Avertir le modérateur

lundi, 21 janvier 2008

Et Dieu créa l'aouniste

Juste pour rire (même si certains risquent de penser qu'on s'acharne)...

Lorsque Dieu créa le monde, il décida de concéder deux vertus à chacun des hommes qu'il venait de façonner afin qu'ils puissent prospérer dans l'harmonie et le bonheur. C'est ainsi qu'il distribua ces vertus: il rendit les Suisses ordonnés et respectueux de la loi, les Anglais, opiniâtres et flegmatiques, les Japonais, travailleurs et patients, les Italiens, joyeux et romantiques, et quand vint le tour des Libanais, il dit: ceux-là seront intelligents, honnêtes et aounistes.

Quand le monde fut achevé, l'ange Gabriel – que Dieu vait chargé de la distribution des vertus – lui demanda: «Seigneur, j'ai fait comme tu m'as dit et j'ai octroyé à chaque peuple les deux vertus que tu as choisies pour eux, mais j'observe que les Libanais en ont eu trois. Est-ce parce que tu as pour eux une référence secrète ou pour qu'ils se placent au-dessus des autres?»

«En vérité, Je te le dis, Gabriel, je leur ai accordé trois vertus parce qu'effectivement ils se croient au-dessus des autres peuples, mais sois rassuré. Dans mon esprit de justice, chaque peuple a bien deux vertus et deux seulement, y compris les Libanais car chacun d'entre eux ne pourra en posséder que deux à la fois. Ainsi, si un Libanais est aouniste et honnête, il ne sera pas intelligent. S'il est aouniste et intelligent, il ne sera pas honnête. Et s'il est intelligent et honnête, il ne sera pas aouniste.»

samedi, 01 décembre 2007

Sit-in à Beyrouth : la grande farce (stratégique)

sitin_hezbollah.jpgsitin_aounistes.jpgUn an déjà, comme le temps file. Un an que le centre-ville de la capitale libanaise étouffe. Le 1er décembre 2006, une gigantesque manifestation de l’opposition déferle sur Solidere pour réclamer la chute du gouvernement Siniora, alors assiégé dans le Grand Sérail. La manifestation se transforme instantanément en sit-in, avec une répartition géographique très nette: la place des Martyrs aux aounistes, la place Riad el-Solh au Hezbollah. Chacun plante sa tente, installe ses chiottes mobiles, met en place un service de livraison de sandwiches… Des quotidiens d’opposition sont même distribués gratuitement aux militants. Nous avions fait une ribambelle de reportages là-bas il y a un an (1,2,3,4,5,6,7), surtout à la veille de Noël. Depuis, les tentes se sont vidées de leurs occupants, le sit-in étant quasi désert 24h/24. Mais les tentes sont toujours là. Au cas où.

Cette occupation du terrain, en 365 jours, a précipité des centaines d’employés au chômage (2700 personnes selon Naharnet). Le centre-ville lustré par Hariri & Co, un symbole pour l’opposition, n’est plus que l’ombre de lui-même: les magasins ont fermé les uns après les autres, les restaurants aussi. Moi-même, je ne mets les pieds à Solidere que pour le boulot, finies les tours de trottinette place de l’Horloge pour les enfants.

Quand on discute avec les «sit-ineurs», ils sont convaincus du bien-fondé de leur démarche: le centre-ville n’appartient pas qu’aux riches mais à eux aussi, le gouvernement est illégitime donc une pression au pied du Grand sérail s’impose. Pourtant, ce sit-in n’a jamais atteint le moindre de ses objectifs initiaux, et piétine le droit à la propriété privée. L’occupation du centre-ville est surtout stratégique: ces places sont dans le prolongement de la route de l’aéroport, une ligne virtuelle coupant la ville en deux. Cette virtualité, en janvier dernier lors de la «grève générale», est devenue réalité durant quelques heures. Ça pourrait très bien recommencer, juste histoire de mettre la pression. Quand on tient une place forte, on ne la lâche pas.

mercredi, 15 août 2007

Ah, la grand messe du Hezbollah...

medium_andywarholhezbollah.jpgJe ne sais plus quoi penser du Hezbollah. Plus j’essaie de comprendre, plus ça m’échappe. Hier, comme une tripotée de journaleux, je suis allé à Dahiyeh, pour la célébration de la «victoire divine» du Hezbollah. En plein fief du Parti de Dieu, rasé l’an dernier durant la guerre de Juillet.
Le premier contact est arrivé avec les vendeurs de rue. Il y en avait pour tous les goûts: drapeaux jaunes frappés du AK-47, versions de poche ou XXL, CD et DVD à la gloire des martyrs tombés au combat, porte-clés et pin’s avec la tête du Sayyed. Mention spéciale à celui version Andy Warhol. Y’a pas que le Ché qui y a eu droit comme ça…

Lire la suite

mardi, 07 août 2007

Elections d’un soir, désespoir

medium_cendriercouteaux.jpgDésespoir en entendant le récit qui m’a été fait ce matin par une jeune femme qui travaille dans les mêmes bureaux que moi. Cette petite demoiselle, fort douce et calme et que l’on l’imagine mal se bastonnant avec qui que ce soit, est arrivée avec deux jolies balafres, l’une au bras, l’autre à la cuisse.

La soirée électorale de dimanche dernier, elle l’avait passée dans un chalet à Faraya avec sa bande de copains. «Pas juste des connaissances, précise-t-elle. Des amis de longue date, dont certains se connaissent depuis la maternelle.» Télé allumée, forcément, cette petite assemblée mixte (aounistes et pro-Gemayel, et il y avait bien quelques neutres) a commencé à se prendre à partie. Les insultes ont suivi, puis le tir de cendriers (plein? Mince, je n’ai pas pensé à poser la question) pour finir à coups de couteau de cuisine. Résultat des courses, après qu’une des filles a reçu une estafilade à la gorge en essayant de s’interposer, ses copines (heureusement qu’il y a des femmes en ce bas monde) ont finalement réussi à appeler la police à la rescousse. Ces messieurs ont passé la nuit et la journée du lendemain au poste, mais il a fallu cela pour les calmer.

Ce genre d’incident, personne n’en a parlé; il n’y en a apparemment pas eu beaucoup et c’est tant mieux. Mais qu’on m’explique comment dans un pays qui se dit civilisé, des jeunes peuvent en arriver à se battre au couteau pour des appartenances politiques, oubliant tout ce qui les rapproche par ailleurs. C’est sans doute ça, le drame du Liban: encore trop de Libanais accordent davantage d’importance à ce qui les sépare qu’à ce qui les unit.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu