Avertir le modérateur

jeudi, 13 mai 2010

Embarquement immédiat pour Bourj Hammoud

middle east airlines.jpgIls sont partis depuis une quinzaine d'années déjà, les locataires du premier. Ils étaient cinq à partager le petit appartement sur ce carrefour bruyant de Bourj Hammoud. Je ne les ai jamais revus, j'espère seulement qu'ils sont partis pour un ailleurs plus lumineux. Depuis que les bétonneuses et les ouvriers syriens ont construit cette immonde voie rapide au-dessus de nos têtes, les rues du quartier ne sont plus que l'ombre d'elles mêmes. Ici, nous ne voyons plus jamais le soleil.

Je me souviens du soleil. C'était un jour de juillet 1985. Krikor était le fils aîné de la famille, il était un peu plus vieux que moi à l'époque. Ce soir-là, il avait déboulé de la route poussiéreuse qui longe le fleuve au volant d'une camionnette probablement blanche dans sa prime jeunesse. Elle n'était pas à lui, ça, j'en suis sûre. Lui se déplaçait sur sa Kawasaki 1100cm3. Il pouvait aller vite, tracer et zigzaguer pour passer à l'Ouest et éviter les giboulées du Ring. Au garde-boue arrière de son bolide vert se balançait une chaussure de bébé. Comme un grigri lui servant de bouclier invisible.

Le nuage de poussière se dissipant, ses deux frères et son père ont découvert la cargaison de la camionnette. Puis ont vite refermé les volets. Krikor semblait fier de lui. Le sourire aux lèvres, il a appelé son père. Victorieux. Le vieux Hagop, lui, se demandait chaque matin quand son fils se déciderait à trouver un travail honnête. «Quand la guerre sera finie», lui répondait immanquablement l'adolescent endurci.

«Qu'est-ce que tu es allé traîner là-bas?», cracha le vieux en signe de rejet. Il descendit les marches de l'escalier branlant. «Hein? T'es pas fou? Ils vont avoir ta peau un de ces jours. Tu as peut-être la taille d'un géant, mais tu as le cerveau d'une souris!» Le fils s'attendait à cette réaction et cela faisait bien longtemps qu'il ne tenait plus compte des remontrances de son père. Le vieux ne sait pas ce qu'il se passe en ville, il ne sait pas ce que nous sommes obligés de faire pour conserver notre dignité, pensait Krikor. Alors il se tourna vers la fenêtre fermée du premier, sachant très bien que sa mère devait le regarder sans être vue. «Maman, regarde ce que je t'ai rapporté! Comme ça, tu n'auras plus peur de descendre l'escalier! Et puis tu sais, c'est une pièce de musée que j'ai rapportée, si tu savais à quoi ça a servi...»

Le lendemain matin aux aurores, Kirkor empoigna une masse et réduit en caillasse ce qui restait des marches de l'escalier extérieur. Il s'y employa seul. Ses frères étaient trop jeunes et son père ne voulait pas lui parler. Il déblaya le dernier monticule de gravas peu avant le coucher de ce soleil qui se cache désormais. Puis avec l'aide de quelques camarades amusés, il remplaça le béton par cette ferraille volée à l'aéroport.

Quelques jours auparavant, j'étais encore sous le cagnard du tarmac de Beyrouth. Jour après jour, le soleil me brûlait les boulons. Je faisais des allers-retours incessants entre le bord de la piste et la carlingue du Boeing 727 de la TWA. L'avion était resté là, la gomme de ses roues se mélangeant lentement au béton chauffé par le soleil, pendant près de deux semaines. J'avais vu un passager être balancé par-dessus bord, une balle dans la tête. J'avais vu le pilote par la fenêtre du cockpit, un automatique sur la tampe. J'avais vu des hommes en armes monter le long de ma rambarde de fer et crier très fort une fois à bord. J'avais entendu d'autres hommes pleurer et supplier, en grec, en allemand, en anglais... Les caméras du monde entier étaient fixées sur nous, sur moi. Et aujourd'hui, bien loin des projecteurs, je croupis parmi les détritus de Bourj Hammoud.

Commentaires

original, ça y est encore?

nb: la guerre a défilé dans ma tête à travers ton texte david!

nb2: la baignoire c'est pour réparer les pneus?

Écrit par : mc | jeudi, 13 mai 2010

a priori, la passerelle disparaîtra le jour où l'immeuble sera rasé... demain, dans 1 an, va savoir.
si le texte a été évocateur, tant mieux!
quant à la baignoire, je n'avais pas pensé à cette utilisation... les réparateurs utilisent habituellement des bidons coupés en 2 pour voir les bubulles.

Écrit par : david | jeudi, 13 mai 2010

bon bon bon, ça n'a pas l'air de passionner les foules cette histoire de passerelle...

Écrit par : david | jeudi, 13 mai 2010

Excellent post, excellente photo !

Écrit par : stroobia | jeudi, 13 mai 2010

Génial ce texte. Et puis, quelle bonne idée d'être enfin passés à un nouveau post! Aux prénoms je suppose que le quartier est arménien, non?

Écrit par : perle | jeudi, 13 mai 2010

@ stroobia
;-)

@ perle
Bourj Hammoud est THE quartier arménien, en bordure nord-est de Beyrouth. d'où les noms...

Écrit par : david | jeudi, 13 mai 2010

Fly me to the moon
Let me play among the stars
Let me see what spring is like
On Jupiter and Mars

Écrit par : krikorHagobian | jeudi, 13 mai 2010

Très bon texte, photo excellente, le cadrage est vraiment approprié, bravo :)

Écrit par : Ekios | jeudi, 13 mai 2010

je n'ai jamais été fan des images prises de traviole, mais là, forcément, c'était une possibilité intéressante... pour le coup, ça donne vraiment l'impression de chavirer.

Écrit par : david | jeudi, 13 mai 2010

..........ou de décoller :)

Écrit par : mc | jeudi, 13 mai 2010

que ceux qui ont des anecdotes ou des souvenirs sur bourj hammoud ne se gênent pas à les raconter ici...

Écrit par : david | jeudi, 13 mai 2010

une rambarde signée MEA, je trouve ça classe!
mc, pareil, j'ai revu les routes des années 1980. ils ont osé aller à beyrouth ouest!

qqn aurait des photos de la coopérative de badaro (pas sûre du quartier) qui servait de centre commercial?

(david, c'est le premier pont de mai, on est plus lent à démarrer.)

la dernière fois que j'ai été à bourj hammoud, j'ai eu l'impression de changer de pays.

Écrit par : marie | jeudi, 13 mai 2010

c'est quand même dingue que la France chôme le jour de l'Ascension et pas nous...
y'avait quoi de spécial à la coopérative de badaro?

Écrit par : david | jeudi, 13 mai 2010

à cette coopérative, on trouvait encore des chaussures en cuir et des vêtements qd il y avait pénurie ailleurs.
pour l'ascension, t'es pas censé savoir que c'est pas chômé au liban ...
qd j'étais en stage à beyrouth, je n'avais pas été travailler le 15 août, sans rien demander. et j'avais appris le lendemain que l'entreprise était restée ouverte.

Écrit par : marie | jeudi, 13 mai 2010

Mémoires d'une passerelle ...
Excellent texte l'ami, et cette passerelle, c'est tout simplement une installation artistique !

Écrit par : M1 | jeudi, 13 mai 2010

Crossing the ring refusing that Beirut was divided into 2 parts is still a very vivid memory of mine, even at times crossing Mathaf in between the dividing sand bags. You did bring back many memories.

Écrit par : Marillionlb | jeudi, 13 mai 2010

i hope it's not too painful. i tried to be realistic, even about the armenian proverb...

Écrit par : david | jeudi, 13 mai 2010

Painful in some respect, for this is only reminiscent of a small part from "my stolen" childhood. In a twisted way, events I witnessed (and some I participated in) made me realize how wrong EVERYBODY was. Exchanging boxes of Whiskey or even bags of coke for ammunition was a common trade. Even taking the "military route" and playing poker with the "enemy" using prisoners instead of chips was chocking then; but not for long. A sniper getting paid per hit was "daily bread". Unruly militia members were shot in the back during battle, or sent to the fields of lost battles. It was all about empty slogans and failed promises. They took people fresh out of high school and showed them how to fight. they filled there minds with hatred and a false notion of survival; and when they (the militias) they got screwed up the arse they left their people to helpless, unable to adapt. The biggest example to this is those who followed Elie Hobeika and especially the few who had the fortune to escape to France.

Écrit par : Marillionlb | jeudi, 13 mai 2010

any specific memories of bourj hammoud at this time?

Écrit par : david | jeudi, 13 mai 2010

Sad ones I am afraid to say. Times when the Armenians tried to revolt (in Bourj Hammoud) against the Kataeb in the late seventies and got screwed. No wonder the Tachnak is now taking sides with Micho the demented general. The (so called) Christian elite never regarded the Armenians as Lebanese (more as refugees), and the fact that they have representation within our government did not fare well with many. Armenians always had loyalty to fellow Armenians and not to their host country. Example: you go to any Armenian shop and ask for any item he does not have, he will direct you to another Armenian shop 1km away but not to his Lebanese neighbor next door. An Armenian (second and third generation) still speaks his native tongue and broken Lebanese,; Armenians marry (in general) from within...etc. Those are only some examples why many regard Bourj Hammoud as being similar to "china town" in England. The only person who was clever enough to utilize this phenomenon (no pun intended) to his own benefit is Michel El Murr.

Écrit par : Marillionlb | vendredi, 14 mai 2010

s'il y en a que ça intéresse, il y a 5 millions de dollars à gagner grâce au "concours TWA" organisé par le gouvernement américain...

http://www.rewardsforjustice.net/index.cfm?page=TWA_847&language=french

Écrit par : david | vendredi, 14 mai 2010

ouich une mauvaise blague

a force de se tromper entre pronoms masculin feminin les arméniens ont crucifié la vierge...

Écrit par : krikorHagobian | vendredi, 14 mai 2010

@marillionlb

c'est très vrai.

Celà dit j'ai bcp de respect pour ces gens qui savent reellement etre solidaires entre eux. Nous en aurions bcp à apprendre!
Tous les armeniens que j'ai connus fonctionnent effectivement sur le mode que tu décris. mais j'ai rarement rencontré des libanais aussi dynamiques, honnêtes (dans le cadre de leurs relations!!), travailleurs, intelligents, et fidèles en amitié que ces anciens réfugiés devenus membres d'une elite au Liban.

Mon père me racontait que dans le village paternel , ils vivaient dans des maisons miserables et subsistaient grâce à l'aide des voisins libanais du coin. Je connais peu de personnes qui aient su être aussi longtemps reconnaissantes. Je leur dois beaucoup, à mon tour. Il s'agit toujours d'individus, mais qui me rendent sympathique toute une communauté.

Comme disait un vieil oncle :
Le bien que l'on fait ressort un jour.
Le mal que l'on fait ressort un jour;
La vie est faite de donné et de reçu.

Écrit par : nassib | vendredi, 14 mai 2010

hola! como estas?
warm greeting from font lover 0_0

Écrit par : unique font | samedi, 15 mai 2010

a propos des armeniens au liban :

clairement le genocide merite la compassion et le respect total (et a ce titre, ces enculés de turcs ne devraient jamas rentrer en europe). Cela etant, pendant la civil war, les armeniens ont eu clairement un comportement indigne. lls ont pretendus se refugier dans ce qu'ils appelait une neutralité bienveillante...A cet instant, Bechir gemayel leur a clairement, et fort justement, dit la chose suivante (une ctation de bechir est disponible mais je me rappelle plus les references) : vous avez echappé a la mort en vous refuguiant au liban en tant que CHRETIENS, ET now que nous les chretiens sommes menacés d'anéantissement par ces enculés de palestos (musulmans donc), vous nous la jouez neutres...comme des faux culs..vous etes vivants today cause chretiens et now vous faites les fauls-cul quand les chretiens se font egorger dans leur lits. Bechir avait essayé une offensive sur borj hammoud en 1980, mais sans succes, car ses moyens insuffisants a ce moment et inutile d'ouvrir un nouveau front. Bref, les armeniens du liban sont des connards.

Écrit par : hassounta | dimanche, 16 mai 2010

De la pub et du troll, on est gaté pour un dimanche.

Écrit par : Ekios | dimanche, 16 mai 2010

ekios: :))))

Écrit par : nassib | dimanche, 16 mai 2010

Merci pour ce papier.

1. Le Tachnak a défendu sa "neutralité" les armes à la main, et les Kataebs se sont pris une raclée. C'était en 1979 et les Arméniens ont également exfiltré le jeune Nasrallah pris au piège à Nabaa...

2. Le pont : les ouvriers syriens ont bon dos. Le pont est une idée de la municipalité de Borj-Hammoud pour éviter une autoroute urbaine au sol, et de plus vastes expropriations autour... Ils ont préféré que les gens vivent dans le noir ou au bord d'une autoroute au deuxième étage plutôt que d'obtenir de l'argent pour partir s'installer ailleurs.

Écrit par : Tom Etjerry | lundi, 17 mai 2010

Liban-Hezbollah-tourisme-Israël PREV
Journée "portes ouvertes" dans le fief du Hezbollah (REPORTAGE)
Par Rana MOUSSAOUI
=(PHOTO+VIDEO)=

MAROUN EL-RAS (Liban), 18 mai 2010 (AFP) - Dix ans après le retrait israélien du sud du Liban, la région est devenue un lieu d'attraction insolite: les visiteurs peuvent découvrir le tourisme version Hezbollah, qui organise un "jihad-tour" dans son fief, jusque dans un "maquis" truffé de combattants.
Censée offrir une image plus "décontractée" du "Parti de Dieu", bête noire des Etats-Unis et d'Israël, une excursion a rassemblé dimanche plus de 500 étudiants de l'Université Saint-Joseph de Beyrouth, toutes religions confondues.
But affiché: faire connaître "les exploits de Résistance islamique", dix ans après le retrait israélien du sud du Liban, occupé pendant 22 ans (1978-2000).
Au programme: transport en bus, petit-déjeuner, déjeuner dans un village pittoresque du sud et visite d'un "maquis" qui, pour l'occasion, a pris l'allure d'un parc d'attraction.
Les étudiants ont eu droit aussi à une simulation de bataille à Maroun el-Ras, village frontalier durement touché pendant la guerre de 2006 entre Israël et le parti chiite. Tarif: 40.000 livres libanaises (20 euros).
"Chaque année, c'est un programme différent", explique Mohammad Taleb, étudiant en environnement et l'un des 30 organisateurs, tous munis de talkies-walkies et de gilets sur lesquels est écrit "l'amour du sud".
Les sorties en 2008 et 2009 avaient inclus des visites à la prison de Khiam, où des Libanais étaient détenus et torturés à l'époque de l'occupation, au château de Beaufort, occupé autrefois par les Israéliens et à la frontière, avec "vue sur ennemi".
Dans les 11 bus règne une ambiance bon enfant, avec des blagues et de la musique patriotique à la gloire de la "Résistance". Un documentaire sur les "exploits des frères jihadistes" est diffusé avec, en bonus, une interview du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah.
Puis c'est au tour des questions-réponses, histoire de divertir les "hezbo-touristes": "Comment s'appelle le premier martyr de la Résistance? Quel aéroport sioniste Nasrallah a-t-il promis de bombarder en cas de nouvelle guerre ?"
A Iqlim al-Touffah, le Hezbollah a promis une "surprise": au bout de quatre kilomètres de montée, les étudiants arrivent dans un bois, encadrés par des responsables en civil amusés par cette marée humaine caquetant en français et en arabe. "Vous entrez dans une zone interdite", leur annonce-t-on.
Soudain, on voit apparaître deux rangées de "barbus" en treillis, visage peint en noir et arme automatique en bandoulière. Dans l'air résonne la voix de Nasrallah et le bruit de mitrailleuses.
"C'est l'un des plus importants maquis du parti", assure à l'AFP un combattant, en désignant une montagne verdoyante surplombant le bois.
"Le soldat israélien est très lâche sur le terrain. En 2006, il attendait le moment pour battre en retraite", se rappelle-t-il.
Un autre jeune combattant, affirme être "prêt à une nouvelle guerre". "Nous sommes contents de voir ces jeunes, ça nous donne de la force", dit-il, surveillé de près par ses supérieurs.
Scène inédite, les étudiants, y compris des jeunes filles en décolleté, jeans serrés et lunettes noires, sont suspendus aux lèvres d'un combattant qui explique son "métier", lance-roquettes Katioucha et missiles antichar à l'appui.
Lama, 21 ans, étudiante en gestion, semble conquise: "J'ai appris beaucoup de choses intéressantes sur le sud, sur les armes".
Autre "moment fort", l'arrivée à Maroun el-Ras où les étudiants assistent à une bataille simulée, tandis que près de la frontière, des jeunes "détruisent" le mot "sionisme" écrit en hébreu, sous l'oeil de deux véhicules israéliens.
"C'est émouvant d'être ici, on se sent invincible face à Israël", dit Rim, 19 ans, étudiante en pharmacie.
Un étudiant français, l'un des rares participants étrangers, n'en revient toujours pas.
"C'est tellement festif, je ne m'attendais pas du tout à ça", dit-il en observant les jeunes applaudir face à l'"ennemi sioniste".
ram/sw

Écrit par : david | mardi, 18 mai 2010

ouf!
effarant!
libanIte aigue chronicisée à la sauce fascisto-propagandisto-affairisto islamiste.
je n'en reviens pas.

Écrit par : nassib | mercredi, 19 mai 2010

Le Djihad Tour, c'est mortel comme idée !
Y a paintball prévu ?

Écrit par : M1 | mercredi, 19 mai 2010

Désespérant...

Landmark ruling granting citizenship to children of Lebanese mother overturned
Samira Soueidan: ‘I have lost the battle but not the fight’
By Dalila Mahdawi and Carol Rizk
Daily Star staff
Wednesday, May 19, 2010

Listen to the Article - Powered by

BEIRUT: A landmark ruling which granted citizenship to the children of a Lebanese mother was overturned by an appeals court Tuesday in a move that has left human rights activists reeling.

Samira Soueidan filed a lawsuit five years ago demanding her four children be granted citizenship rights following the death of her Egyptian husband. Lebanese law permits men to pass on their nationality to their non-Lebanese wives and children but bars women married to non-Lebanese from doing the same.

Leaving the courthouse in Jdidet al-Metn, Soueidan said she had “lost the battle but not the fight” and vowed to take her case to the Court of Cassation, Lebanon’s highest appeals court. “I’m not going to stop here,” she said, adding that her children had been born and raised in Lebanon and should be viewed as Lebanese.

In a breakthrough ruling last July, Judges John al-Azzi, Rana Habka and Lamis Kazma ruled in favor of granting Soueidan’s two sons and two daughters citizenship. The judges said their decision was based on the fact there was no law prohibiting a Lebanese mother from passing on her nationality to her children after the death of her husband. They also noted that aspects of Lebanon’s nationality law were “obscure” and that current legislation favored foreign women over their Lebanese counterparts.

The verdict was applauded by civil society organizations and suggested a breakthrough for thousands of other families suffering because of the sexist legislation. Ironically, however, it was appealed by Justice Minister Ibrahim Najjar.

The Court of Cassation, presided over by Judge Mary al-Maouchi and two other women consultants, accepted Najjar’s appeal and overturned Azzi’s ruling, saying it contravened Articles 3 and 537 of Lebanon’s Civil Law code and the nationality law. “Judicial courts are not concerned with granting nationality rights [in cases where it was not granted at birth] as this is a right only enjoyed by the president,” stated the 17-page ruling, a copy of which was obtained by The Daily Star. Soueidan will have to pay all the legal fees incurred in the case.

Representatives from the Collective for Research and Training on Development-Action [CRTD.A], a Lebanese non-governmental organization that has been supporting Soueidan in her fight, said they were disappointed but “unsurprised” by the legal setback. “The approach of the Lebanese government since Azzi’s ruling has not been encouraging,” said Roula Masri, CRTD.A gender program coordinator.

She claimed the judge had been subject to harassment and “humiliation” from leading officials in the Justice Ministry.

Azzi was also reportedly unofficially banned from talking to journalists, who were required to submit interview requests to the Justice Ministry. A request submitted by The Daily Star several months ago was never answered.

There are around 18,000 Lebanese women married to non-Lebanese in Lebanon, according to a study by the UN Development Program. Around 80,000 children and husbands are potentially made stateless by the current legislation.

Deprived of state protection and recognition, those without citizenship live in a precarious legal vacuum and cannot benefit from state education or health care, work in the formal economy or vote. They are vulnerable to arbitrary detention, have difficulty accessing the legal system and live under constant fear of deportation.

Lebanon’s nationality law was formulated in 1925, at a time when Beirut was under French mandatory rule. “It’s about time to amend such an outdated law,” Masri said. That the law continues to be applied flies in the face of “claims that we live in a democratic country that can compete in the international arena.”

A 1994 amendment of the nationality law gave the child of a Lebanese mother and foreign father the right to obtain citizenship. But in order for it to be granted, the child must marry a Lebanese citizen and live continuously in Lebanon for at least five years, including one year after marriage.

Tuesday’s ruling, together with the discriminatory nationality legislation, contradicts Article 7 of the Lebanese Constitution, which guarantees men and women equality before the law, Masri said. “The only way women can win their rights is by amending the current nationality law,” she said, adding that CRTD.A would respond to Soueidan’s defeat with a major public event. Masri also decried the fact that Soueidan’s hopes for nationality rights were thwarted by women judges. “It’s a pity to find women not supporting other women’s rights.”

Read more: http://www.dailystar.com.lb/article.asp?edition_id=1&categ_id=1&article_id=115007#ixzz0oNTxrVkS
(The Daily Star :: Lebanon News :: http://www.dailystar.com.lb)

Écrit par : Nat | mercredi, 19 mai 2010

"UNESCO has apparently warned Lebanon that the Kadisha Valley, whose monasteries, according to the agency’s website, are “the most significant surviving examples of the fundamental demonstration of Christian faith,” is in danger of being dropped from its World Heritage List."

Great job guys... Keep up the good work!

Écrit par : Godot | jeudi, 20 mai 2010

@ godot
indeed, the valley and its monastries are magnificient! do you have a link to this sad news?

Écrit par : david | jeudi, 20 mai 2010

thanks godot. it's a shame, a goddamn waste...

Écrit par : david | vendredi, 21 mai 2010

je vais un peu faire mon ekios:
çà me fait quand même drôle de vous voir nowlebanon s'alarmer sur les ravages de l'urbanisme corrompu...
Ce n'est qu'une des multiples conséquences d'un état d'esprit, d'une situation régionale, et d'un manque absolu de sens national ! Et je doute fort que les choses changent dans les 20 ans à venir, sauf si les barbus nous ratatinent tout çà à force de connerie.
Ce n'est pour moi que la conséquence d'un mal bien plus grave. Un peu comme on s'alarmerait de voir un cancéreux avoir la peau sèche alors qu'il est en train de mourir. Et franchement je ne vois pas de remède.
Il reste sans doute la photographie pour conserver un peu de ce patrimoine, ou pour dissequer les quelques rares coins qui auront subsisté, un peu à la façon de david à gemmayzé.

Dépêchez vous, la lèpre urbaine avance vite.
Bon dites moi, qu'est ce qu'il reste de positif dans ce pays de fous?

Écrit par : nassib | dimanche, 23 mai 2010

de positif dans ce pays de fous?
je ne sais plus l'expliquer mais....

....ce pays de fous continue son irrésistible attraction sur moi, je ne peux pas m'en passer...

Écrit par : mc | dimanche, 23 mai 2010

"qu'est ce qu'il reste de positif dans ce pays de fous?"
tout ce dont tu ne parles pas. l'histoire ancienne du pays, les paysages, le côté humain de certains libanais, le ski et la mer, fairouz, Beyrouth (détruite ou pas, elle garde son âme), ... et tous ceux qui pensent comme toi et qui restent au Liban.

et pourtant, je partage ta colère. je ne sais pas si cela vient plus d'un manque de sens national que de l'absence d'Etat. en France, s'il n'y avait pas des lois autour de l'urbanisme, les entrepreneurs immobiliers construiraient des tours new yorkaises à Paris. mais c'est interdit.

Écrit par : marie | dimanche, 23 mai 2010

pendant ce temps en france , on commence à assister à des disputes dans les bus, francais de "souche" et les autres qui ne le sont pas ; j'ai eu le droit à deux scènes en un mois!! faites le calcul. en tout cas moi je retourne bientôt au soleil.

Écrit par : zayd | dimanche, 23 mai 2010

@Zayd : +1 plus rien ne va plus en Sarkosie, enfin bon c'était déjà le cas au niveau de la sécu lorsque le gnome était au ministère en charge de ces "petites choses là" ...

Cependant rassure toi, dès 2011 tout ira mieux, et super vite. Ca va arroser sur tous les fronts, quitte à faire une guerre civile et à finir de ruiner le pays, on sera tous en sécurité et bien payé histoire de le revoter.

Écrit par : Ekios | dimanche, 23 mai 2010

J'aurais tout vu :

L'amie Facebook des soldats israéliens était une espionne
Par Laurent Mauriac | Rue89 | 23/05/2010 | 12H37

outirer des informations en faisant appel à des jolies filles, la technique est sans doute vieille comme l'espionnage. Le faire via Facebook, c'est plus récent et c'est ce qu'aurait réussi le Hezbollah en créant un profil avenant d'une jeune femme israélienne.

A en croire le portail d'information israélien MySay.co.il, dont l'information est relayée par le Spiegel, une certaine Reut Zukerman aurait ainsi convaincu 200 soldats ou réservistes israéliens de devenir ses « amis » sur Facebook et leur aurait soutiré nombre d'informations confidentielles :

« Les hommes auraient rapporté à leur copine Facebook des noms de soldats, du jargon, des codes secrets et des descriptions détaillées des bases militaires, d'après le rapport [du site MySay, ndlr].

Ce n'est qu'un an après que certaines des victimes de Zukerman auraient commencé à trouver bizarre le nombre de militaires d'élite sur sa liste d'amis. Ils auraient alors prévenu leur hiérarchie, et en janvier les militaires auraient lancé une enquête. »

La page Facebook de Reut Zukerman aurait été effacée par ses auteurs. Le Hezbollah apparaît comme le principal suspect.

Pourtant, poursuit le Spiegel, l'armée israélienne était déjà consciente de ce type d'utilisation de Facebook.
Les soldats ne respectent pas les consignes

Les services secrets israéliens y ont eux-mêmes recours pour racoler des informateurs. Fin avril, le quotidien arabe « Aschark Al-Awsat » rapportait que les services secrets israéliens avaient utilisé Facebook et Twitter pour recruter des informateurs palestiniens dans la bande de Gaza.

L'armée israélienne a déjà été victime de tentatives d'espionnage via les réseaux sociaux, l'an passé, en provenance du Liban. Des dizaines de milliers de soldats ont alors reçu une lettre les alertant au sujet des amitiés liées sur Internet. En janvier, l'armée a créé une « unité Facebook » dans le but de mieux utiliser les médias sociaux.

Des actions dont les résultats se font attendre, note le Spiegel :

« Pour les forces de défense israéliennes, la faille dans la sécurité serait particulièrement embarrassante, elle montrerait que les membres de l'armée ne respectent pas les consignes explicites dès qu'une jolie fille est en jeu. »

Écrit par : Ekios | dimanche, 23 mai 2010

Source : http://www.rue89.com/2010/05/23/lamie-facebook-des-soldats-israeliens-etait-une-espionne-152233

Si je résume : les soldats israéliens ne seraient que des hommes comme les autres.

Jamais vu un antisémitisme pareil.

Ah, ah, ah...

Écrit par : Ekios | dimanche, 23 mai 2010

Pas mal, en attendant sans même avoir recours au Hezbollah, le procés Anat Kam s'ouvre aujourd'hui...

Écrit par : perle | lundi, 24 mai 2010

Et le Liban, il offre des shawarmas gratos pour chaque but allemand?
http://www.facebook.com/getafreepizza

Écrit par : M1 | lundi, 24 mai 2010

ah, tiens, y'a un blog ici... faudrait s'en occuper.

Écrit par : david | mardi, 25 mai 2010

Enquête exclusive : "Business, tourisme et kalachnikov : les mille visages de Beyrouth"

M6 consacre, dimanche 30 mai 2010 à 22 heures 45, son émission "Enquête exclusive", présentée par Bernard de la Villardière, aux "mille visages de Beyrouth".

Un document d’Emmanuel Razavi et Jean-Pierre Guillerez, production Ligne de Front.

Les touristes s’y aventurent à nouveau, attirés par ses plages, sa vie nocturne exubérante et ses musées incomparables. Beyrouth, la perle du Moyen-Orient dévastée par des années de conflits, semble enfin renaître de ses cendres mais chacun de ses habitants sait qu’elle peut s’embraser à chaque instant.
Pour certains la guerre a été un tremplin. Tony Salamé fait un pari insensé en rachetant à bas prix les ruines des immeubles bombardés du centre ville. Aujourd’hui les plus grandes marques du monde convoitent ses emplacements, car Beyrouth est devenue le point de ralliement de la jet-set moyen-orientale. Mais ces quartiers huppés sont une enclave ultra sécurisée dans une ville qui vit dans la hantise des attentats et reste tiraillée entre Orient et Occident.
Au sud de la ville, changement d’ambiance, la zone est contrôlée par le Hezbollah, le mouvement politique chiite libanais, qui possède sa propre branche armée. C’est avec l’aide financière de l’Iran qu’il recrute des dizaines de milliers de sympathisants comme Mohamed. Ce petit commerçant a tout perdu lors des derniers bombardements en 2006, le Hezbollah a payé la reconstruction de son appartement et l’a totalement équipé. Depuis Mohammed et ses filles sont entièrement acquis à la cause et prêts à devenir martyrs. C’est à dire à devenir des bombes humaines.

Écrit par : david | mardi, 25 mai 2010

merci pour l’info david.
« ses musées incomparables » : vous voyez que quoi il s’agit ?

Écrit par : marie | mardi, 25 mai 2010

Sais quoi faire dimanche soir du coup ..

Écrit par : ekios | mardi, 25 mai 2010

hi!
au sujet des musées du liban, à part LE musée, on m'a parlé du musée mouawad (http://www.rmpm.info/GalleryBigPicture.aspx?photoID=m2.jpg)
ça fait 2 pour l'instant.

Écrit par : marie | mercredi, 26 mai 2010

musée du savon à saida :)

musée naturel en plein air à baalback, au centre ville, à faqra etc... :)

Écrit par : mc | mercredi, 26 mai 2010

salut mc,
bon, si tu ajoutes les musées en plein air, je comprend l'emploi de 'incomparable'.

Écrit par : marie | mercredi, 26 mai 2010

Un musé en plein air ? On peut définir tous le pays comme ça à la limite ;)

Écrit par : Ekios | mercredi, 26 mai 2010

Le Djihad Tour sur France24
http://observers.france24.com/fr/content/20100525-prochaines-vacances-Hezbollah-tour-lebanon

Ce qui est intéressant de constater c'est que Tsahal avait utilisé des AK47 modifiés chinois, des PMK, et des masques NBC de la 2eme guerre mondiale !
Vous n'êtes pas raccord du tout amis décorateurs du Hezb !

Écrit par : M1 | mercredi, 26 mai 2010

@M1 : l'histoire étant racontée par les vainqueurs ... ils peuvent y mettre ce qu'ils veulent :p

Écrit par : Ekios | mercredi, 26 mai 2010

Ah, l'été commence.

J'en peux plus de ce pays ;'(

Écrit par : Ekios | mercredi, 26 mai 2010

Je présume que ça débutera après la coupe du monde ?

Écrit par : Ekios | vendredi, 28 mai 2010

@Marie : La coopérative de Badaro (si nous parlons bien de la même, à côté de l'hôpital militaire) existe toujours, elle est même en travaux depuis plusieurs mois pour agrandissement. Elle est cependant tenue par les militaires, donc difficile à prendre en photo.

Écrit par : Ernestine | jeudi, 03 juin 2010

merci ernestine, on parle bien du même endroit. je ne savais pas qu'elle existait encore!

Écrit par : marie | jeudi, 03 juin 2010

J'avais pris une photo si ca vous interesse :)

http://le-coeur-a-droite.blogspot.com/2009/11/stories-iv-lebanese-postmodernism.html

Écrit par : Moobz | mercredi, 09 juin 2010

j ai habité marcher entre bourg hamoud gsr el wati et dawra de 75 a88 malgre l originalité de la presante photo vous pouviez agrementee par une saine humaine .^Y. joseph batroun 75

Écrit par : younes | samedi, 10 juillet 2010

tjrs zouzou cherche contacte directe pou etablir un lie culturelle et humain independant des instu publique et gouvernementale cohezion entre les culture et independament ds instu religieuse sur joyoulib@hotmail.fr

Écrit par : zoulou | samedi, 10 juillet 2010

CB site de rencontres??

Écrit par : jihane | samedi, 10 juillet 2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu