Avertir le modérateur

vendredi, 07 mars 2008

Subject: Prévisions LIBAN

374f36ad6a9c7d1782efcdb651fc3ba8.jpgC'est souvent comme ça en temps de crise, mais j'ai parfois l'impression de mettre des œillères pour éviter de voir que le panorama s'assombrit dangereusement. Et puis comme je bosse pour des médias étrangers, je leur envoie de temps en temps des mails pour les tenir au courant de la situation et de la «probabilité» que le Liban refasse les gros titres. J’intitule ces mails «Prévisions LIBAN». Alors, systématiquement, j'ôte mes œillères, regarde à droite et à gauche, et je fais le bilan. Je viens de le faire il y a 10 minutes, et ça donne ça:

  • Après les ambassades arabes, c'est l'ambassade américaine qui vient de prévenir ses ressortissants d'adopter un profil bas, de rester chez eux, voire de quitter le pays si c'est possible, car la situation locale et régionale sent le soufre. Elle avait fait de même début juillet 2006, juste avant la guerre.
  • Selon un quotidien libanais, il y aurait une mobilisation générale de réservistes au sein de l'armée syrienne (peut-être du vent, mais on ne sait jamais).
  • Une autre info (démentie par la Finul): il y aurait eu une incursion israélienne hier en territoire libanais jusqu'au Wazzani.
  • La tuerie à Jérusalem serait due, selon Al-Manar (info reprise par tous les médias ensuite) à une brigade nommée d'après le membre du Hezbollah assassiné à Damas, Imad Moughnieh. Certains avancent même que le Hezbollah serait lié directement l'attentat, en soutien au Hamas.
  • Les discours, que ce soit du côté du Hezbollah (Nasrallah a prévenu qu'il pourrait passer à l'action après le 40e de la mort de Moughnieh, soit le 24 mars) ou d'Israël, se radicalisent. La situation actuelle rappelle grandement le mois de juin 2006: Israël met le paquet sur Gaza, et les problématiques libanaises et palestiniennes se retrouvent à nouveau mêlées.

Bref, il n'y a rien de réjouissant. Wait and see donc, mais je préfère quand même vous tenir au courant de la température locale et des nuages noirs qui s'accumulent sur le Liban (même s'il fait très beau avec un bon 25ºC, mais c'est toujours par beau temps que les conflits commencent!).

[...] 

Vous me direz, ça fait beaucoup de verbes au conditionnel et de supputations (j’adore ce mot, presque autant que croquemitaine). N’empêche, vu d’ici, rien n’incite à la légèreté et à danser la lambada. Et c’est sans compter sur les déclarations de nos politiques – tous bords confondus – ajoutant de l’huile sur le feu quotidiennement, sur les Etats arabes qui se crêpent le chignon avant le sommet de Damas, sur notre foutue élection présidentielle reportée à la Saint-Glinglin, sur...

Au Liban, finalement, il existe trois sortes de personnes: les pessimistes qui voient la guerre partout, les optimistes béats (également appelés non-voyants) et les pragmatiques qui se disent que si ça dérape, il y aura toujours moyen de s’adapter.

samedi, 23 juin 2007

Vivre avec Israël à ses portes est-il possible ?

medium_jaffa1.jpgmedium_jaffa2.jpgJe note depuis quelque temps, dans les commentaires de ce blog et dans ceux des autres, la volonté de certains internautes libanais de se tourner vers Israël plutôt que vers son environnement arabe. Dans l’Histoire récente, il y a eu quelques tentatives, principalement côté chrétien, comme avec Béchir Gemayel fin 70–début 80.

Mais aujourd’hui, Israël est perçu comme le diable dans la région. Les raisons sont nombreuses, et plus que compréhensibles. Les guerres (1948, 1967, 1973, 1982…), les occupations diverses et violentes (Gaza, Cisjordanie, Sud-Liban) sont autant de facteurs qui interdisent à la rue arabe de voir Israël pour ce qu’il est, et pour ce que cette terre a été avant 1948.

Je lis aussi ça et là des articles sur «le malheur arabe» depuis 1948 et la création de l’Etat d’Israël. Si cette notion de «malheur arabe» est un peu simpliste et réductrice, la date de 1948 est indéniablement à marquer d’une pierre blanche. Elle est synonyme de déportation et d’expropriation pour les Palestiniens, et de déstabilisation en chaîne pour les pays voisins.

Alors, vivre avec Israël est-il possible? Je me souviens d’une discussion que j’ai eue il y a quelques années avec le grand-père de Nathalie. Le genre patriarche, self made man et bourgeois. Il avait commencé son périple d’homme d’affaires en introduisant la télévision au Moyen-Orient. Un grand bonhomme quoi. Il me racontait donc que dans les années 40, il prenait sa grosse américaine et faisait la route Beyrouth-Jaffa pour faire des affaires (ci-dessus en photos, Jaffa dans les années 40). Il n’était pas le seul à faire ça, loin de là, et traitait avec juifs, musulmans et chrétiens en très bonne intelligence. Le commerce entre le jeune Liban et la Palestine était florissant, la voie de chemin de fer qui file le long de la côte levantine en est une preuve aujourd’hui en ruines. A cette époque, soit moins de 10 ans avant la Nakba («catastrophe» en arabe), les Palestiniens qui venaient à Beyrouth n’étaient pas des réfugiés mais des touristes lamba. Le patriarche me disait qu’il ne reverrait jamais plus Jérusalem et Jaffa. Il est mort il y a 4 ans.

Aujourd’hui, parler d’Israël est presque synonyme de traîtrise. Ce pays a fait beaucoup de tort au Liban ces 30 dernières années. Les générations actuelles – ici ou dans les Territoires – ne connaissent que ça, et c’est bien normal. Mais je me demande si les générations suivantes apprendront quelque chose de l’Histoire (avec un grand H) et si, un jour, mes petits-enfants pourront prendre le train à Lattaquieh jusqu’à Tel-Aviv, en faisant une halte à Beyrouth pour fumer un narguileh chez leur geddo.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu