Avertir le modérateur

mardi, 31 octobre 2006

A côté de la plaque?

medium_bus1.jpgSuis-je vraiment à côté de la plaque quand je dis que je me sens plus en sécurité au Liban qu'en France? Dans plusieurs posts, je me doutais que certains trouveraient cela bizarre. Un mois après mon arrivée à Paris, je dressais un portrait pas vraiment glorieux de ce que j'avais vu en France, de cette peur alimentée jour après jour, dont j'étais moi-même victime (c'est déjà pas mal d'avoir conscience d'être manipulé). Le week-end dernier, pour célébrer le 1er anniversaire des émeutes de la banlieue parisienne (je me demande franchement ce qu'il y avait à célébrer là-dedans, mais bon...), les quartiers dits "sensibles" des grandes villes se sont réveillés. Tous les journaux louaient la ville de Marseille (dont les tifosi locaux balancent des bombes agricoles sur les terrains de foot, vive Marseille!!!) où il n'y avait pas eu de problèmes majeurs l'an dernier. Eh bien Marseille n'a vraiment plus rien à envier à Paris depuis l'attaque contre un bus, dans lequel une femme de 26 ans a brûlé vive. A l'hôpital, entre la vie et la mort, rien ne dit aujourd'hui qu'elle survivra. Oh oui docteur, la France est bien malade.

Depuis quelques jours circule une vidéo sur le Web concernant le ministre de l'Intérieur. C'est un long montage parfois un peu pompeux, mais qui n'a qu'une seule ambition: montrer le double langage de monsieur S. et sa vocation à faire le jeu de gens encore plus dangereux que lui. Comme quoi il n'y a pas que la gauche franchouillarde qui n'a rien compris au 21 avril 2002. A vous de juger...  


Sur ce, je vous laisse, j'ai un avion à prendre pour Beyrouth. Plus que 4 jours et je retourne dans un autre bordel. Obnubilés par le pouvoir (quoi qu'en disent les seconds couteaux dans la presse), les politiciens là-bas ne valent guère mieux. Et sont tout aussi convaincus d'être les meilleurs.

00:50 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 24 octobre 2006

J-12

Plus que 12 jours. Y'a deux petites gamines qui piaffent d'impatience à l'idée de retrouver leur beau pays, leur maman, leurs copains et copines... Leurs vacances initiales se sont légèrement étirées, c'est le moins que l'on puisse dire.

00:30 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (1)

vendredi, 22 septembre 2006

Manif demain au Châtelet

medium_Israel_Flag.3.jpgDemain samedi 23 septembre, le Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens appelle à une grande manifestation pour réclamer la fin des guerres coloniales en Palestine, en Irak et en Afghanistan. Rendez-vous donc à 15 heures au Châtelet.

 

23:25 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (1)

jeudi, 21 septembre 2006

Allo docteur, la France est malade

Ce post ne concerne que moi, que le regard que je porte sur la France. Certes, ce pays est un beau pays, où l'on mange bien, où l'on boit bien. Certes.

Pour la première fois depuis 10 ans, je suis donc en France pour un séjour de plus d'une semaine, qui ne ressemble pas à un marathon. Pour la première fois, j'ai le temps de sentir, de voir, d'écouter ce pays et ses habitants (que je sélectionne prudemment, c'est vrai). Pendant ces 4 premières semaines, j'ai essayé de rester le plus objectif et lucide. Et bien le constat est terrifiant.

La France – peut-être à l'image du reste de l'Occident vu ce que j'ai expérimenté et entendu aussi en Belgique – est devenu un pays triste, à l'arrêt, qui a peur de tout. Vu de l'étranger, ce pays est considéré comme une anomalie, avec ces salariés qui pleurent pour leurs 35 heures et leurs acquis sociaux, avec cette jeunesse sans vrais horizons qui prévoit la veille d'être fatiguée le lendemain... Vu de l'intérieur, c'est presque pire. Je vais probablement passer des clichés en revue, mais... Quand je suis arrivé, il faisait froid et il pleuvait: les gens ronchonnaient. Depuis, il fait super beau, chaud, le ciel est bleu: les gens ronchonnent. Dans le métro, dans les rues, les gens font la tronche (ça, c'est pas nouveau...). Sur les trottoirs, les SDF sont de plus en plus jeunes... Le "i" de iPod est aussi celui de l'individualisme: la moitié des usagers du métro sont branchés sur leurs baladeurs numériques, les pères de famille ne sont plus des hommes de cause... Tout s'est automatisé: même les portes de la station de métro Louise Michel, quand on sort, s'ouvrent automatiquement. On a même plus le plaisir de dire merci et de faire un sourire à la personne qui nous précède et qui la tient. Un mercredi, j'ai voulu accompagner mes filles au cinéma. Je voulais savoir si les enfants de 3 ans étaient acceptés: je suis resté pendu au téléphone 10 minutes, me faisant balader par des répondeurs, pianotant sur les touches, pour évidemment ne jamais tomber sur un être humain. Du coup, je n'ai pas eu mon renseignement et nous ne sommes pas allés au cinéma. L'humain semble s'effacer, et le phénomène s'accélère. C'est du moins ce que beaucoup de gens me disent. 

Et il y a la peur. Elle, elle est partout. Si j'étais candidat à la présidence, c'est contre elle que je partirais en guerre, mais ceux qui sont dans la course actuellement semblent tout faire pour la voir grandir. A Levallois où je réside actuellement, les "bons Français de souche" se barrent, car dans les rues, les musulmans à longue barbe déambulent avec leurs femmes en burka, comme en Afghanistan sous les taliban, les squares sont peuplés de juifs portant fièrement leur kippa comme signe d'appartenance et de reconnaissance... Le communautarisme n'existait pas il y a 10 ans, les extrémismes sont omniprésents, et un homme comme Le Pen pourrait tirer les marrons du feu encore une fois à la prochaine élection. Un soir, je rentrais avec mes parents en voiture. Nous étions arrêtés à un feu rouge, nous écoutions France Info, qui parlait des bateaux de réfugiés africains s'échouant sur les plages des Canaries et d'une nouvelle nuit de violence dans je ne sais quelle banlieue. Je les regardais, en me disant que eux voyaient une certaine idée de la France disparaître. Et qu'ils ne pouvaient rien y faire. Soudain, deux chansons me sont venues à l'esprit, Quand la banlieue descendra sur la ville de Thiéfaine et Hexagone des Têtes Raides... Deux chansons qui font un diagnostic très juste de la société française (à conseiller si vous ne les connaissez pas).

Finalement, la France donne l'impression de ne pas avoir accepté de ne plus être un grand pays, de ne plus être le centre du monde comme sous Louis XIV. En regardant les pays environnants, et tout le bloc occidental, je suis pris de tourni. L'Europe se transforme peu à peu en forteresse, dernier signe de décadence de tous les empires que l'humanité ait connu. L'Occident se craquèle, s'effondrera certainement de notre vivant. C'est comme ça. Sans être fataliste, cela semble être l'évolution logique du processus auquel nous assistons.

Quelle est la porte de sortie? Chacun sa réponse. En ce qui me concerne, elle s'appelle Roissy, direction Beyrouth. Il y a beaucoup moins de marchands de peur là-bas. Cela paraîtra peut-être complètement paradoxal et à côté de la plaque pour beaucoup, mais je me sens beaucoup plus en sécurité au Liban qu'en France.

16:40 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (1)

samedi, 16 septembre 2006

Le besoin d'en parler

De passage à Bruxelles pour quelques jours, je me suis retrouvé cet après-midi, sur la terrasse ensoleillée (eh oui, il fait beau en Belgique!) d'un pub place Saint-Jean, à siroter une délicieuse bière blanche en compagnie d'un responsable du quotidien belge Le Soir pour lequel j'ai pas mal travaillé cet été durant les "événements". Cela fait près d'un mois que je suis en Europe, et je réalise la chance que j'ai: celle de "sélectionner" les gens avec lesquels je discute, auxquels je raconte notre saleté de guerre de juillet. Je parle, je raconte, je me vide. Et quelque part, cela fait du bien.

Juste après l'arrêt des combats, nous prenions conscience, Nathalie et moi, que pris par les événements et l'accumulation de travail et d'adrénaline, nous n'avions même pas pu prendre le temps de parler de tout ce que nous vivions entre nous, même si nous avions pleinement conscience de partager des moments très forts. Depuis trois semaines, je me rends donc compte que j'ai la chance d'avoir pu être écouté (un luxe dans ce monde où tout va trop vite à mon goût). Je me rends compte aussi combien cela serait pesant de ne pas avoir pu exprimer ce que j'ai vu, et senti. Je me rends compte surtout que Nathalie n'a pas cette chance, et que cela doit être très difficile à vivre.

mercredi, 06 septembre 2006

La culture au pouvoir

Hier soir, un chose avait l'air d'être une évidence.

Entre deux larmes versées à chaque évocation de Beyrouth (vous allez dire qu'il a la larme facile ce mec-là!), les mélomanes libano-parisiens ont eu droit à une grande leçon, sur la scène du théâtre du Rond-Point. Merci à Nidal al-Achkar (directrice du théâtre Al-Madina à Beyrouth), merci à Jean-Michel Ribes (directeur du théâtre du Rond-Point) et surtout merci à Karim Ghattas, directeur du festival LibanJazz qui n'a pas pu avoir lieu cette année dans la vieille ville de Zouk Mikhaël.

Le temps d'une soirée, ils ont démontré que les hommes avaient inventé une chose bien plus belle que les bombes et la connerie: la musique. Et le jazz en l'occurrence, puisque c'était le thème du soir.

Sur scène, après une intro bizarroïde signée Camille (qui était à Beyrouth en juin dernier), de grands noms du jazz se sont succédés, trois heures durant. Et là, j'ai vécu un coup d'Etat: soudain, je me suis dit que ce sont ces gens là qui devraient gouverner le monde. On a eu droit à tout… Un prodigieux discours d'investiture, co-signé par un pianiste, un accordéoniste et un oudiste. Comme quoi le dialogue et la culture transcende toutes les différences et tous les continents. On a eu le ministère de la Douceur, avec Mina Agossi reprenant a capella une chanson de Claude Nougaro (étrangement de circonstance), Y'avait une ville… On a eu le ministère de la Zénitude, avec trois oudistes débarqués la veille de Pluton. On a eu le ministère de l'Energie, à la fin, avec ces jazzmen ricains aux tempes plus que grisonnantes (pour ceux qui avaient encore des cheveux) et qui dégageaient une joie de vivre hallucinante…  Je vais pas vous faire le gouvernement tout entier, mais y'avait de quoi.

Bref. Ce qui a réuni tout le monde hier au Rond-Point, artistes et spectateurs, c'est un cri du cœur pour dire que la planète ne tourne pas uniquement autour de Saint-Pognon et de la soif de pouvoir d'une poignée d'entre nous. Et là où Beyrouth aura toujours une longueur d'avance sur les autres grandes villes arabes (Dubaï en premier lieu), c'est bien sa vie multiculturelle, qu'il faut sauver et maintenir à flots coûte que coûte. Hier soir, Beyrouth était la capitale du monde… sur la scène du Rond-Point

 

vendredi, 01 septembre 2006

Rappel aux Parisiens!

Rappel pour les étourdis: mardi 5 septembre, au théâtre du Rond-Point à Paris aura lieu le Concert en blanc, réunissant de nombreux jazzmen (et women) venu(e)s se produire à Beyrouth ces dernières années. Les bénéfices du concert (co-organisé par le Rond-Point, Liban Jazz et Al-Madina), seront reversés à la Croix-Rouge libanaise. Venez nombreux!

jeudi, 24 août 2006

No entry

Comme d'habitude pour moi, un aterrissage en France ne se fait jamais vraiment en douceur. Dans ma tête. Sur les coups de 5h30 ce matin, mon Airbus venant de Beyrouth s'est posé sur le tarmac de Roissy. A l'aube, avec le sol mouillé, l'avion glissait lentement jusqu'à rejoindre le terminal et s'immobiliser. J'avais froid dans le dos rien qu'à voir le ciel. Au dernier virage avant le terminal, mon regard s'est posé sur une grande inscription blanche sur l'asphalte: NO ENTRY. Gloups. Bienvenue.

Et puis j'ai retrouvé Paris. Ses comptoirs en zinc avec le pastaga et les glaçons que s'entrechoquent, le gros moustachu qui parle trop fort, la serveuse débordée, le bon petit resto, la bouteille de Bourgogne... Ce serait malhonnête de ma part que de cracher dans la soupe, la France a aussi ses bons côtés. Dans le bus, j'écoutais Universal traveller, Tales of endurance ou I feel love. Mes oreilles étaient comme chez elles. Mes yeux, eux, scrutaient tous les visages dans la rue. J'étais persuadé que j'allais voir quelqu'un que je connaissais, un peu comme quand on se balade à Beyrouth. Je crois qu'il va me falloir réapprendre l'anonymat. Je ne comprends pas comment il est possible de s'y habituer.

17:30 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 21 août 2006

Avis aux Parisiens

Liban Jazz, un organisme libanais fondé par le sympathique Karim Ghattas aux yeux de braise, présente "Concert en Blanc" au théâtre du Rond Point à Paris, mardi 5 septembre prochain. Tous les artistes de Jazz solidaires seront réunis lors de ce concert unique pour le Liban.
Voici le lien à transférer au plus grand nombre si vous le voulez bien: www.concertenblanc.com

Rendez-vous le 5 septembre. 

dimanche, 06 août 2006

Politique française et élection présidentielle

medium_UNable.jpgAu début du XXe siècle, l'effondrement de l'empire ottoman a laissé la place libre à tous les apprentis géopolitologues, français et anglais, puis américains (voire soviétiques à une certaine époque). Ceux-ci récoltent depuis quelques dizaines d'années les fruits de leurs politiques hasardeuses. Quelle importance, puisque cela ne les touchent pas dans leur chair. Aujourd'hui, Français et Américains se sont entendus sur une résolution onusienne complètement inepte. Exit les revendications libanaises, exit le départ de l'armée israélienne des fermes de Chebaa, exit le retour des prisonniers engeolés en Israël... La France a baissé son froc. Depuis le général de Gaulle, elle était le seul pays occidental à mener une politique étrangère en faveur du monde arabe. Elle commence déjà à changer son fusil d'épaule. Ce changement sera complet après la prochaine élection présidentielle. En 2007 arrivera un (ou une) président(e) qui changera en profondeur cette politique. Et c'est bien dommage. Une chose est sûre, nous ne voterons pas pour un avocat farouchement pro-israélien et pro-américain.

samedi, 05 août 2006

Parisiens, bougez-vous!!!

Amnesty International exhorte la communauté internationale à négocier de toute urgence un cessez-le-feu immédiat. medium_veillee200pix.jpgRendez-vous lundi 7 août à 19h à la fontaine des Innocents à Paris, pour manifester votre solidarité aux populations civiles, exiger un cessez-le-feu immédiat et un embargo sur les armes à destination des deux parties au conflit.

Des manifestations du même type sont prévues dans d'autres capitales (dont Beyrouth). Tenez-vous au courant. 

19:25 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 04 août 2006

Avis aux Lyonnais

Non, nous n'allons pas parler football, malgré la reprise du passionnant championnat de France de Ligue 1. Ce message s'adresse aux Lyonnais pour les avertir – même si c'est tard – de l'Opération "Solidarité Liban". A l'occasion du lancement d'un programme humanitaire sur la région Rhône-Alpes, le RPL-RA organise une réunion ce soir vendredi 4 août à 20 heures, au siège du RLP, 15, rue Sala - 69002 Lyon.

18:15 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (2)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu