Avertir le modérateur

samedi, 08 décembre 2007

Des millions pour l’éducation, s’il vous plaît ! Et d’urgence de préférence…

eab444b57b0ac30ba12c0847a24f41c2.jpgLa culture générale, à quoi ça sert ma bonne dame? A rien, y’a Wikipedia! Je ressors d’une nouvelle semaine de cours du DES de journalisme de l’Université libanaise. Durant ces journées, je commençais inévitablement par un questionnaire de culture générale et sur l’actualité du jour ou de la veille. Moyenne de la classe: 7,5 sur 20. Bon, ce n’est pas glorieux. D’une manière générale, les étudiants regrettaient que leurs notes à ces questionnaires soient prises en compte dans la note finale de chaque session. Je suis peut-être passé pour un vicieux qui avait envie de les plomber. L’idée était bien différente, même si la manière ne semblait pas être la plus diplomatique: faire comprendre qu’avoir une solide culture générale fait aussi partie du métier de journaliste, même si des sources d’infos – et Internet en particulier – sont à portée de main. Encore que… Internet, c’est bien quand il y a de l’électricité.

Bref. La question à se poser est: à qui la faute? Pourquoi ces étudiants (des bac+4 en général) sont-ils si ignorants de l’Histoire de leur propre pays, et de la région dans laquelle ils vivent? Sont-ils responsables? Oui et non. Oui, parce que cela doit faire partie de leur curiosité naturelle. Non surtout, parce que l’école, le collège, le lycée et l’université de ce pays ne font pas leur travail à ce niveau. Pour quelles raisons exactement? Je n’en sais trop rien, même s’il existe un élément de réponse simple et central: au Liban, il n’existe pas de manuel d’Histoire (post-1948). Création d’Israël? Connais pas. Guerres israélo-arabes? Connais pas. Israël, tout simplement? «L’ennemi de tout bon pays arabe qui se respecte», mais personne ne connaît cet Etat ni son histoire dans la région! Ce manuel essentiel – celui d’Histoire – existe paraît-il, mais n’a jamais été diffusé parce que personne (nos chers politiques qui se déchirent aujourd’hui) n’est d’accord sur son contenu. Surtout dès qu’il s’agit d’aborder la guerre de 1975. Chacun sa version = pas de nation.

Pourtant, les lycées du Liban se targuent de 100% de réussite au bac, les universités du pays sont très bien cotées… C’est vrai. Mais aujourd’hui (pardonnez-moi pour la généralisation qui va suivre), les jeunes Libanais sont bien éduqués, et non cultivés. Grosse nuance.

La priorité des priorités, pour les prochains gouvernements libanais, serait d’injecter des centaines de millions de dollars dans le fonctionnement de l’éducation nationale et de l’université libanaise (on peut toujours rêver!). C’est-à-dire faire un calcul à long terme, pour que les générations futures grandissent avec une histoire commune. Certes, ces gouvernements ne récolteraient pas le fruit de cet effort financier dans les 6 mois, mais dans 30 ans. Certes, certes, certes… Mais, mais, mais… c’est vital!

Bon, je vous laisse avec un petit bêtisier des boulettes récoltées dans les questionnaires de culture générale. Non pour me moquer (loin de moi cette idée, je vous assure), mais parce qu’il y a toujours des trucs rigolos ou atterrants…

Sur le Liban
•    Nombre de camps palestiniens au Liban : 15000
•    Président libanais assassiné en 1989 : Béchir Gemayel
•    Accords du Caire : 1960, 1970, 1975, 1993
•    Pays de refuge d’Arafat après sa fuite du Liban en 1982 : Chypre, Libye, Syrie
•    Fondateur des Kataëb : Amine Gemayel
•    Proclamateur du «Grand Liban» en 1920 : Charles de Gaulle
•    Première invasion israélienne du Liban, avant 1982 : 1976, 1949, 1913, 1948, 1975, 1973
•    Année de l’opération «Raisins de la colère» (Qana) : 1993, 1982, 1998
•    Année de l’Indépendance du Liban : 1948, 1945
•    Année du retrait israélien du Sud-Liban : 2005, 1996
•    Année de l’apparition du Hezbollah : 1989, 1991, 1975

Sur la région
•    Année de la guerre des Six jours : 1960, 1948
•    Partie de la Syrie annexée en 1981 par Israël : fermes de Chebaa
•    Nom du Parlement israélien : Kanisette
•    Nom de la guerre israélo-arabe de 1973 : occupation du sud libanais, Sinaï, guerre des Six jours, guerre de Suèze (de Swiss sur la copie de la voisine)
•    Nombre de pays limitrophes d’Israël (hors Autorité palestinienne) : 5 (dont le Soudan)

En géographie générale
•    L’Empire du milieu : l’Allemagne
•    Où se situe la mer de la Tranquillité? : entre l’Amérique et l’Europe, dans le Pacifique, en Jordanie, en France
•    Capitale du Viet-Nam : Bnom Bneh, Viet Cong, Viet Minh, Saigon, Viet Mell, Laos
•    Pays se disputant l’île de Sakhaline : Inde et Sri Lanka
•    Bucarest, capitale de : Bulgarie, Hongrie, Sofia, Belgique, Pays-Bas
•    Ingrid Bétancourt, retenue en otage en : Irak, Philippines, Libye

En culture
•    Auteur du «Petit prince» : Alexandre Dumas, Guy de Maupassant, Hervé de Saint-Exupéry
•    Roman de Stephen King adapté par Kubrick : Orange mécanique, King Kong, The Green Line
•    Auteur de l’opéra «Carmen» : Electre

En sciences
•    Valeur de π : 14,1516
•    Planète la plus proche du Soleil : Vénus, Mars, Jupiter, Pluton (qui a donné Pluto et Pluteau sur les copies voisines)
•    Auteur de la théorie de la relativité : Ainshtein, Aïnichtain, Aineshtejn
•    Racine carrée de 144 : 144
•    Objet d’une conférence internationale à Bali cette semaine : rapprochement syro-libanais

Divers
•    Signification des initiales RSF : Radio sans fil
•    Signification du symbole © : calcium, maisons dépotes

jeudi, 15 novembre 2007

DES de Journalisme : le tube à éprouvette du Liban

joseph chami.jpgJe viens de passer une semaine avec les étudiants de première année du DES francophone de Journalisme à l’Université libanaise. Comme je le disais dans un autre post, ce qui est chouette dans ce métier, c’est qu’il y a souvent des «premières fois». Et là, c’était ma première fois en tant que prof pour une session pratique.

Premier bilan: j’ai bien aimé me prêter au jeu. Espérons que les étudiants aient apprécié, et aient retiré quelque enseignement de ces heures passées ensemble.

Second bilan: année après année, les promotions ne sont pas forcément d’un niveau excellent (même si pour l'actuelle, la motivation de la grande majorité des étudiants est indéniable et le niveau nettement meilleur qu’il y a 8 ou 9 ans). Mais cette formation offre l’occasion de créer un mini Liban dans une classe unique. Parmi les 20 étudiants, il y a donc de tout: deux ou trois mères de famille d'âges et de milieux sociaux disparates dont une venant tous les jours de Tripoli, une militante CPL, une artiste, une fille de Nabatiyeh pour qui devenir journaliste est en soi un combat, une intello, un gars issu de l’Université islamique, deux copines «hype» (je mets des guillemets), deux étrangers intéressés par le Proche-Orient, la fille qui se croit plus maligne que les autres, celles qui restent trop en retrait… Bref, culturellement, socialement, géographiquement, politiquement et confessionnellement, il y a de tout.
Tous ces éléments représentatifs d’une bonne partie de la société libanaise vont donc cohabiter pendant deux ans. Et je trouve ça génial. A l’USJ, CPL et FL se cassent la gueule dès qu’il y a une élection estudiantine car ils n’ont rien inventé de mieux. Ici, dans cette filière esseulée, c’est le contraire: il n’y a pas de place pour le partisanisme, même s’il existe.
Pendant cette session, je leur ai fait faire l’interview de leur voisin. Un exercice fort instructif pour eux. Pour les techniques d’interview certes, mais surtout pour la connaissance de l’autre, chacun ayant ensuite lu devant tout le monde l’interview dont il avait été l’objet. Quand je vois ça, je me dis qu’il y a de l’espoir, que les gens dans ce pays peuvent se parler et s'intéresser à l'autre dès qu’ils sont plongés dans un environnement neutre comme l’est celui du DES. Il faudrait peut-être prendre tous les Libanais, en faire des groupes de 20 personnes et les laisser se rencontrer loin des passions. Ça pourrait peut-être donner quelque chose. Enfin, une fois le calcul fait, ça ferait au bas mot 175000 groupes à gérer…

Pour finir, le dernier jour, nous avons invité au DES Joseph Chami (en haut en photo), journaliste reconverti en «chroniqueur historique» comme il se définit lui-même. Les étudiants l’ont bombardé de questions sur la présidentielle, sur l’histoire du Liban, sur la presse… Je pense que l’échange a été vraiment profond et intéressant. Joseph vient de m’appeler, inquiet, pour savoir si sa présence avait été utile pour ces journalistes en devenir. Lui m’a dit que cette matinée a été une «révélation», qu’il avait peut-être plus appris aujourd’hui qu’eux… Moi, dans mon coin, j’étais heureux de voir se rencontrer ces deux générations, de voir les étudiants avides de savoir et d’explications, et de voir ce grand monsieur repartir en se posant des questions. C’était bien.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu