Avertir le modérateur

vendredi, 18 septembre 2009

No full monty

Le phénomène n’est pas vraiment nouveau. Un coup de peinture ou un arrachage en règle, et les centimètres carrés indécents disparaissent. Sur les routes menant aux extrêmes du pays, il n’est rare de voir, sur des kilomètres entiers, des affiches publicitaires vandalisées, méthodiquement. Ces 4X3 vantent des marques de lingerie ou tout autre produit pour lesquels un obscur créatif de pub a jugé bon de mettre en scène une damoiselle quelque peu dévêtue. Attention, je ne parle pas de nudité complète, pas de full monthy ici, ni même de certaines affiches franchement racoleuses comme on a pu en voir pour une célèbre marque de lingerie locale dont je ne citerai pas le K-nom, mais juste d’un bout de bras non recouvert ou de longues jambes dont la vue doit certainement être intolérable aux yeux du Très-Puissant. Les policiers auto-proclamés des mœurs débarquent aussitôt, lourdement équipés de pots de peinture et hop, le tour est joué: l’affiche (plantée sur la voie publique) est toujours là, le nom du produit aussi, mais pas cet impudique épiderme féminin.

Certes, les gardiens de la morale ont encore du pain sur la planche. Cet été, le Liban a été «encensé» par la presse internationale, entre autres pour sa très superficielle liberté de mœurs. Il y a fort à parier que les syndicalistes de la vertu divine n’avaient pas eu vent des défilés de lingeries, organisés dans les plages (privées) du pays, comme ici à Eddé Sands…

edde sands.jpg

Mais attention aux clichés! Cette pudeur effarouchée ne touche pas que certains membres de la communauté musulmane, toujours prompts à gommer cette peau si honteuse. Il y a quelques années, je bossais dans un magazine libanais réputé pour son identité chrétiéno-chrétienne. Le mercredi après-midi, au moment crucial de «fabriquer» la couverture du numéro, un ordre arrive de la direction (tout ce qu’il y a de plus chrétienne dans le genre donc): docteur Photoshop doit entrer en action d’urgence pour rallonger le T-shirt d’une demoiselle portant à bout de bras un portrait du patriarche Sfeir, ce dernier revenant d’une «tournée triomphale» à l’étranger. La jeune fille, «typiquement libanaise» avec ses longs cheveux noirs, ses grands yeux et son sourire chaleureux, dévoilait la peau de son ventre et son nombril. Impensable de laisser ça alors que l’on parle de Sa Béatitude. En deux minutes, l’indécente a gagné un T-shit noir XXL. Exit le nombril.

Et puis, pas plus tard que y’a pas longtemps, nous tombons sur ça, à Sodeco:

affiche BHV rentree scolaire.jpg

Le BHV fait sa pub pour la rentrée, comme chaque année. Pour le cru 2009, la campagne d’affichage met donc en scène une sorte de super-héroïne danoise à laquelle les petites Libanaises ne pourront pas s’identifier mais qui fera fantasmer leurs camarades masculins. Mais horreur, enfer et damnation: la Danoise montre ses cuisses! Allez hop, un coup de pinceau et le problème est réglé. Etonnant que le nombril ait été oublié dans l’opération… Seul hic, nous ne sommes pas dans le Koura ou à Nabatiyeh, mais à Achrafieh. Peut-être est-ce – en cette fin de ramadan – la proximité de la mosquée Beydoun, la seule du quartier chrétien, qui explique cette explosion picturale. Peut-être. C’est la première fois que nous voyons cela dans ce périmètre de la capitale. Peut-être est-ce ça, le pudiquement correct à l’orée de cette date mythique qu’est 2010.

mardi, 11 mars 2008

Bene Gesserit forever

ffc5bac0acf482f1c405e48066b7e97f.jpgKarl Marx a commis la même erreur que la plupart des hommes (au sens générique) orgueilleux commettent: croire que tout ce qu’il détestait était mauvais et qu’il avait en tête les meilleures (comprenez, uniques) alternatives, ce qui s’est avéré faux moins d’un siècle plus tard. Aujourd’hui, d’autres hommes commettent cette erreur, à leur manière. Tout comme Marx, ils refusent de se confronter au véritable problème: cet orgueil lui-même (dont les racines ont souvent à voir avec la jalousie et la frustration), qui doit être affronté en prélude à toute solution. C’est d’abord sur soi-même qu’il faut travailler pour ne pas lancer de faux et inutiles combats. Mais Karl Marx a aussi fait un autre constat très juste et bien connu: la religion est l’opium du peuple.

Aujourd’hui, nous avons l’un et l’autre au Liban et dans nombre de pays arabes. Le Hezbollah, le Hamas, l’Iran et les autres… Israël est considéré comme un problème? Les Etats-Unis sont le grand Satan? Ils ont la solution. L’Arabie saoudite, le Koweït veulent garder leurs familles régnantes au pouvoir? Eux aussi ont la solution. Pas une solution, mais la solution: la parole de Dieu.
Tout autre approche est à proscrire. Leurs «ennemis» ne sont pas tout blancs, loin s’en faut. D’ailleurs, aux Etats-Unis aussi, l’argument religieux fait mouche à tous les coups ou presque. Mais l’usage ouvertement fait de la religion dans notre sacré Moyen-Orient me paraît aller beaucoup plus loin.

Car à mes yeux, voilà le pire: la religion y est érigée en système sociopolitique, voire en bureaucratie par laquelle le conformisme devient inévitablement la règle. Ultimes paradoxe et hypocrisie, sachant qu’à terme, la bureaucratie conduit inéluctablement à l’émergence d’aristocrates déguisés. On l’a vu dans l’ex-URSS et dans les pays qui évoluaient dans son orbite, on le voit toujours dans nombre de pays du Tiers monde et même en Occident, avec le règne de ces nomenklaturas intouchables. Mais dans le monde arabe, le binôme religion/administration (officielle ou pas, dans le cas de Amal ou du Hezbollah dont le fonctionnement interne reste totalement opaque aux yeux des non-initiés) est particulièrement inquiétant, tant la construction de l’identité passe par la religion et par la mise en œuvre de ce 11ème commandement soigneusement occulté, mais toujours efficace: «Tu ne remettras pas en question.» Le dogme, l’autorité, la Parole évidemment. Et par extension les hommes qui prêchent cette parole. Le propre de la religion est la foi absolue.

Les textes religieux sont bien souvent beaux et généreux dans la lettre. Mais l’interprétation que les hommes en ont faite au long de l’histoire et jusqu’à aujourd’hui, est nettement moins honorable.

Comment justifier, pour ne donner que cet exemple récent, le fait qu’un enseignant puisse être condamné à recevoir 180 coups de fouet en Arabie Saoudite pour avoir parlé avec l’une de ses étudiantes? Comment comprendre qu’au bout de 60 ans d’un conflit apparemment insoluble, des cousins tels que les musulmans et les juifs (au grand dam des voix conciliantes) se jettent encore leurs religions à la tête dans des bains de sang? Certes, la question est éminemment territoriale et économique, mais elle se pare sans complexe d’atours religieux, du moins pour l’un des camps.
Pour une seule et unique raison: la religion, par essence fondée sur des convictions absolues, non-négociables, fait encore (plus que jamais en fait) loi dans la sphère publique, au lieu de rester de l’ordre du privé, de l’intime.

Lorsque même l’éducation des plus jeunes – pas tous, évidemment, mais trop déjà – est soumise à ce diktat (je sais, c’est un leitmotiv chez nous) il y a de quoi s’inquiéter. Religion et histoire ne font pas bon ménage car l’un tend à déformer, réécrire l’autre. Or, ceux qui ne peuvent se souvenir du passé sont condamnés à le répéter.

Quand les peuples arabes apprendront-ils, non à renier le religieux, mais à briser le 11ème commandement, ne serait-ce que pour mieux respecter les dix autres?

mercredi, 20 juin 2007

Sexe et religion au Liban : une éducation à refaire

Je souhaiterais aborder un sujet sensible, tout particulièrement au Liban: l'éducation sexuelle, et ses rapports avec la religion.

medium_fillesmanif.jpgJe vais donc commencer en partant du néant pour finir par l’espoir (oui, je carbure à l’espoir en ce moment, comme beaucoup…). Quand je parle de néant, je parle de la trinité qui plombe l'histoire de l'humanité depuis de trop nombreux siècles, composée de l’ignorance, de l’obscurantisme et de la bêtise absolue. J’ai rencontré cette trinité il y a 8 ans lors d’un entretien de préparation au mariage dans une église catholique de Beyrouth. Et oui, il faut en passer par là puisque le mariage civil n'existe pas ici. Le prêtre chargé de donner l’autorisation pour notre union nous a donné, à ma future et à moi, un carnet de famille de la paroisse avec 10 pages pour les enfants. Il nous a posé plusieurs questions à ce sujet. La première: et si nous avions plus de 10 enfants, que ferions-nous? Nous avons dit que nous comptions en avoir deux ou trois. Mais comment s'en tenir à ça? La contraception? Sacrilège…, il n’y a que l’abstinence qui vaille. Deuxième question: et si nous ne pouvions pas en avoir pour cause médicale? Il nous a tendu une perche en parlant de l’insémination artificielle, perche que nous avons saisie évidemment (sots que nous sommes). Le bonhomme s'est offusqué que nous puissions envisager cette hypothèse, nous affirmant, le regard pénétrant: «Mais vous ne savez pas qu’ils font des expériences avec ces éprouvettes, avec des animaux, c’est Mal…»  Nous en sommes resté bouche bée. Mais pour avoir notre sésame afin de nous marier, on a dit amen à tout pour sortir le plus vite possible de son bureau. On s’est surtout demandé quel impact ce genre de discours pouvait avoir sur une petite Heidi de la montagne libanaise pour qui les affirmations péremptoires d’un religieux sont paroles d’Evangile.

Il y a 3 semaines, je discutais avec un urologue de la sexualité des jeunes justement. Pour les garçons, il était atterré de leur méconnaissance totale de la sexualité en général et des femmes en particulier. La cause selon lui? Les traditions, la religion, l’absence totale de communication entre générations… Il me disait même que les hommes de 20-30 ans consommaient du Viagra à la pelle (je suppose surtout dans les classes sociales aisées) par peur de ne pas être «performants». Pour les filles,il s'alarmait de la pratique de plus en plus répandue de la sodomie afin de préserver l'hymen, mais qui donne, du coup, une première perception de  la sexualité totalement biaisée. Ce phénomène, apparemment observable dans certains milieux de France, se manifeste chez tout le monde au Liban, quelles que soient la classe sociale et la religion.

medium_lebteen.jpgAlors, où est l’espoir là-dedans? Il m’est venu d’une interview réalisée la semaine dernière avec Joumana et Nadia, les deux responsables du Social Development Training Center. Cette association, financée par le ministère des Affaires sociales et par un office onusien, mène depuis 9 ans une action fondamentale dans la société libanaise. Elle parle de sexualité et le fait de manière intelligente, adaptée aux diverses sensibilités du pays dont il faut tenir compte pour qu’une telle démarche soit efficace (voir le site Lebteen en cliquant sur l’image ci-contre). Depuis plusieurs années, une centaine de relais partout dans le pays organisent des sessions de sensibilisation et d’information auprès des jeunes Libanais, toute confession et origine géographique confondues. Ces deux "activistes du social" me disaient que les autorités locales dans les villages et leurs homologues spirituelles avaient rechigné à accepter cette sensibilisation à la vie sexuelle, mais qu’avec le temps, un rapport de confiance s’était installé. Joumana remarquait d’ailleurs que les adolescentes musulmanes étaient beaucoup plus au fait du sujet que leurs consœurs chrétiennes. Concernant les règles par exemple, ces dernières les découvrent souvent avec beaucoup d’effroi (jusqu’à croire qu’elles vont mourir) ne sachant pas que la puberté sera synonyme pour elles de changements profonds. En fin de compte, cela ne nous a pas surpris plus que cela. Déjà en 1998, au cours du tournage d’un documentaire sur les femmes libanaises, Nat avait rencontré des réfugiées chiites du Sud-Liban vivant dans des conditions misérables près de la ligne de séparation d'avec la zone occupée par Israël. Ces femmes avaient abordé sans aucune gêne les divers moyens de contraception qu’elles connaissaient parfaitement. Rappelons au passage que le sexe et le plaisir ne sont pas du tout des tabous dans la société musulmane (du moment qu'il y a mariage, faut pas pousser quand même).

A une échelle locale, l’action de la société civile porte ses fruits et c’est tant mieux. Il faut lui laisser sa place et la plus grande marge de manœuvre possible, dans le respect de toutes les croyances. Arrive alors la grande question: la laïcité est-elle envisageable au Liban? Certains y croient, comme le Mouvement des droits humains qui milite depuis des années en faveur du mariage civil facultatif, qui laisse donc le choix aux personnes concernées mais s'est quand même vu opposer un veto catégorique de la part des grandes institutions religieuses (perdre une source de revenus conséquente, même partiellement, ne semble pas plaire aux différents clergés, oups, ne touchons surtout pas au porte-monnaie!).Des politiques en font même un cheval de bataille comme ce brave généralissime orangiste qui a inclus la laïcité dans le programme du CPL (faut bien lui reconnaître cette qualité). Un élément de programme diamétralement opposé à celui de son allié de l’opposition, le Hezbollah. D'ailleurs, lorsqu'on pose la question à des militantes du Hezbollah qui manifestent aux côtés des aounistes, elles répondent en toute candeur: «Aoun n'a jamais parlé de ça, nous ne serions jamais d'accord.» C'est dire si ça communique bien entre les deux partenaires et s'il y a du pain sur la planche.

Mais ce fossé illustre le véritable coeur du problème: dans l’absolu (ou en tout cas vu par le prisme occidental avec le modèle français depuis plus d’un siècle), la laïcité – la séparation du religieux et du civil – est plutôt un progrès. Mais les différentes composantes de la société libanaise ne sont pas toutes prêtes – et le veulent-elles vraiment? – à ce genre de virage à 360°. C'est un vrai cas de la poule et de l'oeuf: faut-il imposer un système laïc à la hussarde à des populations qui ne s'y reconnaîtraient pas, parce qu'elles ne le comprennent pas et ont grandi dans un environnement local axé sur la famille, la confession, le quartier, le leader, la nation arrivant bien loin derrière? Ou faut-il effectuer au préalable un travail économique et social de fond qui permettrait à tous les Libanais de se reconnaître dans ce concept? 9% d'entre eux sont analphabètes et un quart vit en-dessous du seuil de pauvreté; alors la laïcité, c'est un peu le dernier de leur souci, surtout s'ils survivent grâce au soutien d'organisations religieuses comme le Hezbollah auxquelles ils s'identifieront bien plus aisément qu'à un Etat absent. Comme toujours au Liban, rien n'est ni tout blanc, ni tout noir.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu