me dire votre opinion à ce sujet? Permettez moi aussi de faire une critique à votre vision d'un sénat confessionnel à la sauce libanaise: vous indiquez que chacune des 17 confessions représentées au sénat aurait un droit de véto sur les lois votées par les députés; dans ce cas, je crains fort, vu les réflexes communautaires de beaucoup de politiciens libanais, que peu de lois soient validées.

Écrit par : alexandre | mercredi, 05 mars 2008

@alexandre

le Président de la République serait élu par les parlementaires sa confession serait par rotation Chrétienne, sunnite puis chiite, de même la Présidence du Conseil, ainsi que celle du Parlement. les 3 présidences ne peuvent être de même confession simultanément (par exemple on aurait systématiquement au premier mandat (5 ans) un Chrétien,Sunnite ,Chiite, au second mandat (5 ans) un Sunnite,chrétien ,Chiite ...)

les parlementaires auraient la même répartition qu'actuellement.

le sénat confessionnel à la sauce libanaise serait "le gardiende la constitution": le veto du sénat n'aurait de valeur que si ce dernier démontre l'anticonstitutionnalité de la loi (bataille d'avocat), renverrait la loi devant le parlement (au bout de 3 renvois par exemple). le président pourrait alors soumettre la loi à référendum.

Écrit par : samer | mercredi, 05 mars 2008

Super intéressant ce post ! Je sens qu'on va se régaler au niveau des commentaires ! (et on se régale déjà !!)

Je pense que, paradoxalement, une régionalisation poussée ne pourrait rencontrer du succès qu'avec un état central fort.
Le grand risque est, qu'avec un transfert de compétences accéléré aux régions, et un état central faible, l'on aboutisse à des émirats libanais (au mieux un poil démocratiques) indépendants les uns des autres. De plus, comme certains partis disposent déjà de moyens militaires largement suffisants pour se défendre, leur accorder des compétences très élargies serait le meilleur moyen de les voir réclamer "l'indépendance" !
En outre, c'est qui me laisse stupéfait, c'est de croire si fort à une régionalisation du Liban, alors que le Liban tout entier ne représente pas deux départements français !!

Une régionalisation n'est pas justifiable ; quand, dans les pays industrialisés, certaines régions disposent d'une autonomie poussée, c'est qu'elles disposent de spécificités remarquables, qu'elles soient d'ordre historique (Corse), culturel (une autre langue comme le Québec), ou géographique (DOM)...
Au Liban, il n'y a aucune différence culturelle, géographique ou historique. La preuve, c'est qu'il existe encore certains imbéciles, qui pensent à la formation d'une Grande-Syrie.

La seule barrière existante est d'ordre confessionnel. Je préfère donc une déconfessionnalisation lente, mais sûre (avec une vraie planification, et des objectifs à atteindre année après année), à cette régionalisation brutale qui fera disparaître le Liban de la planète !
Je crois qu'au final, la laïcisation est possible (la preuve, il existe aujourd'hui des partis multiconfessionnels), mais jamais aucun plan de laïcisation n'a jamais vraiment été fixé.

Écrit par : Maurice | mercredi, 05 mars 2008

@ Samer: Je vous remercie pour les précisions.

Sur le caractère tournant des 3 présidences entre sunnites, maronites et chiites, j'ai déjà défendu cette thèse (que tout le monde ne partage pas), mais dans une optique différente de la votre. Selon moi, une telle réforme devrait être une phase de transition (qui durerait probablement de 20 à 40 ans) permettant aux différentes confessions de se préparer à un état non confessionnel. Je précise que je n'ai rien contre quelque religion que ce soit, je pratique moi-même ma religion, mais je crois pas qu'il appartienne à quelque groupe religieux que ce soit d'exercer le pouvoir politique.

S'agissant de votre Sénat, mes réticences persistent; vous lui déniez certes le droit de veto absolu, mais vous lui accordez un pouvoir de nuisance et d'obstruction considérable. Je vous rappellerai ce que disait en substance Montesquieu, à savoir que quand un homme où un groupe d'hommes détient un pouvoir, il est (ils sont) toujours tenté(s) d'en user et surtout d'en abuser. Dans votre système, le sénat que vous appelez de vos voeux ne fera que de l'obstruction et constituera un piètre juge constitutionnel. Si un juge constitutionnel, ou un "gardien de la constitution", vous semble souhaitable, ce qui est aussi mon cas, mieux vaut créer une juridiction constitutionnelle avec des magistrats de haut niveau seuls habilités à dire si une loi est conforme ou non à la constitution.

Écrit par : alexandre | mercredi, 05 mars 2008

Enorme le drapeau !

Il prouve encore une fois l'amour des Libanais pour ces bouts de tissu griffés ; à la place de Chanel, Lacoste, ou Petit Bateau : Amal, FL, Hezb, CPL :-D

Écrit par : Maurice | mercredi, 05 mars 2008

Maurice, dans mes bras!

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

@Maurice
David va pouvoir sourire, il était tout déçu que personne ne trouve ça drôle :D

Écrit par : nathalie | mercredi, 05 mars 2008

@ Maurice: Je viens de vous laisser un petit mot sur votre blog. Je suis d'accord avec vous sur le fait que le Liban a un besoin crucial d'un Etat fort pour survivre. Par état fort, je n'entend bien évidemment pas un etat autoritaire, mais un état capable de gouverner et de faire appliquer les lois nationales sur l'ensemble du territoire libanais. Je souscris également à votre remarque sur la régionalisation du Liban: elle risquerait fort de provoquer l'éclatement du pays.

En revanche, la décentralisation de certaines compétences est envisageable, dès lors que certains services publics stratégiques restent sous le contrôle de l'état (police, justice, armée, diplomatie, éducation et finances publiques notamment). Pour être plus précis, aucune compétence régalienne ne doit être transférée. Reste évidemment à déterminer à quel niveau local il faut transférer telle ou telle compétence (municipalités, cantons par exemple).

Écrit par : alexandre | mercredi, 05 mars 2008

Effectivement, en ce qui concerne le sénat je comprends vos doutes, cependant il me semble nécessaire que ce soit le peuple qui choisisse "ces gardiens". Des magistrats nommés, quelque soit leur mode de nomination, le peuple pourrait être amené à les considérer comme des pions du pouvoir.
la nomination de ces magistrats devrait être approuvée par une instance représentant le peuple "le parlement" ( mais là encore on pourrait être amené à penser à un conflit d'intérêt vous nommez ceux qui doivent vous contrôler).
Il devrait exister un mécanisme pour limiter l'abus de pouvoir du sénat par exemple la possibilité de recourir à un court-circuit du sénat si la loi est votée par xx% du parlement ...


Et effectivement, je vous rejoins sur le fait que l'on doit avoir une constitution de transition, nous permettant de construire un état fort dans lequel toutes les confessions s'accordent à nouveau leur confiance avant d'imaginer une quelconque décentralisation. Dans le cas contraire c'est la disparition du liban en tant qu'état.

Écrit par : samer | mercredi, 05 mars 2008

non il est sympa. il fait tres annees 70.

Écrit par : sebastien | mercredi, 05 mars 2008

et je viens de lire dans les dernieres news a droite que ce n'est plus un mais deux navires de guerres qui croisent dans les eaux internationales.
bientot on aura le droit au porte avions, au transport de troupe.

Écrit par : sebastien | mercredi, 05 mars 2008

en dehors des eaux territoriales pour l'instant... il se serait pris des katiouchas sinon. Remarque, avec la précision de ces roquettes du dimanche, ça ferait "dans l'eau, dans l'eau, dans l'eau, dans l'eau, dans l'eau (...) dans l'eau, dans l'eau, dans l'eau, ah touché!"

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

lol

Écrit par : sebastien | mercredi, 05 mars 2008

Super intéressant ce billet et les commentaires qui suivent aussi. J'ai du mal à prévoir les mérites ou les faiblesses des différentes solutions proposées, mais ce qui ressort c'est que tout le monde est d'accord sur au moins deux points : il faut un état fort ; et il faut se débarasser du confessionalisme. C'est déjà un bon début.

David : je le trouve super bien fait ton drapeau. Mais il faut signer tes oeuvres, si tu veux recueillir des compliments.

Écrit par : slacher | mercredi, 05 mars 2008

sebastien, dans mes bras!

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

slacher, dans mes bras! (on verra pour la signature plus tard)

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

sebastien
Lol, là je m'y perds. Quand tu as écrit qu'il faisait très années 70, j'ai cru que tu parlais de Maurice, je sais pas pourquoi! :D il y a trois navires, au fait.
David arrête de jouer à la bataile navale.

Écrit par : nathalie | mercredi, 05 mars 2008

ca va faire velcro david je suis pas rase :p

Écrit par : sebastien | mercredi, 05 mars 2008

slacher, ce ne sont pas des compliments à titre perso qui m'intéressent, mais pour les illustrations du blog en général (le fait qu'on se creuse un peu les méninges fait partie de l'identité du support). Et puis surtout, ça m'amuse.

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

nathalie mais non je parlais du drapeau: tres en couleur.
jamais deux sans trous.
U-1: touche
S-2: touche
A-3: coule

Écrit par : sebastien | mercredi, 05 mars 2008

J'aurais bien dit Mc ou Juliette... dans mes bras. Mais elles sont pas là! Snif.

Mc tu nous maaaaaaaaaaanques!

Écrit par : nathalie | mercredi, 05 mars 2008

Sebastien "deux sans trous"??? Faut arrêter l'Almaza, là! :D

Écrit par : nathalie | mercredi, 05 mars 2008

pas besoin d'Almaza, nat arrive à s'ennivrer avec du jus ananas-citron vert. elle est trop forte. euh, désolé, c'est notre vie privée ça...

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

nathalie: attends je reviens je pars debrancher l'intraveineuse d'almaza.

Écrit par : sebastien | mercredi, 05 mars 2008

En parlant de mc, j'étais en train de me demander comment elle arriverait à détourner le sujet vers une discussion bouffe. Je ne doute pas qu'elle est soit capable, mais passer du droit constitutionnel au taboulé, ça doit être balaise.

Écrit par : slacher | mercredi, 05 mars 2008

qu'est ce que tu lui mets dedans aussi david?

Écrit par : sebastien | mercredi, 05 mars 2008

peut-être préconiserait-elle la décentralisation des plantations de persil.

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

david, sebastien

gnagnagna
Je vais m'occuper de nos enfants, moa, piske c'est comme ça. Faut bien que quelqu'un le fasse!

slacher,
là, je crois que mc te répondrait qu'une régionalisation serait inutile car tout le monde aime le tabboulé au Liban. On devrait se cotiser pour lui offrir un t-shirt avec une feuille de persil à la place de la feuille de canabis qu'arborent certains.

Écrit par : nathalie | mercredi, 05 mars 2008

cannabis, désolée

Écrit par : nathalie | mercredi, 05 mars 2008

reglement de compte a O.K Beyrouth CORRAL

Écrit par : sebastien | mercredi, 05 mars 2008

salut!

dieu sait combien je ne peux pas être accusée de sympathie à l’égard des aounistes, mais ils avaient un slogan que je trouvais très pertinent : « loubnan assghar mén an youkssam wa akbar mén an you2kal » (traduction libre : le liban est trop petit pour être divisé, et il est trop grand pour être bouffé). adopter le fédéralisme ou la décentralisation sur 10 500 km2 c’est un peu grotesque.
et puis, pourquoi balayer du revers de la main l’option laïcité? elle n’est pas moins opérationnalisable que le fédéralisme ou la décentralisation.

Écrit par : Z | mercredi, 05 mars 2008

Bon, a + tout le monde.

Écrit par : nathalie | mercredi, 05 mars 2008

Très intéressant ce post.
Effectivement, la question du fédéralisme revient sans cesse sur la table en ce moment, et ceux qui étaient contre cett idée commencent sérieusement à la trouver intéressante.

Pour ma part, j'opterai pour un système à la Suisse. Une confédération.
Certainement moins compliqué. Un système à l'espagnole pousserait vers l'éclatement du pays (on levoit d'ailleurs avec catalans et basques qui revendiquent plus d'autonomie).

Une sorte de conseil exécutif collégial. Ca fonctionne bien et depuis très longtemps. Le système belge, sur lequel est principalement inspiré le système libanais, est également à bout de souffle... aujourd'hui plus que jamais, suaf qu'ils n'ont pas le problème des armes, mais celui des nationalistes flamands..

Écrit par : JiPé | mercredi, 05 mars 2008

Ah oui au fait. @ Paul
je ne trouve pas que Sami Gemayel soit un nazillon. Et s'il l'était, alors des personnes comme son frère auraient mérité de se faire buter??
Ce genre de raccourci débile m'énerve.

D'ailleurs, je me demande si Sami n'est pas un sympathisant aouniste. Il me semble que si.
Nat, David, pourriez-vous me confirmer cela?

Écrit par : JiPé | mercredi, 05 mars 2008

Un petit coucou en passant et quelques mots en vrac,

"Super intéressant ce billet et les commentaires qui suivent aussi."
- En effet.
"Il y a des semaines où d’un coup, on entend parler d’une même chose à plusieurs reprises, dans des endroits différents."
- Une tite métaphore informatique si tu permets. Décidément le hasard fait décidément bien les choses. En lisant ton post et parcourant les commentaires, je défragmentais un disque dur pour mieux le partitionner par la suite et je peux poursuivre l'analogie assez loin... :-)

"les chiites devraient avoir entre 40 et 45 députés",
- Soit 1/3 de l'assemblée parlementaire de la Bundesripoublique. Simple curiosité, on peut avoir le reste de sa projection ? combien de sièges pour les chrétiens ? sunnites ? druzes ?

"Alors, cher internaute libanophile, qu’en penses-tu?",
- l'internaute libanophile n'en pense pas moins, mais il a les mains un poil trop occupées pour le taper. Et pour l'instant, il préfère vous lire. C'est passionnant ! Bravo à tous, en particulier samer pour sa précieuse contribution, alexandre pour le volet juridique et David pour son...drap à fleur de peau.
(J'aurais plutôt mis le bleu (en italien, azzuri) futuriste en haut et l'orange aouniste au milieu, mais beau travail, Dave ! :-)

"en dehors des eaux territoriales pour l'instant... il se serait pris des katiouchas sinon. Remarque, avec la précision de ces roquettes du dimanche, ça ferait "dans l'eau, dans l'eau, dans l'eau, dans l'eau",
- euh...t'es sûr de cette information ? En juillet 2006 et dans la série 'tirs divins de précision', les barbus ont eu un bâtiment israélien, il me semble. Merci qui ? Merci Dieu ! Mais encore ? Merci les Pasdarans... :-S

"Je vais m'occuper de nos enfants, moa, piske c'est comme ça. Faut bien que quelqu'un le fasse!",
- l'instinct naternel, y'a que ça de vrai ! Bientôt la fête des mères (au Liban), j'espère qu'elles te gâteront. :-)

@ sebastien
ou à O.K. Corniche. :-D

"la question du fédéralisme revient sans cesse sur la table en ce moment, et ceux qui étaient contre cett idée commencent sérieusement à la trouver intéressante."
- Je ne partage pas ton impression, cher JiPé. L'idée ne fait pas l'unanimité au sein des phalangistes et ceux qui la trouvent intéressante sont ceux qui l'ont toujours trouvée ainsi et en étaient les partisans il y a 25 ans, à savoir Joumblatt et Geagea. Comme ils sont à l'échelle nationale ce que le courant fédéraliste du Cheikh Sami est au parti Kataeb, la question est : qu'en pensent les futuristes - eux pèsent plus lourd et joueront donc un rôle autrement plus déterminant dans l'évolution du pays que leurs alliés fédéralistes - ? On ne les entend pas là-dessus.

"D'ailleurs, je me demande si Sami n'est pas un sympathisant aouniste",
- Tu rigoles ? FL, plutôt. D'aucuns le situent à droite de l'écheikhier, voire à droite de feu cheikh Béchir Gemayel. (Sami Gemayel = SG = Samir Geagea ?) Bon, à mon tour : Nat, David, pourriez-vous me confirmer cela?

Écrit par : SB | mercredi, 05 mars 2008

@ SB c encore mieux

Écrit par : sebastien | mercredi, 05 mars 2008

@SB et JiPé
de prime abord, j'en sais tout simplement rien! Peut-être David, qui a rencontré le mini-cheikh, saurait, lui. On se renseigne et on vous dit le résultat de nos investigations ;-)

SB, l'instinct maternel, c'est bien. L'instinct cama-ternel, c'est encore mieux (tu parles espagnol? Sinon, je te laisse chercher. Un indice: je vais pas tarder à aller me coucher :D)
Je te ferai un compte-rendu de la fête des mères!

Bonne soirée à tous

Écrit par : nathalie | mercredi, 05 mars 2008

un truc avant

SB et Sebastien: et à Ok Coral beach, ça va pas? :-)

Écrit par : nathalie | mercredi, 05 mars 2008

@ nat: la classe ok coral beach j'y avais pas pense

Écrit par : sebastien | mercredi, 05 mars 2008

Sponge, dans mes bras!

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

pour le drapeau, l'idée était de respecter un poil la géographie libanaise. Mais je viens de m'apercevoir que je me suis planté sur l'emplacement des FL, j'aurais dû le mettre tout en haut, comme Bcharré, à la place de celui d'Amal.

Pour la "sensibilité" du chèque Sami G., je n'en ai aucune idée. Mais vu son teint de peau, je dirais du 400 asa.

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

ce soir david a envie de prendre tout le monde dans ses bras :d :p

Écrit par : sebastien | mercredi, 05 mars 2008

@ david: c'est toi qui dessine ?

Écrit par : sebastien | mercredi, 05 mars 2008

@david
Ah le vieux ! Il parle encore en asa. +1 pour le jeu de mot quand même.

@SB : "je défragmentais un disque dur pour mieux le partitionner par la suite"
Est-ce que par hasard tu ferais pas de la place pour un pingouin ? Par hasard.

Écrit par : slacher | mercredi, 05 mars 2008

@ David

Magnifique drapeau ! On dirait que le cèdre va se mettre à bouger et parler.


@ Alexandre et Kheireddine

D'accord avec vous.


@ SB

"Qu'en pensent les futuristes ?"

Evite de poser la question à Saad.


@ SB et Sébastien

J'avais lu une interview du jeune Sami il y a deux ans où celui-ci faisait un drôle de parallèle entre les émeutes de banlieue en France en 2005 et le "danger" menaçant les chrétiens au Liban : en tant que Français, j'ai pas trop compris le raisonnement.

@ David

Sami est un bô gosse ; c'est la classe.

Écrit par : SJM | mercredi, 05 mars 2008

SJM, dans mes bras!

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

quand je disais que le drapeau faisait tres annees 70, j'avais raison
peace and love
lol

Écrit par : sebastien | mercredi, 05 mars 2008

Faudra rajouter en petit "merde a qui élira" sur le drapeau!
Peut-être une "Beyrouth" aussi, dessinée discrètement, par derrière...

Écrit par : Filipino M1nkey | mercredi, 05 mars 2008

@ M1nkey

stoppe ton blasphème, y'en a ici qui n'apprécient pas que l'on touche au dernier symbole. Je le comprends certes, c'est bien de s'accrocher à des bouts de tissu, mais c'est souvent poignant de détourner les symboles, comme l'Union Jack dont le rouge dégouline comme du sang jusqu'à une grille d'égoût. Ça te dit quelque chose?

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

Hey, où est passée mc ?
Elle boostait remarquablement bien le débit de commentaires ; on aurait atteint 300 comments ;-D

Écrit par : Maurice | mercredi, 05 mars 2008

@ maurice

mc est partie à Chamonix pour créer une dispute entre un FL et un CPL dans une cabine, et ça s'est mal fini.

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

tiens, c'était notre 300e post. Champagne!

Écrit par : david | mercredi, 05 mars 2008

Ah ouais, je me rappelle ; c'est pas l'histoire du tabbouleh qui faisait glisser tt le monde, et de la manouché qui bloquait la porte ?

Écrit par : Maurice | jeudi, 06 mars 2008

rien à voir avec le schmilblik, mais j'adore:

http://fr.news.yahoo.com/afp/20080304/tod-israel-religion-judaisme-insolite-7f81b96.html

Écrit par : david | jeudi, 06 mars 2008

@david
bon c'est vrai,ton drapeau il est marrant et tu t'es donné du mal...y a de la recherche...
allez fais pas la gueule.

mais n'empêche que celui de la page d'accueil du blog"lettres du liban",il a fière allure qd même!
cela dit,on a compris,le tien il est de circonstance.

je trouve dommage que vous ayez (moi aussi je fais des fautes parfois et j'ai un peu honte qd je vois le niveau de culture française de certains libanais...)bon je disais:vous avez changé votre page d'accueil et il me semble que le drapeau était plus beau avant.
c'est vrai que votre drapeau est mythique...y a pas plus beau que lui.le cèdre c'est qd même plus majestueux que la feuille de canabis ou que la fossille et le marteau.

question drapeau(et j'en finirai sur ce sujet)celui du PNSS il est pas neutre non plus...

Écrit par : jean-marc | jeudi, 06 mars 2008

qd je dis que je fais des fautes...
vous aurez corrigé vs même le mot faucille(j'ai pas trop l'habitude de l'écrire;c'est peut-être +ou-un lapsus)

Écrit par : jean-marc | jeudi, 06 mars 2008

@david
ah ouais,le père Moïse il fumait déja la moquette?
y a qd même des précurseurs...
est-ce que ça va faire autant de bruit que les caricatures de Mahomet?
la suite au prochain épisode...


@taf
t'en penses quoi de ça?

Écrit par : jean-marc | jeudi, 06 mars 2008

@ David: Très amusant cette théorie selon laquelle Moïse aurait consommé des hallucinogènes. Ce qui est regrettable, c'est que certains politiciens en consomment aussi.

@ mc: C'est vrai que tu nous manques. A ton retour de vacances, tu nous raconteras comment s'est passée ta fondue pochtrone.

Écrit par : alexandre | jeudi, 06 mars 2008

Bonjour,
Je rentre pour la première fois dans ton blog grâce au site du journal l'orient le jour. Un mot pour le décentralisation elle se fait sans problèmes dans les pays jacobins, pour les autres exemples c'est surtout du fédéralisme. Je pense chez vous c'est un peu compliqué.

Écrit par : safir | jeudi, 06 mars 2008

@ Jipé: En relisant vos posts d'hier, j'ai constaté que pensiez que la Suisse est une confédération. Permettez moi de rectifier: malgré sa dénomination officielle, Confédération Helvétique, la Suisse est une fédération et ce depuis 1848 (suite à la guerre civile de 1846 qui a vu la victoire des fédéralistes sur les confédéralistes). Au demeurant, avant 1848, les décisions en Suisse devaient être prises à l'unanimité des représentants de tous les cantons; je crains que ce système ait du mal à fonctionner au Liban (de même que dans bien d'autres pays).

Écrit par : alexandre | jeudi, 06 mars 2008

@SB
malheureusement ma contribution n'a rien de précieuse. c'est ce que j'appelerais une
discussion de pilier de bar dans un moment de déprime (vu la situation du pays).
en tant que libanais je peux vous assurer que chacun de mes compatriotes a sa solution et par conséquent est en total désaccord avec celle des autres.
ce dont le liban ait vraiment besoin c'est d'une approche politique au sens noble du terme, respectueuse des droits , des craintes et des doutes de chacun et certainement pas partisanne mais le liban a aussi besoin que l'on s'identifie a lui et non à ces partis politiques. le liban a aussi surtout besoin qu'on le laisse en paix.

En conclusion : que des besoins et aucune solution réaliste ou envisageable à court terme.

Écrit par : samer | jeudi, 06 mars 2008

et pendant ce tps la l'armee israelienne serait entree au sud liban au niveau du wazzani durant une heure.
qu'est ce qui se prepare????

Écrit par : sebastien | jeudi, 06 mars 2008

@ Sebastien: peus-tu me dire où tu as eu l'info sur une incursion israélienne au sud Liban? D'avance merci.

Écrit par : alexandre | jeudi, 06 mars 2008

@ alexandre: va sur libnanews. ils en parlent.
apparemment ils auraient fait une incursion de 6 km en territoire libanais.
il y a aussi un autre article sur l'armement du hezb.

Écrit par : sebastien | jeudi, 06 mars 2008

@ alexandre
merci pour les précisions!
Le système suisse n'est-il pas toutefois basé sur la collégialité au niveau de l'exécutif? je me demande si ce système n'aurait pas du bon au Liban. Au lieu d'avoir continuellement les luttes de pouvoir chrétiens/sunnites, sunnites/chiites, chrétiens/chrétiens... pourkoi ne pas le partager réellement?

utopique certes...

Écrit par : JiPé | jeudi, 06 mars 2008

@ JiPé: Vous avez raison. L'exécutif fédéral suisse, dénommé Conseil Fédéral est un organe collégial composé de 7 membres élus pour 4 ans par l'Assemblée Fédérale de la Confédération Helvétique (laquelle constitue un Parlement bicaméral). La constitution helvétique impose que les régions et les communautés linguistiques y soient équitablement représentées. l'un des 7 membres est élu (généralement sur critère d'ancienneté) Président de la confédération, mais ce titre est purement honorifique (règle "primus inter pares").

Ce qui est surprenant dans le système helvétique, ce n'est pas que le gouvernement soit collégial (en France et au Liban aussi les gouvernements sont collégiaux), c'est que 4 partis y siègent en même temps et ce depuis des décennies; les gouvernements suisses ne fonctionnent pas sur une majorité, mais sur une coalition, et ce de manière systématique (c'est de ce point là peut être que politiciens français et libanais devraient s'inspirer).

Le partage du pouvoir n'est pas une utopie, mais une question de mâturité et de responsabilité. A défaut de partage, l'alternance doit être possible.

Écrit par : alexandre | jeudi, 06 mars 2008

@ alexandre
êtes-vous juriste?

merci encore!

Écrit par : JiPé | jeudi, 06 mars 2008

rousseau dirait que le Liban a la taille ideale pour former une republique. Il serait meme content de voir les Libanais si proches de leur armee. Mais comme chez lui tout part non pas des lois mais de l'education, puisque la liberte commence dans les coeurs, a defaut d'Etat, il faudrait idealement repandre petit a petit une education dont le contenu seraient acceptee par tous (ce qui n'exclue pas aussi des options pour chaque communaute). Et puis on devrait instituer le regime civil, banir tout recensement. Hum... mission impossible ?

Écrit par : rousseau alias samsagace | vendredi, 07 mars 2008

@ JiPé: Effectivement, je suis juriste. Je suis davantage spécialisé en droit privé et droit des affaires, mais je me remets depuis quelque temps déjà au droit public dans la perspective de passer un concours de la fonction publique (il faut d'ailleurs que j'intensifie mes révisions car il paraît que le concours que je vise est "balaise"). Pour les précisions que je vous ai fourni sur le système constitutionnel suisse, il s'avère que dans le cadre de mes révisions de droit constitutionnel j'ai lu les développements des professeurs Gicquel père et fils relatifs à la Suisse en début de semaine (Depuis 2 jours, je planche sur les institutions allemandes).

Écrit par : alexandre | vendredi, 07 mars 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu